D’abord c’était à la police locale de répondre et non le Bureau national comme si c’était une affaire d’Etat alors que c’est presque un fait divers de village.
Ensuite le choix des mots « individu » empreint de mépris (Thione Niang est-il un délinquant non identifié?), « chambre de passe »(Thione est Madame Claude?) montre non une volonté de « rétablir la vérité » (comme si la police ne ment pas), mais d’insinuer que Thione tient une maison close ou un bordel et partant, ternir sa réputation.
Tout peut ne pas être en conformité dans l’exploitation de l’établissement en cause, l’administration peut inspecter, dresser un procès-verbal ou indiquer les correctifs nécessaires, le tout dans une parfaite neutralité et un professionnalisme sans concession, mais l’implication et l’intervention physique de la police me semblent exagérées.
Quand vous décidez de vous lancer dans les affaires chers amis, prenez les services d’un professionnel et passez par la voie normale et renseignez-vous la loi applicable et vos droits, évitez qu’on vous prenne en défaut ou si vous avez obtenu vos sésames par des raccourcis, d’en devoir une à quelqu’un, surtout si vous êtes connu.

P.s: le langage et la rédaction administrative ont foutu le camp dans ce pays.

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here