Pour ne manquer aucune de nos prochaines videos

Abonnez vous à notre chaine Youtube

Monsieur, l’Afrique n’a jamais dormi, si non les Africain-e-s auraient encore les chaînes aux pieds

Monsieur le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (O.M.S.),  

Quel fut notre étonnement de vous entendre sommer : « l’Afrique à se réveiller« , le 18 mars 2020. Nous n’avons pas compris cette façon de vous adresser aux Africain-e-s à propos de la pandémie du ConoraVirus. C’est comme si depuis l’apparition de cette maladie en Chine au mois de décembre 2019, les Africain-e-s sont restés léthargiques, observant de loin le reste du monde agir, et, peut-être même, croyant comme le soutiennent certains, que cette maladie n’atteindra pas l’Afrique et que les Africain-e-s en seraient immunisé-e-s par le climat de leur continent.

Monsieur le D.G, pourtant, de par votre position au c?ur de l’O.M.S, les mises à jour de l’évolution du CoVid 19 à travers le monde, aurait dû vous mettre au courant de tout ce qui a été fait en Afrique.

Monsieur le Directeur général, vous auriez dû savoir que, dès que cette maladie a pointé son nez en Chine, l’Union Africaine (U.A.) a organisé une concertation entre ses membres pour examiner comment agir de concert pour protéger le continent contre cette menace planétaire. Certaines organisations sous-régionales telles que la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en ont fait de même.

Monsieur le Directeur général, nous comprenons bien votre intention qui est d’alerter l’Afrique du danger de Covid 19. Cependant, pour sensibiliser, on n’a pas besoin de stigmatiser. Mais, quand il s’agit de l’Afrique, c’est presque un réflexe. On est toujours prompt à dire ce qui ne va pas en Afrique, mais peu enclin à mentionner à ce que les Africain-e-s font de bien ou même de mieux que les autres. Quand cette stigmatisation vient d’un fils du continent comme vous, c’est étonnant et ça fait mal.  

Monsieur le Directeur général, avez-vous pas dit aux pays Européens (Italie, France, Espagne) : « Dormiez-vous jusqu’à ce que cette maladie entre chez vous, se répande au point non seulement de tuer des milliers de vos citoyen-e-s mais en plus d’aller contaminer ceux de l’Afrique ? » Non, vous ne leur poserez pas cette question, car, ce serait irrespectueux de votre part à leur égard.

Monsieur le Directeur général, aviez-vous dit au président des États-Unis d’Amérique quand il était dans le déni total du Coronavirus : « Réveillez-vous ! Cette maladie existe bel et bien » Non, par respect, vous ne lui parlerez de cette façon. Pourtant, si vous aviez eu l’audace de le faire, peut-être cela aurait pu éviter que le Coronavirus affecte plus de 80 000 de ses citoyen-e-s, en tue 1200 et mette des millions en confinement ; et aussi, préserve cette première puissance mondiale du risque de devenir l’épicentre de la pandémie du CoronaVirus.  

Monsieur le D. G., j’avoue que si l’Afrique avait attendu votre appel, soit le 18 mars, cela aurait été trop tard pour Elle. Car, le CoronaVirus y a fait son entrée le 14 février par l’Égypte, puis, elle s’est répandue au début du mois de mars, en Afrique du Nord (Algérie) et de l’Ouest (Nigeria et Sénégal). Ainsi, «On comptait, mardi 17 mars avant minuit, 462 cas sur l’ensemble du continent.» (RFI, 18/03/2020).

Monsieur le Directeur général, c’est dire qu’au moment où vous tapiez à la porte pour la réveiller, l’Afrique était au zénith (midi). Debout dès l’aube, elle était déjà loin. Car, comme l’écrivait le journal Suisse, Le Temps, le 17 mars : «bon nombre de pays africains ont pris des mesures drastiques, quand bien même ils n’avaient enregistré que quelques cas, ou aucun pour certains.» En effet, à cette date (veille de votre sortie), seuls 453 cas de coronavirus étaient recensés sur tout le continent africain.

