XALIMANEWS- Suite au meurtre de Khady Sèye, tuée à coups de couteau par son voisin à Touba, le réseau Siggil Djiguene monte au créneau et dénonce avec la dernière énergie cette forme de violence infligée aux femmes. « Il ne se passe pas un seul jour sans que des cas d’agressions, de meurtres, d’attaques de toutes sortes, subis par des femmes ou des jeunes femmes ne soient relatés à travers les médias. Et le dernier dans cette longue série est le meurtre de la jeune Khady Sèye, froidement poignardée par son locataire suite à une tentative de viol », s’émeut le Réseau Siggil Jigéen. Dans un communiqué, il dénonce notamment la recrudescence des meurtres de femmes et jeunes femmes.  » Des femmes, adultes, jeunes et parfois même du troisième âge et des jeunes filles sont régulièrement attaquées dans l’espace privé, public, jusque dans leurs foyers, lieu où la personne est censée avoir plus de protection « , poursuit- il. Et d’ajouter : « Démontrant ainsi l’insécurité ambiante qui prévaut dans le pays et dont malheureusement les femmes et les jeunes demeurent les plus exposées. La récurrence des agressions et violences à caractère sexuel des fois suivies de meurtre retient l’attention de l’opinion et aucune catégorie sociale n’est épargnée ».
Par ailleurs, le Réseau Siggil Jigéen interpelle le chef de l’État sur la tenue urgente du Conseil National sur la Sécurité des personnes et des biens.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here