Karim Wade a envoyé un message aux participants à un Colloque international pour la paix, organisé à Dakar le 3 mars 2018. Le message, lu en public et reproduit dans les médias, est daté du 28 février 2018 et est signé de «Karim Wade, candidat du Peuple aux élections présidentielles de 2019». Il convient de souligner d’emblée que l’emploi du pluriel nous intrigue, car il n’y aura qu’une seule et unique élection présidentielle au Sénégal en 2019 et qu’en France, autre pays de Karim Wade, l’élection présidentielle n’est prévue que pour l’année 2022. On peut donc présumer que Karim Wade voudrait parler de la Présidentielle au Sénégal pour laquelle, il faut le dire, il a déjà été déclaré candidat au nom du Parti démocratique sénégalais (Pds). Il prétendrait alors parler au nom du Peuple sénégalais. Qu’il peut bien être malheureux ce Peuple sénégalais pour qu’un Karim Wade, qui n’a daigné prendre la nationalité sénégalaise qu’en 2003, bien après l’accession de son père à la présidence de la République, se retrouve à se dévouer à parler au nom de ce Peuple sénégalais ! C’est un Karim Wade qui a esté en justice contre les autorités de l’Etat du Sénégal, en se prévalant de sa qualité de citoyen français qui s’autoproclame ainsi candidat du Peuple sénégalais. Il a déposé une plainte, avec constitution de partie civile, devant le juge français, Leche Bertezene, du Tribunal de grande instance de Paris, contre l’Etat du Sénégal. Cette procédure est toujours pendante et la justice française n’a pu se reconnaître compétente du fait que Karim Wade a déposé plainte en invoquant sa qualité de victime française. C’est celui-là qui prétend se porter candidat du Peuple sénégalais pour le diriger. Comment Karim Wade peut-il prétendre être le candidat d’un Peuple dont il ne parle aucune des langues nationales ? Comment Karim Wade peut-il être le candidat d’un Peuple dont il ne voudrait même pas des femmes pour y choisir une épouse ou même être vu avec l’une d’elles ? Comment Karim Wade peut-il être le candidat d’un Peuple dont il ignore jusqu’aux conditions de vie ? Qui a jamais vu Karim Wade tâter la réalité de la vie quotidienne du Peuple sénégalais en séjournant par exemple dans ses cases et chaumières, ou en buvant son eau ou même en partageant ses mets ? De ce point de vue, Karim Wade aurait peut-être pu être un candidat légitime à une élection présidentielle française, mais le hic est qu’il semble fuir la France. Allez chercher à savoir pourquoi, depuis plus de deux ans qu’il est sorti de prison, Karim Wade n’a pas daigné poser les pieds en France ou même dans un quelconque autre pays européen ? Pourtant, c’est en France que vivent ses parents et ses enfants. Pour pouvoir rencontrer sa famille, il fait déplacer chaque fois ses vieux père et mère et ses jeunes enfants jusqu’à Doha. La France est un pays si sérieux que pour pouvoir prétendre y être candidat à une élection nationale, il faudrait daigner s’y rendre et y vivre. De même, peut-on demander à Karim Wade ce qui l’empêcherait de venir au Sénégal, en dépit des multiples annonces faites par lui-même, son père Abdoulaye Wade ou les différents responsables du Pds ?
Il faudrait alors que Karim Wade règle certains préalables dirimants avant de pouvoir être candidat au nom du Peuple sénégalais. Le premier sera certainement de régler ses dettes vis-à-vis du contribuable sénégalais, en s’acquittant de ses condamnations en amendes, dommages et intérêts. Autrement, il encourt l’exécution d’une contrainte par corps prononcée par la justice dans des décisions devenues définitives. Il ne devrait pas douter que les autorités sénégalaises se montreront intransigeantes à ce propos. Il n’en demeure pas moins que Karim Wade ne saurait ignorer qu’il ne peut pas être candidat à une élection nationale sénégalaise dès l’instant qu’il n’est plus électeur du fait d’une condamnation à plus de cinq ans d’emprisonnement ferme. Karim Wade a perdu sa qualité d’électeur pour pouvoir être éligible. C’est sans doute pourquoi il s’était bien gardé de déposer sa candidature pour diriger la liste du Pds lors des dernières élections législatives de 2017. En conséquence, il ne pourra disposer d’un casier judiciaire qui pourrait l’autoriser à se porter candidat. Pour pouvoir être candidat, il devrait bénéficier d’une amnistie et ce ne serait pas le seul obstacle, Karim Wade aura encore besoin de renoncer à sa nationalité française pour pouvoir briguer la Magistrature suprême au Sénégal. Ces préalables réglés, il pourra affronter ses adversaires politiques qui lui rappelleront sa gabegie dans la gestion des affaires publiques. Personne n’a encore oublié les affres du Plan takkal avec des milliards engloutis qui n’avaient jamais réussi à régler les problèmes de fourniture d’électricité au Sénégal. Personne n’a encore oublié les conditions dans lesquelles l’autoroute à péage a été réalisée sur un tronçon d’une trentaine de kilomètres de Dakar à Diamniadio. Personne n’a encore oublié les frasques de la préparation du Sommet de l’Organisation de la conférence islamique (Oci). Personne n’a non plus oublié les péripéties de la privatisation de la Sonacos au profit de Abbas Jaber. Les Sénégalais n’ont pas non plus oublié les péripéties de la recapitalisation des Industries chimiques du Sénégal (Ics). Personne n’a par ailleurs oublié les multiplies avenants du contrat passé avec la compagnie Saudi Bin Laden dans le cadre du chantier de construction de l’aéroport Blaise Diagne. Personne n’a encore oublié les dépenses folles de la réparation de l’avion présidentiel, la «Pointe de Sangomar». Ce serait assurément de l’outrecuidance de la part de Karim Wade que de prétendre parler au nom de ce bon petit Peuple du Sénégal !

