L’heure est grave, les ambitions s’affichent, la tension monte et les stratégies se peaufinent avec des alliances de toute nature dont l’objectif ultime est de se faire élire.
A Kaolack, comme dans les autres villes du pays, le paysage politique est le même, la tension est palpable partout. Les militants de l’APR, tout comme ceux des autres formations politiques, sont en train de se tirailler pour se faire remarquer par leurs ‘voix’ et non par leur ‘poids électoral’. Naturellement, l’APR étant le parti au pouvoir, les tensions vont s’y exacerber à juste raison au fur et à mesure que les échéances s’approchent.
Du sommet comme à la base, le choc des ambitions est manifeste. A Kaolack, Mimi se fait attaquer et est considérée comme persona non grata par les Ministres Diène Farba, Mariama Sarr etc…. Quelle horreur !! Mimi, il faut le rappeler, n’est pas venue à kaolack par hasard. Mimi n’est pas novice en politique, Mimi a des objectifs en tant que représentant du chef de l’Etat. Dans le Fouta c’est Farba Ngom qui est la cible des tirs groupés, et le phénomène est visible un peu partout. Les anciens ou amis du président se voient reléguer en seconde place par de nouveaux venus parmi lesquels des transhumants, des politiciens en quête de pitance, depuis la chute du PDS, suivez mon regard à Dakar.
A Kaolack, beaucoup de ceux là qui font la guerre à Mimi allant jusqu’à critiquer son attachement ou ses liens avec le terroir, n’en sont pas pour autant natifs à cent pour cent. Acheter une maison à Kaolack (juste par ce qu’on a les moyens maintenant) ne veut pas dire y être originaire. Egalement ceux là à qui Mimi fait peur feront mieux de régler leur contradiction principale qui est de s’unir autour de l’essentiel, à savoir travailler ensemble plutôt que de vouloir écarter des forces capable de renforcer le parti. En politique il ne faut pas soustraire, il faut plutôt additionner, car quoi que l’on puisse dire Mimi a des a militants qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, elle a des amis et des militants et peut apporter un plus au Parti. Alors pourquoi vouloir l’écarter ? Fait-elle peur à certains ? Si oui c’est alors à ne rien y comprendre, car que ce soit elle ou un autre, l’objectif de tout militant apériste devrait être de travailler à faire gagner l’APR, alors pourquoi ne pas travailler avec elle. Si l’intérêt de tout un chacun se confondait avec l’intérêt général il serait aisé de fédérer les ambitions, mais hélas il semble que certains ne veulent que se servir et non servir les intérêts du parti, du pays ou du président. Il faut savoir que les militants sont libres de leurs choix, des choix qui peuvent être basés sur des relations affectives, idéologiques, financières etc …
Les arguments avancés par certains leaders comme quoi elle ne le les a pas informés avant de venir semble ne pas tenir la roue. Kaolack n’est pas la propriété de qui que ce soit encore moins de ces politiciens que sont FARBA ET MARIAMA SARR, même si ils y sont représentés par des groupuscules ou groupes de femmes ou de jeunes disparates qui se font mobiliser au gré de billets de banques. Sur ce plan Mimi n’a rien à avoir peur, elle peut compétir comme tous et comme le dernier mot reviendra au président pour placer son homme, il ne faut pas trop vite aller en besogne. Les Kaolackois sont assez mûrs en politique pour savoir à qui confier leurs destinées. Pour preuve demander à Jule et El Hadji Diouf qui y ont laissé des plumes.
Il faut travailler à l’unisson pour une plus grande mobilisation des populations pour l’APR. Il faut travailler à unir ceux qui prétendent s’unir rien que pour barrer la route à Mimi et entre qui rien de solide n’est établi. C’est ça la priorité sinon un troisième larron risque de venir vous ravir la vedette. Apprenons des leçons du passé, pour savoir que l’unité fait la force.

Bathie Samba Cor
Mackyste pur et dur
[email protected]

PARTAGER

Repondre