L’homme de l’année Xalima est… Khalifa Sall !!! Après Amadou Mactar Mbow, Latif Coulibaly, Oustaze Alioune Sall, Y’en A Marre et Mimi Touré, le Maire de Dakar nous semble être la personne qui aura le plus marqué l’année 2013..

Seulement, il est important de rappeler ceci : dans un souci permanent d’innover, nous avions voulu accompagner cette édition d’une interview du lauréat. Dans cette perspective, depuis plusieurs jours maintenant nous sommes entres en contact avec le cabinet du maire pour lui signifier notre choix et fixer un rendez-vous pour un entretien. Les démarches se poursuivent et le maire  a été mis au parfum mais comme au Sénégal tout va lentement… Notre idée a sans doute filtré ….

Initié depuis 2008, cet exercice de la rédaction de Xalima vise à mettre en évidence un Personnage dont l’activité aura eu durant l’année  un impact considérable sur le Sénégal d’aujourd’hui et de demain.

Le lauréat peut être un politique, un musicien, un écrivain, un marabout ou tout juste un citoyen que les circonstances de la vie ont amené à marquer  considérablement l’esprit des sénégalais et la marche du pays.

Certains diront  « mais Dakar ce n’est pas le pays » ! A priori oui. Mais Khalifa Sall a été choisi par Xalima parce qu’il a révolutionné l’offre politique. Jamais un dirigeant n’a dit avec autant de clarté « je m’en fou d’un second mandat. J’irai au bout de  mon programme et je ferai ce pourquoi les sénégalais m’ont élu ». C’est historique !  Au moment où  le Chef de l’Etat Macky Sall, un an à peine après son élection, déclare sa candidature  à la prochaine  présidentielle, le maire de Dakar rappelle de fort belle manière  un principe qui devait être une banalité : «  UN mandat c’est d’abord pour travailler ».

Aujourd’hui, Dakar respire. De la place de l’Indépendance, on aperçoit le marché Sandaga grâce au recasement des marchands ambulants qui trainaient sur l’avenue Pompidou ex-Ponty. Les élèves de Dakar se voient proposer du lait chaque matin à l’école. Les familles démunies sont assistées de manière significative. Les rues de Dakar sont entrain d’être pavées. Un récent rapport d’audit de l’ARMP lui a attribué un satisfecit et des encouragements pour sa gestion rigoureuse des deniers publics. Il faut dire aussi que Khalifa Sall, expert en organisation des élections, a longtemps prêché partout en Afrique la nécessité pour nos Etats d’instaurer la bonne gouvernance. Aujourd’hui, tout son auditoire africain regarde le théoricien exercer le pouvoir. Evidement, cela n’explique pas tout, mais cet aspect des choses demeure une des pièces importantes du puzzle pour comprendre le succès actuel du Maire de Dakar.
Notre seul souhait en le désignant comme « homme de l’année » est de montrer qu’il est possible de faire autrement la politique au Sénégal pour que son exemple fasse tâche d’huile afin que tous les « supposés leaders politiques du Sénégal » s’en inspirent !

PS: Khalifa Sall a été désigné homme de l’année,  le 12 décembre, lors de la délibération d’un jury composé essentiellement de la rédaction de xalima.

8 Commentaires

  1. entierement d’accord avec vous slip choix tres pertinant, mais je suggère à xalima(pour bouster nos dormeurs de dippité)de créer le deputé de l’année et pour cela je vote thierno BOCOUM,qui pour moi a ete incontestablement le deputé du peuple cet année,je lui souhaite bonne continuation

  2. Et les hémodialysés intoxiqués à l’aluminium et qui accusent Khalifa d’être complice dans ce qui leur arrive ? Pour sûr qu’ils n’ont pas participé à cette élection.
    tinyurl.com/ojzh53u

  3. Je suis désolé de constater que pour avoir du succès sur la scène politique sénégalaise depuis quelques années, il suffit d’adopter une certaine posture. Il y a une génération qui l’a compris. Cette posture consiste à parler peu, à se montrer responsable vis à vis de tout le monde, se montrer conciliant la plupart du temps, donner raison de temps à autre à l’opposition.
    C’est cette posture qu’adopte par exemple Malick Diop de l’AFP et le maire du Plateau. C’est cette même posture qu’adopte Khalifa Sall. Mais une seule question : qu’a t-il réellement changé dans l’armature physique et institutionnelle de Dakar ? Je n’en vois pas. Il a un discours de fermeté qui séduit certains de nos compatriotes, mais qu’est ce qui a réellement changé aux abords du marché Sandaga (quelques ambulants ont été déguerpis certes) et pire encore aux abords de la Grande Mosquée, du marché Tilène, de l’Avenue Blaise Diagne et Emile Badiane ? Je ne parle même pas du marché HLM !
    Pour le pavage il a choisi des zones qui posaient le moins de problèmes, qui si je puis me permettre, n’en avaient pas besoin. Pourquoi le pavage ne s’effectue pas à Fass ou à Grand Yoff ou d’autres quartiers du genre qui sont plus confronté aux problèmes de gestion de trottoirs que sur la Corniche ou qu’aux SICAP ? C’est la facilité avec pour gain une certaine visibilité ! Donc la communication. Car c’est de cela qu’il s’agit avec Khalifa Sall. Il sait faire de la com. Il a été à bonne école. Mais rien de concret dans la vie de tous les jours. Il n’y a aucune nouvelle infrastructure construite par la ville, qui est toujours aussi sale, toujours aussi envahie par le commerce ambulant, toujours aussi embouteillée. Plus grave, il créé des volontaires de la villes qui ne servent rien. J’ai été étonné à la Place de l’Indépendance d’être « guidé » par une volontaire alors que toujours traversé ce lieu sans problème. A quoi servait ce volontaire ? Clientélisme ? Image ?
    Arrêtons de juger nos politiques sur la com. C’est bien la fermeté affiché par Monsieur Sall, mais cela ne peut suffire comme bilan. Pour revenir à bilan, qu’a t’il fait de mieux ou plus que les deux Diop précédents ? Je ne vois pas. Donnez moi des exemples concrets et arrêtez cette poudre aux yeux pavage et je ne sais quoi. On veut une véritable changement et non plus ce discours même ferme !

  4. Je voulais évidement dire « se montrer respectueux vis à vis de tout le monde » Etre « poli » est devenu un argument de marketing politique. « Mome dafa yaru, ku bakh la » Ok on ne dit pas le contraire, mais on veut des maire qui bosse, qu’ils parlent peu ou beaucoup, car on juge le yaruté uniquement par le beuri wakh ou pas, ce qui en politqie ne devrait rien signifier. Quels sont les grands projets de Khalifa Sall pour Dakar pour les 10 à 15 prochaines années ? Je ne le sais pas. Je demande à nos amis de xalima de m’éclairer là dessus (puisque c’est eux et d’autres qui l’ont « élu » homme de l’année 2013.)

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here