Il parait qu’au pays Sérére, Tanor est l’oiseau déprédateur des récoltes des paysans. Donc, Ousmane Tanor Dieng ne porte pas son nom par hasard. Mais ici, il joue plutôt le rôle d’un commandant de bateau de mauvaise foi. Après avoir coulé Diouf en 2000, il tente de faire échouer, en pleine mer, les quartiers-maîtres de bâbord comme de tribord qui tentent de sauver le navire socialiste. Et sa cible principale est Khalifa Sall. Seul qui est capable de faire revenir le bateau  du PS à terre, c’est-à-dire au bon port.

Tanor est un menteur et manipulateur. Menteur, lorsqu’il affirme au micro de Mamoudou Ibra Kane, lors de l’émission du Grand-Jury, que le Parti socialiste a toujours respecté les décisions du Conseil constitutionnel. Faux, en 2011, lui et ses amis s’en étaient vivement pris aux cinq sages quand ceux-ci avaient validé la candidature de Wade. Mensonge aussi, lorsqu’il déclare qu’il n’est pas payé par Macky Sall. Comme les grands leaders de BBY quio soutiennent le président de l’Apr, il reçoit une enveloppe de 25 millions F CFA par mois.
Manipulateur, lorsqu,il dit que dans le Ps, il y a des gens qui veulent que Wilane soit candidat ou Serigne Mbaye Thiam ou lui-même. Faux, dans le Ps, il résonne un seul nom, Khalifa Sall. Dans le Ps, aujourd’hui, personne ne veut la candidature de Tanor, y compris même son fils spirituel, Barthélemy Dias.
Menteur, manipulateur, mais aussi, destructeur. On ne le dit pas assez, mais personne dans la classe politique sénégalaise, n’a incarné plus que Tanor, le clientélisme, le favoritisme,  le saccagement,  la dilapidation des sociétés nationales et ressources nationales, de détournement de fonds publics, etc. Tanor Dieng est un grand déprédateur. Et si Wade était comme son nouvel ami Macky Sall, il serait en prison dés les premiers jours de l’alternance.

Une chose est sûre et certaine, Tanor ne va pas céder devant Khalifa Sall. Le maire de Dakar ne sera portera pas la candidature du Ps. Tanor va se présenter, il va perdre et il va soutenir Macky au second tour. Maintenant, c’est à Khalifa, comme l’a fait l’infatigable Malick Gackou, de prendre son courage et de ne pas se laisser abattre par un “pouvoiriste” décati.

Même si c’est ennuyeux d’écouter Tanor, sa sortie a révélé une chose : son influence auprès de Macky sall est grande. Il a affirmé avec force qu’il n’est pas un souteneur, ni un suiveur, mais un partenaire. Un partenaire qui met sur la table ce qu’il veut. Un partenaire qui dit même non. C’est ça un partenariat. Tout le contraire d’un soutien. Macky a accepté ce que Wade avait refusé à Fal 2000. Il avait raison, parce qu’etre dans une position de partenariat, c’est perdre une partie de ton autorité. C’est ce qui arrive à Macky. Non seulement qu’elle a perdu son autorité mais le respect que ces gens là devraient lui donner. Il est devenu leur  mayonnaise du petit déjeuner  dakarois. 

Fatou Sock

PARTAGER

4 Commentaires

  1. Tu es le plus nul des chroniqueurs de Xalima. Et tu manques manifestement de courage en usurpant le nom de Fatou Sock d’autant plus que tu es un homme. Tu es le plus médiocre car tu ne parles que de personnes jamais de principes ou d’idées. Tu es le plus incorrect car tu as tout le temps l’insulte à la bouche. Tu es le plus hypocrite car tu ne t’assumes pas en signant par ton propre nom. Il est facile d’être derrière un clavier et de charger des gens qui s’assument donc meilleurs que toi. Ressaisis toi et sois plus utile pour ta société. Sinon arrêtes de polluer notre site préféré Xalima.com, tu rabaisses le niveau du débat.

  2. Merci Fatou…Analyse tres pertinente, et continuez a publier s’il vous plait.
    Il faut ignorer les insultes. Cela fait partie de la democratie. Seuls les esprits en manque d’arguments usent des insultes. C’est pathetique! Critiquez Fatou sur le fond ou montrer la qu’elle a tort en apportant des idees contradictoires valides.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here