Ils touchaient 30 de ses 54 pays. Malgré ce faible taux, les Gouvernements Africains avaient multiplié des mesures de protection de leurs peuples contre cette pandémie

En premier lieu, un bon nombre décidèrent de suspendre leurs lignes aériennes avec l’Europe. Ce, parce que «…du Kenya à la Somalie, en passant par le Sénégal, le Nigeria ou l’Afrique du Sud, tous les premiers cas de coronavirus enregistrés dans ces pays sont des ressortissants ou des résidents revenant par avion d’un séjour dans un pays infecté.» (Le Temps : 17 mars 2020) Ainsi, le Maroc, Madagascar, la Somalie et même le Tchad qui ne comptait aucun cas de Covid 19, interdirent tous les vols internationaux en direction de leurs pays.

D’autres pays prirent des mesures d’interdictions ciblées de vols. Ce fut le cas du Sénégal qui suspendit les liaisons aériennes avec sept (7) pays d’Europe et du Moyen Orient. Aussi, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Ghana et la Côte d’ivoire, la Guinée-Bissau en firent de même pour des vols venant des pays à haut risque tels que l’Italie et la France. En plus, certains pays comme la Zambie, le Nigeria, la Guinée équatoriale prirent la mesure d’auto isolement des voyageurs en provenance de ces pays à risque. Aujourd’hui, elle est pratiquée par tous les pays du monde. Une autre mesure que prirent beaucoup de Chefs d’État africains bien avant votre appel au réveil de l’Afrique, fut la fermeture des lieux d’enseignement. En effet, «Au moins 13 pays du continent ont fermé ou s’apprêtent à fermer l’ensemble de leur système éducatif, de la maternelle à l’université. C’est le cas notamment au Kenya, au Maroc, en Égypte, au Sénégal, en Afrique du Sud ou encore en Côte d’Ivoire.» (Le Temps : 17 mars 2020) En ce jour du 25 mars 2020, s’est ajouté à ces pays qui ont fermé leurs établissements scolaires et universitaires en Afrique, le Ghana, la Mauritanie, le Cameroun, la Guinée-Bissau, la Namibie, le Togo, le Cameroun, le Burkina Faso, le Rwanda, l’Île Maurice, la Somalie, l’Algérie, la Tanzanie, la Somalie, l’Éthiopie et la République démocratique du Congo (RDC). .

Par ailleurs, pour éviter la propagation du Coronavirus sur leurs territoires, beaucoup d’autorités africaines ont procédé à l’interdiction de divers types de rassemblements de plus de 50 personnes pour certains et de 100 pour d’autres. Pour ce, ils ont ordonné la fermeture des boîtes de nuit, des salles de spectacle, de cinémas, des restaurants, des cafés, etc. Ce, durant quinze (15) jours, trois (3) semaines ou jusqu’à nouvel ordre. Parmi ces mesures drastiques prises par l’Afrique, figurent la suspension et/ou le report d’événements culturels (concert, festival) et de compétitions sportives. Par exemple, d’un commun accord avec la Confédération africaine de football (CAF), le Cameroun (pays hôte) a reporté à une date ultérieure, le prestigieux Championnat d’Afrique des Nations prévu du 4 au 25 avril 2020.

Face à l’aggravation de la pandémie dans le monde, beaucoup de Chefs d’État et de Gouvernements de l’Afrique ont déclaré l’État d’urgence et/ou le couvre-feu. De même, toutes les couches des sociétés africaines (privé, société civile, artistes) se sont mobilisé pour le combat contre cette pandémie planétaire.

