XALIMANEWS : La ligue sénégalaise des droits de l’homme ne compte pas s’arrêter concernant le combat qu’elle mène contre l’arrêté d’Ousmane Ngom datant de 2011.

Selon le responsable de la LSDH, Me Assane Dioma Ndiaye ,la LSDH a vidé toutes les voies et moyens légaux pour l’abrogation de l’arrêté très controversé en vain. Ainsi, Ils comptent s’attaquer juridiquement contre l’arrêté en renvoyant le dossier au niveau de la Cour Suprême selon le patron de la LSDH qui s’exprimait au micro de la Sud Fm.
Pour rappel, l’arrêté Ousmane Ngom porte le nom de l’ancien ministre de l’intérieur du président Abdoulaye Wade qui, en 2011, avait instauré cet arrêté pour protéger le plateau surtout avec les institutions de la république comme le Palais, l’Assemblée, les ministères.
L’arrêté interdit toute manifestation allant de l’avenue El Hadj Malick Sy jusqu’au Cap Manuel.
Ce qui fait que beaucoup d’acteurs politiques jugent l’arrêté comme liberticide et anticonstitutionnel.

1 Commentaire

  1. Juste ! mais il faudrait que la LSDH ainsi que les partis ayant déposé une « autorisation de manifester » ‘pour autant qu’elle existe ! car cette liberté est garantie par la constitution) PRENNENT PAR DEVERS LA RESPONSABILITE MORALE ET MATERIELLE DE TOUTE CASSE OU DÉGRADATION DES BIENS D AUTRUI, PUBLICS OU PRIVEES OU DE TIERCE PERSONNE EN CAS DE TROUBLES A L ORDRE PUBLIC OU D EMEUTES ET QU ILS SOIENT PRETS A RENDRE COMPTE AUPRES DES TRIBUNAUX ET S ENGAGENT A PAYER LES PREJUDICES COMMIS. Cette loi n’est pas venue au hasard et ne vise pas dans son essence à restrindre les libertés de manifester; CE QUI EST RESTRINT C EST L ESPACE DE MANIFESTER ET NON LES LIBERTES DE MANIFESTER !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here