Au lendemain de sa victoire autoritaire face au Bayern Munich, le PSG ne fait pas la Une des journaux européens. Mais tous saluent dans leurs pages intérieures, ou via leur édition digitale, la performance parisienne. En Allemagne, on n’oublie pas les déclarations d’avant-match de Robben. Ancelotti n’est pas épargné non plus.

“L’Europe est prévenue”, voilà comment l’Equipe ouvre son édition du jour au lendemain de la victoire 3-0 du PSG face au Bayern Munich. Une victoire autoritaire aux allures de message envoyé à la concurrence européenne.

Mais en ce lendemain de soirée de poules, les quotidiens sportifs européens consacrent évidemment leurs Unes à leurs clubs respectifs. La presse italienne fête ainsi la victoire de la Juventus Turin face à l’Olympiakos, les tabloïds anglais savourent le succès sur le gong de Chelsea face à l’Atlético, ou encore la démonstration de Manchester United à Moscou, tandis que la presse catalane se contente bien volontiers des trois points pris par le Barça à Lisbonne. Et le PSG dans tout ça ? Si elle ne fait pas les gros titres des versions papiers des gazettes européennes, la victoire parisienne n’est pas passée inaperçue pour autant en dehors de nos frontières.

En Espagne, le PSG fait déjà peur

Le quotidien catalan Sport souligne ainsi le “festival de Neymar”, passeur décisif et buteur, tandis que Mundo Deportivo, autre quotidien catalan, parle d’un Bayern “foudroyé” par le PSG. Pas en reste, le quotidien madrilène AS voit lui un PSG “qui fait déjà peur” et qui laisse Ancelotti “touché” après ce revers.

En Angleterre, les “back pages” des tabloïds reviennent principalement sur les victoires de Manchester United et Chelsea. Mais sur son site, la BBC s’intéresse toutefois au PSG et pose la question suivante : “Paris n’est-il pas un prétendant sérieux à la victoire finale cette saison ?”

Mais pour mesurer le retentissement médiatique de cette victoire parisienne en Europe, il faut se diriger évidemment en Allemagne, où la presse a été impressionnée par la puissance offensive du PSG. “L’argent marque trois buts”, titre ironiquement le Süddeutsche Zeitung sur son site en référence aux propos d’Arjen Robben avant la rencontre, qui avait déclaré justement que l’argent “ne marquait pas de buts”, en allusion évidemment aux millions dépensés par le PSG sur le marché des transferts cet été.

Ancelotti dans le collimateur de la presse allemande

Une déclaration que les Bavarois se reprennent ce matin en pleine figure. “De l’argent, mais des buts ! Le ‘million-fort’ de Paris autour de Neymar, Cavani et Mbappé n’a laissé aucune chance à la défense du Bayern”, relate ainsi le tabloïd munichois Abendzeitung sur son site.

Dans le viseur de la presse allemande ce matin, on retrouve surtout un certain Carlo Ancelotti. “La soirée noire de Carlo”, titre ainsi à sa Une l’édition football de Bild. Face à son ancienne équipe, le tacticien italien a eu la possession, le plus de tirs, le plus de corners, mais est reparti de Paris avec trois buts dans les valises.

“Le PSG a détruit le Bayern. Cela a-t-il ravi Ancelotti ?”, ose même Sport Bild avant d’ajouter : “Il y a de grosses interrogations sur la tactique et les choix du coach du Bayern.” En cause, les non-titularisations de Mats Hummels, Arjen Robben ou encore Franck Ribéry. Kicker résume enfin parfaitement le sentiment général de la presse d’outre-Rhin : “Le Bayern a reçu une leçon à Paris.”

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here