Le cng est la racine du mal de notre sport national : Par Seydina Seck

4 Commentaires

  1. Merci Seydina pour ton rôle d’éveil dans ce Sénègal où la majeure partie des gens sont entrain de dormir, raison pour laquelle les voleurs à col blancs ont de beaux jours devant eux. Une administration rigoureuse aurait tout réglementé, à défaut, le peuple doit être vigilant et ne faire aucun cadeau à ses « ounk » parmi nous.

  2. Momar Seyni Diouf a partagé un lien.
    23 août 2015 ·

    Face2face avec Alioune Sarr:
    Face2face avec Alioune Sarr:
    SENEWEB.COM
    J’aime
    Commenter
    Partager
    Commentaires
    Momar Seyni Diouf
    Momar Seyni Diouf ACTIF …….PASSIF ….SOLDE ???
    Gérer
    J’aime · Répondre · 2 ans

  3. L’insoutenable omniprésence de la lutte au Sénégal

    Au rythme où vont les choses, l’on peut être en droit d’affirmer sans risque d’exagérer que la lutte est en passe de devenir une folie collective qui s’est emparée des Sénégalais. Personne n’y échappe, du petit commerçant à l’intellectuel le plus instruit, en passant par les jeunes écoliers et les étudiants. Lorsque des séances de lutte sont organisées dans l’enceinte de l’université, il y a lieu de s’arrêter pour s’interroger.
    L’immense écrivain américain Ernest Hemingway a écrit dans son ouvrage Mort dans l’après midi : ‘Nous sommes fascinés par la victoire, et c’est la défaite au lieu de la mort que nous cherchons à éviter’ (p. 39, éd. Gallimard 1938). Au-delà de la formule énigmatique du colosse nord-américain, c’est l’idée même de notre rapport avec la victoire et l’échec qui se trouve ici posée. C’est l’insoutenable légèreté avec laquelle les hommes en général et les ‘sportifs’ en particulier poursuivent leur but et leur ambition d’aller le plus loin possible jusqu’aux confins de la mort qui se trouve ici posée. Ici la mort, autrement dit le sacrifice, reste le seul repère. C’est cette philosophie qui fait l’essence même de l’esprit chevaleresque qui transparaît dans tous les grands sports de combat comme la boxe, la tauromachie et une certaine forme ancienne de lutte.
    En Afrique traditionnelle, les lutteurs sont les héritiers naturels des grands guerriers de l’époque ceddo. Le lutteur, en vérité, est un chevalier sans cap ni épée. Mais il lui reste le feu sacré du combat. Le champ de bataille n’est plus ‘Nguol-Nguol, guilé ou somb’ (lieux de batailles historiques sur le territoire sénégalais à l’époque ceddo), mais l’arène où le gladiateur regarde la mort en face pour défendre son honneur. Ce n’est pas tant la victoire qu’il cherche, mais c’est le déshonneur et l’opprobre qu’il évite. La lutte telle qu’elle est pratiquée au Sénégal n’a de signification que dans l’univers traditionnel où elle trouve son véritable sens social. Mais quel est le jeune lutteur d’aujourd’hui qui peut égayer à l’improviste le public par une séance de ‘Bakk’ ? Il n’y en a presque pas. Tous les spécialistes de la tradition et de l’oralité savent que le ‘Bakk, le Xass, et le Kagnou’ (expressions poétiques déclamées par le lutteur, le cultivateur ou le guerrier pour se galvaniser), sont des pratiques intrinsèques qui participent de la socialisation de l’acteur et permettent au lutteur, au cultivateur ou au guerrier d’inscrire son geste dans l’imaginaire collectif. Cette incompétence artistique de nos jeunes dénote que la lutte telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui est littéralement coupée de ses racines culturelles. Le fil d’Ariane de la tradition est rompu depuis fort longtemps.
    Le paradoxe de la lutte aujourd’hui est qu’elle représente l’une des traditions les plus archaïques dans une modernité balbutiante au Sénégal. La lutte n’a plus rien de traditionnel au fond. Si elle est une pratique physique qui demande des qualités athlétiques surhumaines, cela n’en fait pas pour autant un sport. La dimension sportive n’apparaît que dès le moment où les valeurs morales sont invoquées. Le sport est le prolongement moral de l’éducation physique. Aujourd’hui, le comportement des lutteurs, des amateurs, des encadreurs et pire des reporters plaident en faveur de la ‘lutte comme facteur de développement’.Il n’y a pas imposture plus grave que cette assertion. Le suprême mensonge est de faire croire aux jeunes que la lutte est la solution. Combien de lutteurs gagnent des millions ? Du reste, le développement n’a rien à voir avec la réussite financière d’une poignée de jeunes lutteurs.
    Les mesures draconiennes prises récemment par le commissaire de la police centrale de Dakar en vue d’endiguer la violence dans les stades et aux alentours lors des matchs de lutte, sont salutaires, mais elles ne sauraient juguler définitivement un phénomène aussi complexe que la violence. L’on oublie que la lutte est de la violence en tant que telle. Elle ne devient légale que lorsque le législateur l’encadre par force de loi. Malheureusement, la loi ne fait pas le social. Ne voit-on pas que les lutteurs se donnent des coups mortels ? Et si, par malheur, un lutteur tombe raide mort à la suite d’un coup reçu ? Tous les amateurs de lutte avec frappe, y compris les reporters, se délectent de façon cynique lorsqu’un lutteur reçoit un coup violent. Quel plaisir y a-t-il à regarder un homme souffrir ? La réponse est dans le subconscient. C’est l’animalité, le côté obscur de l’homme qui éprouve ce plaisir morbide.
    L’analyse de la psychologie collective de tous les amateurs de lutte (le nombre est effrayant), le discours, les gesticulations, les cris, les pleurs et joies dénotent un malaise profond, une forme de défoulement chez les amateurs. Les Sénégalais tentent de sublimer leur passion bestiale à travers leur fol attachement à la lutte. Une sorte de ‘transfert’, pour parler comme Freud, s’opère entre l’amateur et le lutteur. L’on feint d’ignorer l’attachement quasi sexuel que les jeunes filles témoignent pour les jeunes lutteurs au corps musclé et aux attributs proéminents.
    Et si les fous de la lutte savaient que c’est eux-mêmes qui payent les lutteurs en vérité. C’est leur folle passion de la lutte qui est convertie en espèces sonnantes et trébuchantes au profit des lutteurs et surtout des promoteurs qui mangent à tous les râteliers.‘C’est un signe distinctif de tout véritable sport d’amateur qu’il procure plus de joie à l’acteur qu’au spectateur (dès qu’il commence à procurer assez de joie au spectateur pour qu’on puisse avec profit lui imposer un droit d’entrée) le sport contient les germes du professionnalisme’.
    La lutte est un paradoxe un véritable phénomène de régression sociale. Il est des victoires qui, au fond, représentent une défaite. Madame de Staël écrivait que ‘la gloire est le deuil éclatant du bonheur’.Et Aimé Césaire de surenchérir en écrivant : ‘Ecoutez ces victoires provisoires trompéter ses défaites’.
    Au rythme où vont les choses, si l’on n’y prend garde, c’est le Sénégal même qui ira à ‘Ardo’ (devenu une expression familière au Sénégal qui signifie blesser gravement quelqu’un).
    Khalifa TOURE lanalyste.com

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here