XALIMANEWS : L’ancien ministre de la Communication, auteur d’une prouesse électorale remarquable à Kédougou à l’occasion des élections législatives, a livré les secrets de sa victoire dans sa ville d’origine.

Pour l’ancien maire de Kédougou, les résultats obtenus sont le fruit d’une longue lutte pour la défense des intérêts de sa ville.

« Il y a deux sortes de leader : y a des leaders qui sont fabriqués par la presse et qui sont très souvent visibles sur les plateaux ; et il y’en a qui sont fabriqués par leurs communautés. Je n’ai jamais cessé de me battre pour Kédougou », déclare-t-il.

Partant de là, l’ancien ministre de la communication déplore que « des ennemis et adversaires politiques fabriqués artificiellement par le biais de l’argent » fussent dressés devant lui pour le « déstabiliser » en 2014.

Selon le président directeur général de l’Institut africain de management, la véritable lecture, c’est de lire la frustration de ces populations.

« Le bilan (de Macky Sall) s’il était satisfaisant pour nous, les populations allaient voter Benno Bokk Yakaar. De Senghor à Wade les fils de Kédougou ont toujours participé à l’effort de développement de cette nation. Cinq ans sans aucun fils de Kédougou dans les différents gouvernements successifs. Aucun fils de Kédougou nommé à la tête d’une société nationale. Aucun fils de Kédougou dans aucune ambassade…Kédougou et Saraya c’est le même vent de frustration », laisse-t-il entendre.

PARTAGER

1 Commentaire

  1. En nommant mon oncle Mady cissokho ministre dans les années 60, Senghor a voulu cimenter l’unité nationale et Diouf a fait la méme chose en nommant M. GUIRASSY à de hautes responsabilités dans les années 80/90. C’était pour que que les kédovins sentent toujours qu’ils appartiennent à ce pays. Maintenant que la région produit beaucoup d’or, on ostracise ses fils, l’Etat adopte le comportement du colon français en Afrique. On favorise les allogènes sur tous les plans comme si les kédovins étaient des aborigénes ou des canaques indignes de vivre sur ce riche terroir.
    Je ne vois pas ce que la région de Matam apporte plus que la region de kédougou à notre pays mais il est aisé de noter qu’elle a plus de ministres, de DG et de respect. Et cela, depuis 5 ans malheureusement.
    Je félicite Moustapha Guirassy car il nous a rendu notre fierté nous fils de la région de Kédougou nés et grandis à Dakar, Thiés et Louga etc.
    Méme Wade a fait mieux que l’actuel président pour la perception du sentiment d’unité nationale.
    Au président de se séparer de ces gens qui ne soont mus que par des interets immediats et qui raflent tout sans se soucier des équilibres qui ont toujours prévalu dans la constitution des gouvernements.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here