Six ans de règne au pouvoir, le régime marron-beige se vante en prétextant que le bilan est positif. Quel irrespect de la part du Président de la république aux Sénégalais ! Durant les six années de votre règne monarchique, le pays est nimbé de mensonges républicains, de cacophonies, de tâtonnements, de supercheries et magouilles qui ont fini de mettre le Sénégal à terre.
4600 milliards, c’est la somme avancée par le Gouvernement du Président Macky Sall pour le financement des engagements chimériques lors de la clôture des conseils des ministres décentralisés. Depuis son accession à la magistrature suprême, le Président Macky Sall et son équipe gouvernementale jouent avec les chiffres pour endormir les Sénégalais alors que la réalité est toute autre. 3000 milliards comme budget, croissance à deux chiffre, ce qui traduit mal le quotidien des Sénégalais et qui masque nettement la difficulté que vive la population.

Du jour au lendemain, les Sénégalais sont de plus en plus fatigués, appauvris, déçus et perdus à cause d’un Gouvernement manipulateur et incapable de répondre aux attentes de l’homo sénégalensis, qui ne demande rien d’autre qu’une vie meilleure. Tous les secteurs de la vie économique, sociale, culturelle, industrielle, sanitaire, éducative sont aux rouges. Pour en avoir la preuve, il suffit simplement de voir le nombre de grève sempiternelle que connait la majorité de ses secteurs et que le Gouvernement peinent à apporter des solutions idoines.

Outre ces problèmes qui mettent notre pays à genoux, le gouvernement à travers les hommes qui l’incarnent, excellent dans des contre valeurs graves. On assiste à un gouvernement qui fait l’apologie de la transhumance, le culte du deal (l’immixtion de la république qatarienne dans la libération de Karim Wade).

On n’oublie pas le « wax waxeet »du Président de la république sur la réduction de son mandat et la tenue de ce pseudo dialogue national mort-né qui a donné raison au Président Malick Gackou, Président du Grand Parti qui fait le culte de la vérité, du respect des engagements et du respect de l’individu dans toute sa dimension.

Le secteur de l’éducation est à l’agonie et en complice avec le Ministre de l’Education, le Président de la république joue au dilatoire, montre son irrespect vis-à-vis du protocole des accords signés en 2014.

Le secteur de la justice est manipulé de tout bord. On a plus une justice impartiale, neutre, respectueuses des règles constitutionnelles qui fondent le socle de la démocratie. La justice est instrumentalisée pour éliminer des adversaires politiques et elle a perdu de toute son indépendance.
Le secteur de la santé est malade de sa propre maladie. Tous les services sanitaires crient sur les tous les toits. Le SAMES va toujours en grève et c’est grave pour un pays qui se vante d’être sur la voie de l’émergence alors que tout immerge. Le problème de la radiothérapie demeure et aucune voie de sortie n’est opérée.

La Sécurité est quasi inexistante et c’est démontrable simplement pat les nombreux enlèvements de nos enfants qu’on assiste au moment où le gouvernement opère par un silence complice et coupable. On ne compte pas le nombre de morts en 2017 et début 2018 dans la circulation routière et les Sénégalais qui sont tués de tout bord comme des oiseaux versés à la chasse ouverte.

Il est temps que nos dirigeants soient régis dans leurs actions politiques quotidiennes par le l’éthique, le respect de la parole, la bonne gouvernance entre autres bonnes valeurs.
Le Grand parti, dans sa politique met l’éthique au cœur de ses actions, l’homme au centre de tout pour valoriser sa compétence et faire les difficultés des Sénégalais, les siennes pour espérer une fois au pouvoir apporter les solutions pérennes et aptes à développer le Sénégal que nous aimons tant.

Serigne Thiam,

Membre de la Convention nationale des cadres du Grand Parti.

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here