En outre, des chercheur-e-s, des professionnel-les- de la santé (médecins, infirmiers, aides soignants,   chargé-e-s de services de nettoyage, etc.) avec en tête de liste l’organisation S.O.S Médecins à Dakar mènent un travail titanesque pour le déceler le Coronavirus et pour soigner les patient-e-s afin de contrer sa propagation. Aussi, à travers les langues nationales et étrangères, le milieu des médias (écrit, parlé, télévisé et du Web) effectue un travail extraordinaire d’information et de sensibilisation des populations pour expliquer comment se protéger contre le Covid 19 et comment se faire soigner en cas de contamination. Pour ce, journalistes, animateurs d’émissions (T.V. radios, journaux) convient des spécialistes et des experts en la matière ainsi que des responsables politiques pour informer le public.  Signalons aussi la précieuse contribution de communication que mène RFI, la radio panafricaine.

Mieux encore, dans des pays où la religion occupe une place prépondérante dans la vie des citoyen-e-s tels que le Sénégal, les chefs religieux de toutes les confréries ont  procédé à la fermeture des mosquées et recommandé aux fidèles de prier chez eux, même le saint jour du vendredi. Ce qui est plus admirable encore, c’est la communauté chrétienne du Sénégal, qui malgré le mois Saint du carême, n’a pas hésité un seul moment pour fermer les Églises et inviter leurs disciples à rester à la maison.

Monsieur le Directeur général, vous auriez dû saluer d’abord ces efforts remarquables des fils et filles d’Afrique, puis alerter l’Afrique au lieu d’ajouter une couche de stigmatisations sur leurs dos.     

Monsieur le Directeur général, vous voyez donc bien que, les Africain-e-s ne se sont pas endormis, laissant comme des inconscient-e-s, le Covid 19 se répandre dans leurs pays. Bien au contraire, usant de l’intelligence de ses peuples, de l’expertise de ses savant-e-s en diverses matières, de l’influence de ses chefs spirituels et religieux et du dynamisme de sa jeunesse, l’Afrique déploie toute son énergie vitale pour mener vaillamment sa guerre contre le Coronavirus. La Gagnera t’elle? Seul l’avenir Nous le dira. Mais, par la Grâce divine, pour le moment, l’Afrique constitue le continent qui s’est le mieux défendu contre le Covid 19 et qui se porte le mieux au monde.

Au regard des efforts fournis et des résultats obtenus, l’Afrique mérite donc le Respect voire l’Admiration.

En vous souhaitant une bonne lecture de ma lettre ouverte, je vous prie, monsieur le Directeur général de l’OMS, de recevoir mes soeurelles salutations.

Cordialement,

Docteure Aoua Bocar LY-Tall

Sociologue, Auteure & Chercheure associée à l’Institut d’Études des Femmes de l’Université d’Ottawa, Canada

E-mail [email protected]

Pour ne manquer aucune de nos prochaines videos

Abonnez vous à notre chaine Youtube

19 Commentaires

  1. Bien dit Docteur, tout en précisant que c’est surtout les dirigeants de cette organisation qu’est l’OMS, qui devraient se réveiller et mettre en attente des équipes médicales, prêtes à intervenir une fois que les systèmes de santé des états sont déficients et débordés par de telles pandémies.

    • MERCI bien Alioune Yagué GUÈYE. En effet, l’O.M.S gagnerait à etre plus dynamique. Par exemple si elle se soucie réellement de l’Afrique, AGIR pour concrétiser le remède au Paludisme qui tue des centaines de milliers de gens en Afrique dont beacoup d’enfants. Ta proposition d’Equipes médicales interventions d’urgence est aussi pertinente.

  2. Merci chère Aoua Bocar . Cest la réponse qu’il fallait à ce vendu à cet esclave des blancs. Il fallait même répéter Monsieur. Une fois suffisait largement
    Il faut aussi parler de cet intervention du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres qui parle de la nécessité de voir l’Afrique comptait des millions de morts du Covid 19

    • Bonjour Seydi TALL.
      Vous m’avez vraiment fait beaucoup rire « MONSIEUR une seule fois SUFFIT. » Mais, respectons sa position au sein d’une instance internationale dont Nous sommes Membres. GuTerres, S.G. de L’ONU et sa prédiction de 10 millions de VONT MOURIR en Afrique. Alors, qu’il ne dit Mot des centaines de milliers de DÉJÀ MORTS en Europe et Amérique. CURIEUX ! Je lui mettrai en Cc. ma Lettre ouverte au D.G. de l’OMS. God bless AFRICA ! MERCI encore.

