Tous les citoyens, toutes les citoyennes, tous les démocrates de ce pays, hors de cette lourde coalition Bennoo Bokk Yaakaar bien entendu, ont constaté, avec amertume, le rythme de caméléon   avec lequel se déroule le processus des inscriptions sur les listes électorales. Ce processus pose vraiment problème et devrait inciter les citoyens à réagir vigoureusement. On devine aisément, si on considère cette lenteur (choisie) du processus, que le Président de la République et son très dévoué Ministre de l’Intérieur ont bien une idée derrière la tête, qu’ils vont mettre en œuvre sans état d’âme si on n’y prend garde.

J’ai lu dans le quotidien ‘’national’’ Le Soleil d’hier (mercredi 23 novembre) et mon attention a été attirée par un titre intéressant à la page 2 : « INSCRIPTIONS SUR LES LISTES ÉLECTORALES : les commissions passent de 2 à 11 à Touba ».

Dans le texte on lit : « En marge de la cérémonie officielle, Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre, Porte-parole du Khalife général des Mourides, avait déploré l’insuffisance des commissions en place à Touba, pour l’inscription des citoyens. L’Etat a réagi avec diligence en mettant en place 11 commissions dont une mobile dans la cité religieuse. »

Dans le même texte, le Sous-Préfet de Ndame, M. Modou Mbacké Fall précise : « Nous avons créé, par arrêté, 06 commissions à partir d’aujourd’hui, en attendant le déploiement de 05 autres commissions dans la cité religieuse de Touba et dans les autres communes de l’Arrondissement de Ndame. » Il informe ensuite de la manière dont les nouvelles commissions ont été réparties dans les différents quartiers de la cité religieuse.

Si Tivaouane, Ndiassane, Médina Baaye, Thiénaba ou une autre cité dite religieuse en avait fait la demande, l’Etat aurait réagi avec la même diligence. On retient surtout la facilité avec laquelle le Sous-Préfet a créé onze (11) commissions. Pourquoi les autres n’en font-ils pas autant sur l’ensemble du territoire national ? Il y a donc, au Sénégal, des villes et des citoyens de première zone, et d’autres de seconde.

Cette discrimination manifeste est inacceptable, antidémocratique, antirépublicaine, même anticonstitutionnelle puisqu’elle rompt l’égalité entre les citoyens. Ce précédent est extrêmement dangereux et  donne une nette idée de ce que Macky Sall, son parti et sa coalition  entendent faire des prochaines élections (législatives comme présidentielle). Il doit être vigoureusement dénoncé par tous les citoyens, toutes les citoyennes à qui il reste encore la moindre capacité d’indignation.

Avec ceux qui nous gouvernent, notre pays est arrivé à un tournant décisif de son histoire. Nous avons le devoir de nous affranchir de ces questions dites sensibles et qui ne le sont en rien, en réalité. En matière d’inscription sur les listes électorales comme sur de nombreuses autres questions, tous les citoyens sénégalais doivent être traités sur un pied d’égalité. Il est quand même temps, grand temps, que nous prenions toutes nos responsabilités citoyennes. Nous avons déjà avalé suffisamment de couleuvres.

Maky Sall ak gangooram gi, fa ñu nu jëme dox nekufa. Noo wara fippu nak , ngir fippu jot na. Nun Senegale, loo nu teg nu tegoo ko. Doy na nak ! Pour exprimer la même idée en français, si nous tardons à nous organiser et à réagir vigoureusement, Macky Sall et son clan nous conduiront directement à l’abattoir.

Mody Niang, mail : [email protected]

 

PARTAGER

7 Commentaires

  1. QUAND ON CROIT POUVOIR SE MAINTENIR AU POUVOIR CONTRE LA VOLONTE DU PEUPLE PAR DES SUBTERFUGES MALHONNETES LA FIN EST PROCHE POUR CES CANAILLES.

  2. C du n,imports quoi me niang est paranoiaue,Il voit du vol parout,,c dommage,je jure me NE vote pas macky mais quand meme un peu du serieux ,les cites religieuses sont notoirement priviligiees

  3. Macky Sall a dû ajouter 1 213 bureaux de vote fictifs lors du référendum, pour pouvoir titrer que le OUI a gagné. La conséquence en a été que le peuple sénégalais n’a pas voté les réformes constitutionnelles de Macky, et pourtant elles sont appliquées. Parce que par ces 1 213 bureaux de vote et le contrôle des médias, Macky a imposé aux sénégalais ce qu’il s’était engagé d’appliquer ici devant des institutions qui ne sont pas sénégalaises. Wallahi, Macky ne tentera jamais de faire autre chose, dans toutes les prochaines élections au Sénégal; parce qu’il sait que par un vote libre et transparent, il ne gagnera plus jamais d’élections au Sénégal.

  4. Merci beaucoup Mr Niang. C’est tres concis . Ceux qui pretexaient que vos autres contributions etaient trop longues n’ont plus d’excuses. A ceux qui disaient ” dunu xulo, dunu xeex, sunu carte lanu yor di fal ak di folli “, Macky Sall et son systeme sont entrain de vous deposseder de ce droit.
    Legi nak xeex djotna

  5. Le fichier electoral a disparu du net depuis larrivee de macky sall au pouvoir.
    il cherche a maintenir son juge le president du conseil constituonel encore pour 3 ans cest a dire au dela de 2019 pour truquer les elections a venir..les senegalais auront des difficultes avoir une carte didentite et delecteur et meme ceux qui feront des efforts pour lavoir, auront des difficultes pour retrouver leur bureau de vote car le regime fera tout pour empecher les seneglais de voter comme lors du Referendum surtout dans les villes ou ils sont sures de perdre. la democratie a recule avec macky sall. il na rien dun democrate, il avait vote sans carte didentite a Fatick, il fera tout pour confisquer le pouvoir.. depuis qu iest la, les elections ne se tiennent plus ala date echue

  6. Vous semblez ramer à contre-courant de la réalité objective .On ne falsifie pas par des mots haineux un vécu flagrant évident et patent; l’ingéniosité dans la gestion vertueuse, sobre, rationnelle et transparente

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here