On le tait, mais tout le monde le sait. Notre beau pays, le Sénégal est sous l'œil des radars d'agitateurs professionnels, promoteurs de l'anarchie dont seuls les ennemis de la Patrie pourront tirer profit. Une atmosphère de conspiration nauséabonde est installée par le quarteron d'envieux non représentatifs de la minorité dans l'opposition. Ce groupe composé d'habitués des salons sulfureux, frustrés par leurs échecs répétés se radicalisent, n'admettant pas une posture hors des affaires de l'Etat dans le contexte d'une ère nouvelle d'exploitation pétrolière. Conscients de leur incapacité à gagner aujourd'hui ou demain le cœur des sénégalais à travers des élections démocratiques, ils s'acharnent à démotiver les citoyens. Ils adoptent et encouragent la défiance vis à vis de l'autorité publique. La campagne outrancière de délation et diffamation à l'endroit des proches du Président de la République entre dans leur plan de déstabilisation commandée par leurs parrains  mécontents de ne pouvoir faire main basse sur nos ressources.   Ils procèdent par "l'agit-prop", initiant l'épreuve de force sur la voie publique avec l'objectif d'altérer le jeu démocratique pour affaiblir les Institutions.   Tous les moyens et accointances sordides sont mis en œuvre et de manière honteuse pour que le deuxième mandat du Président Macky Sall et la phase 2 du Plan Sénégal Emergent (PSE) n'aboutissent pas, concrétisant le saut qualitatif attendu des réalisations qui feront le bonheur de nos hommes et femmes, jeunes et vieux. Le réservoir d'espoir de nos réactionnaires contestataires de circonstance, est d'instrumentaliser les difficultés économiques temporaires dans une conjoncture qui peut être négativement  perçue et mal vécue par nos compatriotes. Ils s'efforcent dans des manœuvres antinationales d'arrimer cette impatience aux intérêts occultes des cercles et lobbys cupides dans le monde. Face à cette désinformation, la concertation initiée par le gouvernement le 02 juillet 2019 sur la mise en œuvre de la Loi sur le contenu local dans le secteur des hydrocarbures a permis de donner des réponses à la majorité des senegalais. Nous savons que rien n'y fera, les saboteurs poursuivront la mission pour laquelle ils sont assignés, mais nous refusons que le Sénégal soit un pays où les plus bavards disent des choses débiles et ne soient pas rectifiés.   Notre vigilance citoyenne est aujourd'hui plus que jamais mise en alerte. L'Etat ne peut pas travailler au profit du bien-être  de sa population ni à la perpétuation des valeurs qui fondent la Nation si son existence ou sa stabilité est exposée à des faits hostiles venant d'éléments étrangers ou d'ennemis implantés. L'une des premières responsabilités de tout gouvernement en matière de sécurité, c'est de prévenir tout acte attentatoire à la sécurité de l'Etat et de sécuriser les intérêts vitaux et stratégiques de la Nation. Dans ce contexte, en plus des moyens mis en place par l'appareil d'Etat, visant à la défense du territoire et de l'ordre social sénégalais, la sécurité nationale se présente comme préoccupation de tous les citoyens honnêtes. Prendre au sérieux ces menaces, c'est comprendre que cette paix civile qui n'est appréciable à sa juste valeur que lorsqu'on la perd; elle est à défendre envers et contre tous les égoïsmes. Les handicapants à notre progrès se trouvent également dans les arcanes de notre administration; les complicités sont nombreuses qui facilitent les nuisances de la nouvelle race de conspirateurs. Nous avons assez vécu pour savoir les contraintes liées à l'exercice du pouvoir. Nous soutenons totalement la pertinente décision du Chef de l'Etat de rationaliser la gestion de l'administration. Sortir notre pays de la médiocrité sociale et la morosité économique suppose qu'on se débarrasse de la corruption et les scories de privilèges de fonctionnaires hérités de l'époque coloniale.   Nous appelons les frères et sœurs militants de l'Alliance pour la République à l'engagement aujourd'hui, plus qu'hier. Les titres, rangs et qualités ne sont pas des visas dans le décor des vanités mais les servitudes destinées à forger les chaines de responsabilités garantissant notre cohésion nationale.   Les reformes voulues par le Président Macky Sall, appréciées de nos partenaires pour faire de notre administration un véritable outil de développement requiert l'acceptation de sacrifices et le retour à des valeurs patriotiques. Certaines personnes voudront en faire une opportunité de couverture de leurs forfaitures, faire passer pour pertes et profits leurs indélicatesses. Aux agents de l'Etat de rester vigilants pour aider à assainir nos écuries d'Augias pour que le service public soit efficient mais pas un environnement hostile aux populations qui doivent en être les premières bénéficiaires.   Makkane Porte Parole DSE/APR/Etats-Unis d'Amérique

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here