  3. Une lettre ouverte de Adama Gaye journaliste
    à Antonio Guterres
    ANTONIO: Halte à vos mensonges !

    Il est urgent de déconstruire et démentir la déclaration d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, qui, ajoutant à la psychose générale, prédit des millions de morts en Afrique du fait de la pandémie provoquée par le coronavirus.
    Vous mentez, Guterres !
    Vous n’avez fait cette déclaration que pour que le monde donne de l’argent, par milliards de dollars, qu’il lui refuse, à l’organisation moribonde que vous dirigez.
    Nous ne vous laisserons pas faire. Car, en parlant, comme vous l’avez fait, vous nous manquez de respect.
    Désolé, votre projet est de profiter du malheur planétaire actuel pour capturer le sort de l’Afrique afin d’en faire un instrument de propagande destiné en vérité à sauver l’ONU.
    Je constate que vous avez choisi de vous exprimer sur France 24 probablement à l’émission “Entretien”, animée par mon ami et cadet, Marc Perelman, que j’ai aidé à connaître l’Afrique en l’y invitant en Mai 1999 au Nigeria lors de la transition de ce pays d’un régime militaire vers un régime civil. J’en étais chargé de la communication.
    Je vous demande, Guterres, pourquoi ne vous êtes-vous pas adressé à des africains, via des médias africains, et en rapport avec les principaux concernés, les leaders et peuples africains. Même, malgré son inutilité, à l’union africaine qui représente le continent ?
    Ce n’est pas parce que l’ONU ne parvient plus à convaincre de sa pertinence ni à mobiliser ses budgets à force de n’avoir servi à rien, d’être obsolète, qu’une fois encore, profitant de l’apathie de ceux qui doivent parler en son nom, que vous avez le droit de vous enrober du malheur de l’Afrique pour attendrir les cœurs des bailleurs publics et privés sur son dos.
    Votre seul objectif, calculette à la place du cœur, est de vous servir encore sur la bête afin de continuer le train de vie folle et dépensière qui a déconnecté votre organisation des attentes d’un monde pressé, exigeant et conscient qu’elle était désormais plus dans l’esbroufe que le concret !
    Je vous l’ai écrit d’ailleurs, par lettre, en octobre dernier, peu après ma sortie d’une détention illégale de prison et je l’ai dit vertement à votre représentant spécial pour l’Afrique de l’Ouest, Docteur Mohamed Ibn Chambas. Vous ne servez à rien !
    Quand les droits de l’homme sont violés, quand des constitutions sont torpillées, des élections braquées, l’ONU est nulle part.
    Ses missions de maintien de la paix sont devenues des prétextes pour s’enrichir et s’incruster dans des pays où elles prolongent, ne règlent pas, les crises locales. Ses opérations au Mali, au Congo ou en Rca, lamentables et coûteux échecs, l’attestent.
    Depuis sa création en 1945 à San Franscisco, par le Traité éponyme, l’ONU n’a certes eu de cesse de chercher sa voie. Elle a peut-être aidé dans certains domaines, via ses agences sectorielles, à l’avènement de normes universelles utiles, comme le Codius alimentarius de la FAO, le droit de la mer de Montego Bay de 1982, ou encore les coordinations sur les politiques d’éducation, de santé et d’enfance.
    Mais, en gros, après avoir longtemps été paralysée par la guerre froide, rendant inopératoire son principal organe de décision, le conseil de sécurité, on avait cru qu’une nouvelle ONU naîtrait des cendres de la plus longue guerre idéologique planétaire. Seulement, à force de ruser avec ses irréfléchies opérations de maintien de la paix, ses objectifs illimités pour résoudre les défis économiques de l’humanité (objectifs du millénaire et objectifs du développement durable), qu’elle n’avait pas les moyens financiers, logistiques et humains de résorber, elle est frappée du syndrome de l’overstrecht -en voulant faire plus qu’elle ne peut. En revendiquant au nom de son Traité le mandat de gendarme du monde, sans avoir le soutien de ses principaux parrains etatiques, en faisant faire aux membres de son conseil de sécurité des missions sur le terrain, plus touristiques et de frime, l’ONU a perdu pied.
