XALIMANEWS: Après avoir engrossé une lycéenne de 17 ans, le marchand ambulant M. Niasse a arrêté pour s’en être glorifié, accusant la jeune fille de s’être donnée à lui. Suite à une plainte des parents de sa victime, il a été arrêté et déféré au parquet de Louga.

Le village de Bellaho, dans la commune de Thiolom Fall, à Kébémer, est secoué par une rocambolesque histoire de mœurs ébruitée par les éléments de la Brigade de gendarmerie de Sagatta Gueth. Les hommes en bleu ont activité la machine judiciaire contre le nommé M. Niasse, lorsqu’ils ont reçu la lettre plainte des parents de la lycéenne FN. Interrogée sur les termes de sa plainte, la civilement responsable de la fille mineure (une mineure de 17 ans) a déclaré que «sa protégée a été violée et engrossée par un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années ». Ainsi, pour connaître le fin mot de cette histoire, les pandores ont soumis la victime à un interrogatoire très serré. Celle-ci, qui ne voulait pas dans un premier temps, révéler le secret, a finalement lâché le morceau : « M. Niasse me chaperonnait souvent, mais je n’ai pas répondu à ses avances. Un jour, profitant du mariage d’une amie, il ma entraînée dans la chambre de son ami avant de me violer. Après avoir satisfait sa libido, il ma laissé partir, avec la menace de savoir de quel bois il se chauffe, si j’en pipais mot à mes parents. Quelques jours après, il a fait de nouveau appel à moi pour un autre rapport sexuel. Depuis, il a fait de moi son objet sexuel. A chaque fois qu’il en éprouvait le désir, il me convoquait chez son ami et finalement, je suis tombée enceinte. J’avais peur qu’il me fasse du mal, c’est pourquoi je n’ai jamais rien ne dit à personne. Mes parents qui ont remarqué ma métamorphose physique, m’ont demandé l’auteur de ma grossesse et j’ai désigné M. Niasse. »

La victime a été confirmée par ses parents, lesquels ont révélé que le jeune homme, après avoir engrossé la lycéenne, bombait le torse, soutenant que leur fille est venue vers lui. Comportement qui les a indignés et ils ont décidé de porter plainte. Invité à s’expliquer sur ces accusations, le marchand ambulant, dira: «je suis bien l’auteur de sa grossesse. Cependant, elle a été toujours consentante. Je n’ai jamais exercé de violence ni de menace sur elle. Nous sortions ensemble. Tout le village était au courant de notre relation… » Déclaration qui na pas convaincu les gendarmes qui, après bouclage de l’enquête préliminaire ont déferré le mis en cause, poursuivi pour viol suivi de grossesse et détournement de mineure.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here