Selon le journaliste-analyste politique, nonobstant son pouvoir discrétionnaire de nomination, le président de la République consultera l’actuelle Direction du Ps, sous la houlette de Mme Aminata Mbengue Ndiaye, avant de procéder à la nomination du successeur du défunt Secrétaire général du Parti socialiste (Ps) à la présidence du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). 

Interpellé hier, mercredi 31 juillet par Sud quotidien, Momar Diongue a évoqué deux hypothèses dont la première consiste à voir le président Sall, par soucis de rester dans sa logique de «gagnez ensemble et gouvernez ensemble», nommer le successeur de Tanor à la Direction du Ps pour conforter l’encrage de ce parti dans Benno. S’agissant de la seconde, le journaliste-analyste politique explique que cette dernière consiste à voir le chef de l’Etat porter son choix sur une personnalité hors de la maison socialiste et de la coalition Bennoo ak Tanor, au regard de la récente nomination de Haïdar El Ali, à la tête de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande Muraille verte, qui établit le quota de la coalition Bennoo ak Tanor dans l’exécutif.

«Je pense qu’il y a une logique qui a jusque-là animé le président Macky Sall. Suivant la fameuse formule de «gagnez ensemble et gouvernez ensemble», il a eu à confier les institutions de la République à ses principaux alliés: Aminata Tall qui a été la première à le rejoindre, avec son mouvement Selal dans la coalition Macky2012, a eu à bénéficier la présidence du Conseil économique social et environnemental (Cese). Ensuite, il y a Moustapha Niasse, président de la coalition Bennos siggil Sénégal, une des principales composantes de la coalition Bennoo bokk yaakaar à qui il a confié la présidence de l’Assemblée nationale. Dans la même logique, il a confié à feu Djibo Leyti Kâ la présidence de la Commission nationale du dialogue des territoires (Cndt) et à feu Ousmane Tanor Dieng la présidence de la nouvelle institution créée par le référendum du 20 mars 2016, le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct).

Si donc le président reste dans cette logique qui consiste à confier les institutions aux responsables des principaux partis de sa coalition, bien évidemment, le Haut conseil restera entre les mains du Parti socialiste. Et c’est le successeur de feu Ousmane Tanor Dieng au Ps qui sera nommé. Sous ce rapport, il me semble, tel que ça se dessine, c’est Mme Aminata Mbengue Ndiaye qui sera nommée à ce poste si elle est confirmée par les instances du Ps comme nouveau Secrétaire général. Si le président procède ainsi, il va conforter l’encrage du Ps au sein de la coalition Bennoo bokk yaakaar. Mais, il faut dire qu’il existe aussi une autre hypothèse. Le président de la République pourrait ne pas rester dans cette logique de confier les institutions aux responsables des principaux partis de sa coalition, surtout que, récemment, il a pris une mesure concernant un membre de la coalition Bennoo ak Tanor, Haïdar El Ali, nommé directeur général de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande Muraille verte (Asrgm).

En 2012, dans le cadre du partage des responsabilités, le président Sall avait confié à la coalition Bennoo ak Tanor, qui avait soutenu la candidature du défunt Secrétaire général du Ps, trois portefeuilles ministériels: les deux revenaient directement au Ps et le troisième à un membre de cette coalition, en l’occurrence Haïdar El Ali qui a été limogé suite à son échec lors des locales de 2014. Mais, le président a décidé récemment de le faire revenir aux affaires en le nommant à la tête de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la Grande Muraille verte. S’agit-il d’un signal visant à montrer qu’il (le président) veut confier la présidence du Haut conseil des collectivités territoriales à quelqu’un d’autre qui n’appartiendrait au Ps ou à la coalition Bennoo ak Tanor ? On peut l’entrevoir parce que celui qui se trouve aujourd’hui être le premier vice-président du Hcct n’est personne d’autre que l’administrateur de l’Alliance pour la République (Apr), en l’occurrence monsieur Mael Thiam, qui a l’envergure et le profil pour succéder à monsieur Ousmane Tanor Dieng.

 Le président n’est-il pas en train de préparer aussi ce schéma, raison pour laquelle, il a anticipé avec le retour aux affaires de Haïdar El Ali pour redonner à la coalition Bennoo ak Tanor son quota de 2012 dans le but de préparer les membres de ladite coalition notamment le Ps à refiler le poste de présidence du Hcct à quelqu’un d’autre ? Maintenant, tout dépend de ce qui se discutera en coulisse, puisse qu’il est évident que le président Macky Sall, nonobstant le fait que c’est lui qui a le pouvoir de nomination, ne prendra pas de mesures concernant la nomination du successeur de Tanor Deng à la présidence du Hcct sans en discuter avec ses héritiers au Ps, notamment ceux qui incarnent aujourd’hui la continuité de monsieur Ousmane Tanor Dieng, en l’occurrence Mme Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam. Je pense que la décision sera prise, d’accord partie, soit de confier à le poste à Mme Aminata Mbengue Ndiaye en la faisant sortir du gouvernement, soit en conservant les deux ministres socialistes comme membres du gouvernement et confier la présidence du Hcct à quelqu’un d’autre».


1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here