Selon Marca, la Ligue de football espagnole aurait refusé le chèque de 222 millions d’euros apporté par un avocat pour payer la clause de Neymar.

Les menaces de Javier Tebas, le président de la Ligue de football professionnel espagnole, ont été mises à exécution. Dans plusieurs entretiens accordés à la presse ibérique, il avait annoncé qu’il n’accepterait pas l’argent de la clause libératoire de Neymar.

“Nous n’acceptons pas cet argent d’un club comme le PSG qui enfreint les normes et les lois du fair-play financier de l’UEFA. Ce serait un contresens que d’accepter ce paiement. Si le PSG se présente avec l’argent de la clause de Neymar, nous ne l’accepterons pas”, avait-il prévenu.

Transfert bloqué?
Marca, qui cite des sources de la Ligue, assure que l’instance n’a pas accepté cette clause, fixée à 222 millions d’euros dans le contrat du joueur.

“Juan de Dios Crespo, avocat spécialisé en droit du sport (…), a été chargé de déposer au siège de la Ligue un chèque d’une valeur de 222 millions d’euros, avec lequel Neymar fait usage de son clause libératoire qui figure dans le contrat qui le lie au FC Barcelone jusqu’au 30 juin 2021 et qui a été signé il y a un moins d’un an”, explique Marca. L’avocat se serait présenté accompagné d’un notaire, après les menaces de Tebas.

“Que Paris soit sanctionné”
“Par nos actions, nous n’avions pas l’objectif d’empêcher le transfert, a encore assuré Javier Tebas dans un entretien accordé à L’Équipe. “Nos actions sont faites pour empêcher qu’on utilise la Liga comme un mécanisme pour une opération illicite. Notre but? Que Paris soit sanctionné”.

D’après AS, “le paiement a été refusé parce que la clause libératoire est un droit que seuls les clubs espagnols peuvent exercer”. Selon BFM, “la Liga a le droit de refuser cette clause mais c’est momentané puisque l’UEFA est au-dessus de la Liga, et donc a le droit d’accepter cette clause. Ils peuvent mettre des bâtons dans les roues dans ce transfert mais ne peuvent pas le bloquer” (voir la vidéo).

De son côté, le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi, en déplacement sur une base de loisirs de la région parisienne aux côtés du président français Emmanuel Macron, a refusé de commenter ce rebondissement. Interrogé par la presse, Nasser a répondu qu’il était “là aujourd’hui” au titre de président de la Fondation du PSG et non du club professionnel.

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here