    C’est qu’elle n’a cessé de se fourvoyer. Au point de devoir chercher à vivre par des expédients, ou à se montrer en des circonstances ou son rôle est suspect, comme lorsque Abdoulaye Mar Dieye du Pnud fait de l’activisme pendant les groupes consultatifs du Sénégal (au nom d’un PNUD désargenté !), s’il ne lance, en grandes pompes, le projet corruptogene du PUDC chez nous…
    Et donc vous voici, Gutteres, cynique en diable, déterminé à faire de notre continent, pauvre Afrique, votre carte pour vous faire entendre. Et vous le faites d’une manière qui nous déshonore: passer par le coronavirus pour renflouer les caisses de l’ONU et vous repositionner en instance tutélaire, en un mot pour faire de l’ONU une force neocolonisatrice de l’Afrique.
    Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU, je connais trop bien vos accents alarmistes rimant avec opportunisme. Souvenez-vous : en juin 2016, l’un et l’autre nous avions participé à la conférence de Londres où vous étiez venu faire campagne pour votre élection. Je vous rappelle que ce jour-là je m’étais levé pour dire à une salle ébahie qui dissertait sur la victoire presque inévitable de Hillary Clinton en novembre 2016 qu’elle pouvait être battue par son adversaire, Donald Trump. Mon intervention avait changé le cours des débats.
    Je vous vois depuis votre élection gigoter dans tous les sens pour vous faire remarquer. Et chaque crise humanitaire est l’occasion d’une montée d’adrénaline dans votre voix. Est-ce parce que vous n’avez pas encore pu vous débarrasser de votre manteau d’ancien patron de l’organisation onusienne chargée des réfugiés et donc qui vous fait un champion toutes catégories de l’alarmisme larmoyant ?
    Forcement, dans ces conditions, la crise du coronavirus tombe à point nommé pour que vous tentiez de vous faire entendre par un monde qui ne vous écoutait plus.
    De la à dire qu’il y aura des millions de morts en Afrique du fait du coronavirus, il n’y avait qu’un pas. Que vous avez allègrement franchi dans un moment de mensonge digne de figurer dans les annales d’une ONU qui a intérêt à se remettre en question, à réduire son train de vie, à cesser de frimer, par certains de ses officiels, avec des discours sur les genocides du passé, en gardant le silence sur ceux tacites, économiques ou politiques actuels en cours, ou à ne pas comprendre qu’il lui faut réduire sa voilure et sa présence chères à New York dans le quartier de Manhattan.
    C’est ce changement en profondeur que vous êtes sommé de faire. C’est de cesser de vous coltiner avec des leaders, chefs d’état ayant violé les normes universelles ou internes, que vous devez apprendre à faire pour redevenir utile aux yeux des peuples du monde.
    De grâce, sachez-le, que le coronavirus soit une dangereuse pandémie est un fait mais pas au point de tuer des millions d’africains.
    Monsieur Guterres, vous avez froidement menti en vous servant de l’Afrique pour sauver votre décadente institution. Trouvez autre chose ! L’Afrique, coronavirus ou pas, ne sera pas la terre de la réinvention d’une organisation ayant perdu ses repères, inutile !
    Monsieur Guterres, vous avez intérêt à vous renseigner sur le Professeur Raoult de Marseille: sans effet de manches, en aidant le monde à trouver le remède pour empêcher les morts que vous prédisez, il peut s’attendre à voir des milliards de dollars affluer vers son modeste laboratoire.
    Il a convaincu.
    Vous avez été pris dans votre mensonge et abattu en plein vol !
    Vous auriez dû avoir le courage de dire plutôt que les effets de la gouvernance kleptocratique des dirigeants que vous aimez tant fréquenter et célébrer sont les causes du malheur que vous voyez s’abattre sur le continent.
    Le coronavirus, sauf pour ceux qui prospèrent de l’occurrence de cette épidémie, sera vaincu plus vite que votre stratégie de la peur n’aura le temps de réussir.
    Taisez-vous, Guterres et souciez-vous plus de la disruption mortelle qui guette la moribonde organisation que vous voulez ressusciter en misant sur des cadavres d’africains.
    Macabre, toi-même, Guterres !

