Les élites africaines ont remplacé les négriers et autres « apôtres » concubins de
la politique. Elles ont toujours tiré profit de la détresse et de la candeur de leur
peuple. Elles n’ont jamais cherché à amener les masses vers la lumière, vers un
humanisme affranchi de tout obscurantisme et de tout calcul mercantile. Nous
n’avons pas inventé la démocratie, mais nous l’avons apprivoisée à des fins
antihumanistes. Nous n’avons pas non plus inventé les religions révélées, mais
nous en avons fait un succédané des pires entreprises d’exploitation de l’humain
et de l’humanité en nous.
La politique sert une minorité, et n’a d’autres orientations que la prise en charge
des problèmes ponctuels. Aucune vision prospective, aucune planification
typiquement locale à long terme, aucun souci de transformation structurelle de
la société. Les rois qui vendaient des esclaves ont réussi à mouler nos mœurs
dans le mépris de soi : c’est le même principe qui est perpétué aussi bien dans la
sphère politique que dans celle religieuse. L’exemple de Mamadou Dia est
illustratif du complot qui se joue contre les biens et les intérêts du peuple. Ce
grand monsieur défendait les intérêts du peuple, il voulait faire payer aux
députés et aux débiteurs occultes leurs dettes, il voulait mettre fin aux privilèges
accordés sans raison à des minorités et on l’a trahi. Cheikh Anta Diop a connu le
même sort : ostracisé et mis en mal avec les élites maraboutiques, son discours
était devenu inaudible, même parmi les intellectuels.
Les élites religieuses (toutes religions confondues) ont travesti l’essence de la
foi, ils l’ont sécularisée et réduite à un ensemble de stratagèmes pour le salut
terrestre. Et que je dis salut terrestre, ne croyez surtout pas qu’il s’agit de celui
des fidèles : il s’agit bien et exclusivement du salut des élites. Le culte à ciel
ouvert n’a jamais développé un pays. Le nombre de fêtes religieuses dans les
pays africains est irrationnel, déraisonnable et fortement suspect. La religion,
telle qu’elle est pratiquée en tout cas dans nos pays, ne peut pas développer nos
sociétés. Une société se développe d’abord par la foi au premier cadeau que
Dieu a fait à l’homme : la raison. Une religion qui étouffe ou congédie la raison
n’est pas humaniste. Nous ne sortirons jamais des ténèbres sans une critique
sans complaisance de notre « religiosité ». Nous ne sortirons jamais de
l’esclavage, car nous sommes encore doublement esclaves ou esclaves d’autres
esclaves.
Nos sociétés ont besoin d’être reformées en profondeur. Nous n’irons nulle part
avec nos mœurs politiques et religieuses actuelles. Notre hypocrisie nous tuera,
notre torpeur intellectuelle nous enchaînera davantage dans la pauvreté, notre
peur de regarder la réalité en face et de prendre notre destin en main nous
damnera éternellement. Il est temps, pour nous, de penser à la communauté et de

dépasser nos mesquines individualités. Ce n’est pas acceptable que dès qu’un
citoyen accède à un poste, son premier réflexe soit de distribuer des prébendes
aux siens et à des élites qui n’en ont aucun droit. Ce n’est pas acceptable que le
rêve de tout intellectuel se résume à un mot : nomination ! Il faut abolir la
culture de la rente, il faut se battre pour que la religion et la politique ne soient
plus des espaces de rentes. Il nous faut une révolution culturelle pour sortir notre
peuple de cette situation qui n’est ni esclavage ni souveraineté. La peur inhibe ;
la croyance, quand elle n’est pas réfléchie, aliène l’homme : nous devons
renaître si nous ne voulons pas mourir.

Alassane K. KITANE
Professeur au Lycée Serigne Ahmadou Ndack Seck de Thiès
Président du Mouvement citoyen LABEL-Sénégal

6 Commentaires

  1. Quand on voit comment nos dirigeants se comportent vis à vis de de l’extérieur, on comprend mieux comment une indignité et une inhumanité comme la traite des noirs a pu prospéré et duré autant.
    Ce sont nos dirigeants qui vendent le peuple, ses biens, sa culture, ses Hommes, par corruption pour satisfaire les toubabs et s’enrichir.
    Rien n’a changé, à part les laquais et les méthodes et moyens qui se sont modernisés.

  2. Quand on voit comment nos dirigeants se comportent vis à vis de de l’extérieur, on comprend mieux comment une indignité et une inhumanité comme la traite des noirs a pu prospéré et duré autant.
    Ce sont nos dirigeants qui vendent le peuple, ses biens, sa culture, ses Hommes, par corruption pour satisfaire les toubabs et s’enrichir.
    Rien n’a changé, à part les laquais et les méthodes et les moyens qui se sont modernisés.

  3. Enfin Kitane fait texte qui peut être utile à la population. J’ai toujours dit ici que 99% de nos malheurs, de nos échecs, de nos maladies, de nos pauvretés viennent de nous-mêmes ! Ça ne vient ni de la France, ni des blancs ni des naars ni des étrangers, ça vient de nous-mêmes ! Donc commençons par nous attaquer à nos mœurs, notre faux masla, nos faux marabouts, notre paresse, notre indiscipline collective, notre hypocrisie nationale… Et vous verra que le pays se redressera de lui-même en moins d’1 an ! Insulter Makcy c’est stupide et irresponsable car c’est nous insulter nous-mêmes parce que les dirigeants sont toujours à l’image de leur peuple. Pour une fois Merci Kitane.

  4. Merci, Monsieur Kitane , j’ai souvent lu vos contributions et elles sont d’une pertinence évidente. Vous touchez la profondeur des maux qui inhibent notre progrès. Je veux simplement ajouter que la religion n’est pas bien comprise par une bonne partie de notre société. la religion prone des valeurs comme le travail, l’honnêteté, la pureté, le licite, la dignité, l’endurance, l’amour et le respect du prochain; la fidélité, la justice, l ‘équité, le respect de la parole donnée et de l’engagement…valeurs qui se résument par la piété. La plupart des gens n’ont pas foi en Dieu, c’est pourquoi ils préfèrent la vie ici bas, tous les moyens sont bons pour s’assurer une « vie heureuse »sur terre, au mépris de toutes les valeurs religieuses(valeurs humaines émanant de notre Créateur) et ils oublient l’au delà. Si on croyait réellement en Dieu, notre société serait une société bénie, une société de progrès ou la corruption et les malversations de tout ordre seraient bannies. Une société juste et égalitaire, avec des dirigeants qui mettront l’intérêt supérieur de la nation au delà de toute autre considération.

  5. Texte philosophique!!
    Il faudrait que les enseignements de nos ancetres egyptiens soient retraduits et divulguer pour l eveil de la conscience collective des africains. Le Premier livre connu est le livre des secrets de la cosmogonie appelle livre de Thot dont le Premier principe de la connaissance est le prealable pour toutes formes de savoir :
    Le Principe de la mentalite ou Maat (different du maat greco-romain).
    Pour acquerir la certitude, il faut au prealable se reveiller. Etre en eveil.
    Se separer du sommeil latent duirne :. Le mirage
    L eveil de la conscience est le debut de la certitude jaatee qui est une constante(nombre).
    La certitude est differente du reve de la veille, de la mythologie source de notre
    Latence.
    Diog wadj, wadj diotna!!
    L eveil de la conscience en ancienne origine. WADJI 4e, 1e dynastie
    Concepteur du calendrier lunaire – solaire /luni-sol en-3000 jc.
    Wassalam

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here