XAIMANEWS: Le Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (Abdoul Mbaye) est sorti de sa réserve après la déclaration faite par Macky Sall au niveau de Paris sur le cas Karim Wade et Khalifa. En effet, Macky Sall a promis de les amnistier  dès sa réélection.  Seulement Abdoul Mbaye voit cela comme du chantage et de la manipulation.

Voici in extenso son analyse que l’on vous propose de lire :

Une information donnée ce 12 novembre 2018 par le magazine Jeune Afrique nous fait savoir que Macky Sall serait prêt à accorder l’amnistie à Karim Wade et à Khalifa Sall à condition qu’il soit réélu.

L’amnistie accordée en contrepartie de l’intérêt général correspond à une pratique qui permet notamment d’obtenir des renseignements profitables à une enquête visant la protection contre des crimes. Elle a également permis d’organiser le départ de dictateurs s’acharnant sur leurs peuples.

Par contre, si l’information donnée par J.A est exacte, cela signifierait que Macky Sall a décidé d’inventer le marchandage de l’amnistie par un abject chantage au profit direct de celui qui l’accorde : ne m’affrontez pas aux prochaines élections et je vous accorde l’amnistie ; ou aidez-moi à être réélu et je vous accorde l’amnistie.

Et nous qui pensions en avoir déjà vu de toutes les couleurs au nom d’une obstination pour un second mandat!

Cette manipulation du droit d’amnistier à son profit direct et personnel serait tout simplement épouvantable face au droit et à l’éthique.

Espérons donc qu’un démenti de la Présidence de la République viendra rapidement corriger ce qui pourrait n’être qu’une parmi d’autres « fake news » dont on sait qu’elles ne sont pas l’apanage exclusif des réseaux sociaux que l’on s’apprête à museler.

A défaut, et s’il ne s’agit pas de propos motivés par la panique, il faudra que le peuple sénégalais et les concernés prient qu’un second mandat puisse rendre au Président élu son sens perdu de la parole donnée auquel nous avons été habitués.

Abdoul Mbaye

Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail

12 novembre 2018

 

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here