La Journée mondiale du diabète, qui sera célébrée le 14 novembre 2017, porte sur le thème : « Femme et diabète ; la solution par m-diabète ». Le Sénégal a officiellement lancé l’édition 2017 hier à l’hôpital Abass Ndao. Notre pays veut miser sur les femmes pour prévenir cette maladie.

L’Association sénégalaise de soutien aux diabétiques et le ministère de la Santé et de l’Action sociale ont procédé, hier, au Centre de diabète Marc Sankalé de l’hôpital Abass Ndao, au lancement officiel de l’édition 2017 de la Journée mondiale du diabète qui sera célébrée ce 14 novembre. Lors de cette conférence de presse, les différents acteurs sont largement revenus sur le thème retenu : « Femme et diabète ; la solution par m-diabète ».

Cette année, la Fédération internationale du diabète a décidé de mettre l’accent sur les femmes et les filles. Selon le chef de la Division des maladies non transmissibles au ministère de la Santé, Marie Kâ Cissé, la femme est une actrice principale dans la transformation de nos modes de consommation, car c’est elle qui va au marché et fait la cuisine pour la famille. Ainsi, cette « actrice incontournable », dit-elle, a besoin d’être sensibilisée, mieux éduquée pour transformer les habitudes alimentaires et « faire manger les hommes et les enfants autrement ».
D’après Mme Cissé, « si nous ne changeons pas nos habitudes alimentaires », le diabète va augmenter d’année en année dans nos sociétés, car les populations deviennent de plus en plus sédentaires, marchent de moins en moins et ne bougent pas beaucoup. Tout cela, ajoute-t-elle, est associé à une alimentation parfois trop salée.

199 millions de femmes atteintes de diabète
Par ailleurs, même si la femme peut être une actrice incontournable dans la prévention et la sensibilisation contre le diabète, elle est aussi une victime de la maladie. Selon le Dr Anna Sarr du Centre de diabète Marc Sankalé, les femmes sont atteintes du diabète de niveau 1 et 2. Citant des chiffres de la Fédération internationale du diabète, elle rappelle que 199 millions de femmes souffrent de cette maladie à travers le monde et que ce nombre peut atteindre 313 millions d’ici à 2040 « si rien n’est fait ». Le diabète est aussi la neuvième cause de décès chez les femmes dans le monde. Cette maladie, associée à la grossesse, dit-elle, est facteur de mortalité maternelle et infantile. Pour cela, le Dr Anna Sarr est persuadée que la femme doit être une actrice incontournable dans la lutte contre la maladie mais aussi dans la prévention. Pour ce faire, explique-t-elle, on doit garantir à la femme une bonne santé et lui faciliter l’accès à la planification familiale. C’est ainsi que, dans le cadre de la prévention contre cette maladie très couteuse, le ministère de la Santé et de l’Action sociale, en partenariat avec l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) et l’Union internationale des télécommunications (Uit), a lancé, depuis quelques années, le programme m-diabète visant à améliorer la santé des diabétiques au Sénégal. L’objectif est surtout de prévenir le diabète par l’utilisation du téléphone mobile. Grâce au mobile, les abonnés reçoivent régulièrement des messages leur prodiguant des conseils sur les bons comportements à aborder pour éviter la maladie. A la veille du dernier Ramadan, la plateforme m-diabète a enregistré 100.000 inscrits qui reçoivent régulièrement des messages.

 

Le Soleil

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here