XALIMANEWS : Les membres de la chambre de commerce, d’industrie et d’Agriculture de Dakar (Cciad) ne lésinent pas sur les mots pour dénoncer la conjoncture actuelle. Selon eux, la situation intérimaire du bureau a trop duré.
Ils réclament ainsi une délégation spéciale en attendant l’organisation de nouvelles élections consulaires. Car, l’accalmie notée ces dernières années du fait de l’intervention du chef de l’Etat va bientôt laisser place à la confrontation. C’est du moins ce que craint Birane Yaya Wane, Administrateur de Sociétés et membre de la coalition « And Défarat CCIAD ».
M. Wane, également partisan de Macky Sall, a fait état de la situation déplorable qui règne dans l’Institution consulaire dans une lettre adressée au président de la République le 16 avril 2018. Il relève ainsi un certain nombre de faits qui risqueraient de plomber le fonctionnement de la chambre de commerce de Dakar. Parmi les complaintes de Wane, on peut noter le fait que le mandat des membres titulaires et suppléants de la chambre de commerce, d’industrie et d’Agriculture est arrivé à terme.
« En plus des cinq ans prévus, les deux prorogations légales prévues successivement par arrêté et par décret sont également épuisées », a-t-il souligné. Birane Yaya Wane propose alors au chef de l’Etat de procéder à la mise sur pied d’une délégation spéciale afin de nommer des hommes d’affaires opérationnels reconnus dans leurs secteurs d’activité respectifs comme champions capables d’accompagner le Plan Sénégal émergent(PSE).
Avant de fusiller le ministre du commerce Alioune Sarr, qui selon lui, n’est pas en mesure de conduire ces réformes nécessaires à la CCIAD.
« Alioune Sarr a montré ses limites à la tête de ce département. Il doit être muté vers une autre station ministérielle. Par ce que ça ne présage rien de bon. Son échec est là et palpable, car n’étant même pas en mesure d’organiser des élections consulaires », a- il déclaré. Il demande par ailleurs au chef de l’Etat de vérifier toutes les allégations faits ci-dessus par le biais des services de renseignements et d’appliquer pour le bien de la CCIAD les propositions faites dans les meilleurs délais.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here