    Adama Gaye, Le Caire, 28 mars 2020.

    À mes compatriotes du Sénégal, avez-vous passé, comme moi, une nuit blanche, en larmes, après avoir vu le sketch malheureux donné par les énergumènes, politiciens et people, conviés par macky SALL au Palais de la République. Toute cette bande de faussaires, folkloriques et fourbes individus, sans exception, depuis le début de ces rencontres, doivent être tenus comme complices d’une non-assistance à un peuple en danger: pendant que le virus et d’autres maux affligent le pays, ils se donnent en spectacle. Irresponsables et crapuleux pantins. Je les méprise. Sans exception !

    Ici en photos avec Docteur Chambas, représentant régional de l’ONU (aplati devant les pouvoirs ouest africains) et en tournée africaine avec feu Kofi Annan en 1997. Je suis de près la marche de l’ONU !

  4. Tres belle reaction de votre part pour donner la position de l’Afrique vis a vis de cette pandemie. Stop a la stigmatisation des africainss. Tous les penseurs africains doivent adopter la meme position envers ce Directeur General qui se fait une mauvaise image de l’Afrique. MERCI ENCORE

    • MERCI bien, Keita Cheikh FantaMady de vos appréciations de ma Réaction.
      Les intellectuel-les Africain-e-s devaient en efftet être ALERTES et Déconstruction à chaque fois qu’il le faut les PRÉJUGÉS et STIGMATES de tous genres qu’on déverse sur l’Afrique. Car, Ils affectent la DIGNITÉ des Africain-e-s et fragilisent l’Estime de Soi de leurs Fils et Filles.

  5. Pour ma part, je pense pas que ce soit le moment de polémiquer. L’heure est grave, très grave. Il s’agit plus d’une sonnette d’alarme de l’OMS que d’une stigmatisation des africains.
    Prions Dieu afin de minimiser les effets néfastes de ce virus en Afrique.
    Jean-Désiré
    MTL.

    • Monsieur Jean-Desiré,
      « L’heure est grave » en effet surtout au regard de ce qui passe en Europe et aux États-Inis qui enterrent leurs morts par milliers, Eux, les Grandes Puissances si Impuisantes aujourd’hui. Nous avons noté L’ALERTE, mais, n’avons pas manqué de noter la STIGMATISATION aussi. Comment peut-on trouver des gens qui AGISSENT depuis plus
      d’un mois (15 février- 17 mars) par diverses mesurent pour contrer la Pandémie et leur dire « Réveillez Vous! » ? C’est un manque notoire de Respect de la part de quelqu’un qui devait savoir ce fait dans chaque coin du monde, et surtout, sur Tout un continent. Nous le Déplorons !

