Le Sénégal ne sera jamais ce que les organisations des droits de l’homme voudraient qu’il soit, un pays où toutes les valeurs cardinales seraient dévastées sous le prisme des valeurs universelles. La liberté de penser, les rapports avec les parents , avec l’autorité, ne sauraient avoir le même contenu, ni même être exercés de la même manière sur toute l’étendue de la terre. Promouvoir l’insulte et les vices, est un projet qui ne passera que lorsque les sénégalais auront perdu toute leur substance socioculturelle et que le processus d’aliénation aura atteint son terme. Soutenir les propos injurieux d’un Assane Diouf, d’un Guy Marius Sagna, d’un Ousmane Sonko ne passera dans ce pays puisque personne , ni eux les insulteurs, ni les autres, n’ accepteraient que leurs pères et mères soient agonis d’injures, sous quel que motif que ce soit, quel que soit le rang ou la position occupé, quel que soit le régime dans lequel on évolue , démocratique, dictatorial , républicain ou monarchique. Aucun référentiel socio culturel sénégalais, du Nord au Sud, de l’est à l’Ouest, n’a intégré l’insulte au rang de valeurs instrumentales ou terminales. Aucune organisation nationale ou externe, ne doit faire la promotion de tels comportements sur notre territoire qui contribuent à destructurer notre modèle sociétal. C’est l’identité sénégalaise et personne ne doit la diluer. Le President de la République est comme le père ou la mère de famille, comme l’imam, comme l’oncle, comme le frère en plus du pouvoir suprême de décider à notre place qu’on lui a conféré, de s’occuper de nos destins pour poursuivre avec nous, notre quête commune du bien-être et du bonheur. Il peut ne rien signifier ou être n’importe quoi ailleurs où un fils peut dire à son père :<< tu ments>> où celui-ci est réduit à sa simple expression mais ici et maintenant , au Sénégal, le Président que nous nous choisissons librement après une sélection minitueuse où attitudes et aptitudes sont passées au crible fin , ne peut être n’importe qui ou être traîné dans la boue impunément. Qu’on soit avec lui ou contre lui, peu importe. Il ne nomme SALL aujourd’hui pour porter un autre nom demain, il s’agira toujours de notre Président. Voilà notre modèle sociétal que democratie et liberté ne pourront changer et c’est plus fort que nous tous. Du haut de sa bouche nauséabonde, prête à contaminer l’atmosphère paisible au Sénégal, bras armé de l’occident chantre des causes destructurantes et dangereuses, qu’est ce que ce Seydi Gassama a dit ou fait de la mort du commandant Tamsir ? Qui a entendu les cris d’orfaie poussés par.ces.droits de l’hommiste sur les meurtres gratuits et autres agressions contre nature ?
C’est au peuple sénégalais de continuer à protéger notre pays, des adultes insulteurs  publics ( les jeunes ne le font même pas) tout comme on se mobilise contre l’homosexualité, la franc maçonnerie et à l’Etat de ne point faiblir. Si on détruit le terreau de valeurs cardinales sous lequel ce pays est bâti, où allons-nous et que serons-nous aujourd’hui et demain ?  Dans un pays comme le Sénégal ou les gens savent ce qu’ils doivent faire mieux que les politiques et autres activistes, on n’a pas à franchir le rubicond au point d’insulter les autorités  Dans un tel projet de société  , seule la responsabilité doit soustendre notre action.

Cheikh NDIAYE 
Conseiller Spécial / CESE

1 Commentaire

  1. Vous devriez être plus équilibré dans vos écrits. Entre insulter un homme, fût il président de la République et insulter toute une ethnie, qu’est ce qui est plus grave ?
    Vous ne parlez que de sonko, pourtant il n’insulte jamais, pourquoi voulez-vous le faire passer pour un insulteur?

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here