Madiambal Diagne
lequotidien.sn

25 Commentaires

  1. Une analyse fine, pointue et pertinente.Ce serait assurément de l’outrecuidance de la part de Karim Wade. Il faut s’autoévaluer avant de lance à corps perdu dans une action d’envergure telle qu’il l’envisage. Non en lui même, il ne peut être objectivement sérieux parce qu’il ne remplit pas les conditions et les critères pré-requis

  2. Je ne connais rien de Madiambal mais ce serait vraiment pitoyable et hallucinant que mon peuple, pour se relever, ne peut compter que sur Karim Wade. Ce serait un immense échec de nos pères et mères. Cela signifierait que l’enfant de Wade est le plus compétent, le plus pertinent et le plus instruit de nous tous.

    Non, gaa yi. Il y’a beaucoup de centaines de filles et de fils qui peuvent faire mieux.

  3. Un article très pertinent du point de vue des investigations mènes; même si la précisions des infos laisse présager un lien secrètement intime avec la source !!!
    Toutefois, il faudrait aussi que l’on soit sûr que le régime en place au Sénégal ne soit pas en train de faire la même gestion du bien public que son prédécesseur. Dés lors, l’on pourra s’attarder sur une éventuelle candidature d’un certain Karim wade qui se chauffe du même bois que ses anciens collègues qui gèrent le bien actuellement.

  4. SI RÈGLES , OBLIGATIONS ET ANALYSES QUI LAISSENT PERCEVOIR LA PERTINENCE ET LE RÔLE D’INSTITUTIONS FORTES ET IMPARTIALES ; RESPECTÉES PAR TOUS………! ALORS NOTRE ÉMERGENCE NE SERAIT PLUS THÉORIQUE.MERCI

  5. J’aimerais bien rappeler a Madiambal que Karim est ne senegalais . C’est faux de dire que Karim a pris la nationalite senegalaise en 2003. Karim a la nationalite senegalaise depuis sa naissance car son pere etant senegalais. Soyez un peu plus honnete dans vos contributions.

  6. Cet homme de maky sall vit des versements mensuels de maky.C’est un griot de la honte.C’est vendu qui fait honte aux africains.

    Il doit avoir la trouille, son président partira en2019 avec un GCAC ds le derrière .

    Pourri!

  7. Cet énergumène me rappelle le défunt Max Magamou du régime socialiste. Ils représentent ce qu’il y a de plus abject dans le journalisme. J’ai honte pour ses enfants. Attention la dignité vaut plus que l’appétit.

  8. C’est un faux greffier corrompu radié de la fonction publique, grade gueule rat de salle d’attente d’hommes de paille qui donne des leçons de probité ?
    Franchement Sénégal moo nèkh !
    Que voulez-vous ? Avec un nom comme ça !

  9. N’importe quelle personne sensée voit que Madiambal a de la haine pour Karim. C’est malheureux qu’onn puisse être aussi haineux.

  10. Cet énergumène de Madiambal Diagne ignoré que les sénégalais qu’ ils formaient hoers avec ses amis mercenaires comme Abdou Latif Coulibany Douleymane jules DIOP, ne sont plus duppés.. Nous allons lui demontrer que tous les projets qu ill a énumerés ont ete des succes que l
    les mercenaires de l opposition de Wade peignaient malhonnêtement pour déstabiliser son régime.A bientot

  11. Pour qui se prend ce Diambal de merde pour prétendre répondre au nom du peuple. A bas ces pseudo journalistes qui se cachent ce manteau pour berner le peuple sur l’autel de leurs intérêts personnels. Ce sont des politichiens déguisés à l’image de Abdou Latif Coulibaly, Amidou kassé, Souleymane Jules Diop, Yakham Mbaye et j’en passe. Ne vous foutez pas de ce brave peuple. Menteurs, comploteurs et je ne sais quoi d’autres. Que périssent tous ces politicards qui, depuis l’indépendance, ne font que mener le peuple à sa perte!

  12. Je ne comprends rien de ce que ce monsieur veut expliquer et en quoi est-il dépositaire du droit de décider qui est sénégalais ou non. Moi, je ne me suis jamais mêlé de la politique. Je n’ai jamais voté et très fier de ne pas participer ainsi à toute tentative de manipulation des électeurs ni de cautionner les mensonges d’Etat. Plus j’observe les sénégalais et plus encore je me rends compte des aberrations sociopolitiques et culturelles dans lesquelles ils s’enfoncent de jour en jour et à tous les niveaux de leur intelligence collective. L’affaire Khalifa Sall qu’aucun sénégalais n’est capable d’en dégager une logique et une cohérence pour nous aider à comprendre, l’affaire Karim Wade idem, l’affaire un tel, une telle autre… Il me semble opportun d’attirer l’attention des philosophes et des scientifiques sénégalais qui se taisent sur les mutations sociales survenues catastrophiquement chez le spécimen sénégalais du troisième millénaire. Il vous appartient de faire revenir à la raison tout un peuple qui semble atteint à travers une majorité de ses fils d’un syndrome d’acculturation post-mimétique pour sombrer carrément dans l’oubli total de ce qu’étaient les valeurs ontologiques de l’humain sénégalais: tolérance, générosité, solidarité et surtout discernement dans tout ce qu’il disait ou faisait.
    Le peuple sénégalais ne peut pas et ne doit pas être dépositaire de la haine, de l’intolérance, de la médisance et pire encore de la diffamation. Aucun des fils de ce pays n’a été éduqué par ses parents dans cette voie. De grâce arrêtons de confondre « ETRE CÉLÈBRE » et « ETRE CON » pour débiter un flux d’inepties innommables.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here