  6. Salam. Recevez mes salutations les plus distinguées madame. Vous avez tout dit. Je pense que nous devrons encore plus de vigilance sur ses personnes de genre à vouloir dominé notre continent. On a dépassé d’être dirigé par ses personnes mal sain qui cherche toujours à s’enrichir sur nos dos. On en a marre vraiment se voir leurs têtes de cochons sur leq dossiers Africaines. Quils aillent voir chez eux ou venir négocier pour un échange se travaille ( coopération et autres….) maintenant à l’heure actuelle dieu a fait comprendre au monde entier que y’a que lui qui est là personnes d’autres pour faire vivre et avancer l’Afrique. Le contraire c’est l’Afrique qui fait vivre les autres pays . Et ils sont conscient. Même nos parents qui étaient parti clandestinement regrette leurs actes. Et vous qui interdisez leur rentrée regarder et analyser ce que le bon dieu a donné comme leçon.

    • MERCI Adjaratou Thiony NDOYE de vos salutations distinguées. C’est SYMPA !
      Merci aussi des vérités que vous ajoutées à ma Lettre. En effet, Nous en avons juste MARRE de la domination politique, de l’exploitation économique et de l’humiliation culturelle qui durent et perdurent depuis cinq (5) siècles. Nous voulons qu’on Nous laisse en Paix et en Liberté afin de développer nos pays et que les Enfants d’Afrique y RESTENT dans la DIGNITÉ.

  7. Merci Docteure pour cette mise au point. En réalité cet oiseau de mauvaise augure et ses semblables ne craignent pas seulement une situation de chaos, mais ils la souhaitent fortement pour des raisons qu’ils sont seuls à
    savoir. Il nous appartient de montrer, par les actes, que nous sommes conscients des dangers qui nous guettent et que nous sommes déterminés à y faire face. L’Afrique possède des scientifiques de haut niveau et qui ont la fibre patriotiques. Ceux ci les Etats doivent les sécuriser, les protéger, les mettre hors de portée des forces obscures.

    • MERCI bien Citoyen Alpha.
      En effet, n’écoutons pas les voix qui veulent Nous mener dans l’AfroPessimisme.
      Nous avons toutes les Ressources qu’il faut dont des scientifiques de haute facture (À protéger en effet) pour Noys développer et pour faire face cette Pandémie.
      God bless Africa !

  8. Merci pour cette précision chère Dame. Veuillez recevoir mes salutations distinguées. ..
    Les africains doivent croire en eux…c’est ce qui les manque…
    Merci de croire en toi et en Afrique

    • MERCI bien Cheikh Tidiane BA de vos remerciements et de vos salutations distinguées .On fait justement Tout pour que les Africain-e-s DOUTENT de leurs capacités. C’est dans ce sens que va ce « Afrique réveillez Vous » On ne doit plus laisser faire.
      Croyons en Nous et en notre Afrique !

  9. Monsieur Jean-Desiré,
    « L’heure est grave » en effet surtout au regard de ce qui passe en Europe et aux États-Inis qui enterrent leurs morts par milliers, Eux, les Grandes Puissances si Impuisantes aujourd’hui. Nous avons noté L’ALERTE, mais, n’avons pas manqué de noter la STIGMATISATION aussi. Comment peut-on trouver des gens qui AGISSENT depuis plus
    d’un mois (15 février- 17 mars) par diverses mesurent pour contrer la Pandémie et leur dire « Réveillez Vous! » ? C’est un manque notoire de Respect de la part de quelqu’un qui devait savoir ce fait dans chaque coin du monde, et surtout, sur Tout un continent. Nous le Déplorons !

  10. La sortie de SG de l’ONU répond à 2 choses :
    – masquer le complot ourdi des occidents qui veulent anéantir l’Afrique à une action macabre et s’accaparer de ses richesses, sous prétexte que les problèmes du monde, surtout économique provient de la démographie africaine,
    – recherche d’une nouvelle virginité pour cette caisse de résonance qui ne règle rien dans le monde a part enrichir des hommes et femmes qui ne doutent rien pour remobiliser des fonds face à sa perte de vitesse et surtout de crédibilité…
    Merci Hawa, les intellectuels de la mère patrie doivent sortir de confinement pour donner une raclée à ce général en chef des comploteurs pour RECOLONISER l’Afrique.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here