XALIMANEWS : Le Synpics a sorti un communiqué pour dénoncer les propos diffamatoires et injurieux tenus par l’avocat inscrit au barreau de Dakar. Au cours d’une plaidoirie jeudi dernier au tribunal de Dakar, Baboucar Cissé a traité les journalistes sénégalais de « terroristes pires que Daesh ». Une insulte à l’endroit de toute une corporation selon les camarades de Bamba Kassé.
« Ils sont non seulement insultants mais renferment toutes les caractéristiques d’une diffamation, chef d’inculpation pour lequel, paradoxalement d’ailleurs, Maître Baboucar Cissé a estimé devoir se constituer pour défendre un client qui en serait victime. Cette violente sortie, qui plus est procède d’une généralisation imprudente, renseigne si besoin en était, d’un mépris insolent à l’endroit de toute une corporation de la part de Me Baboucar Cissé. Monsieur le Bâtonnier, s’il y a un instrument que les deux corporations, avocats et journalistes, partagent, c’est l’existence d’un code déontologique. L’immunité de la plaidoirie n’est pas absolue ! Et aucun avocat ne saurait s’aménager, dans le cadre de l’exercice de sa profession, un quitus d’insolence. Me Cissé qui a eu déjà à ferrailler avec des journalistes devant la barre, se particularise par l’usage d’un vocabulaire usurier à l’endroit de la presse. Cette même presse qu’il ne se gêne pourtant pas de convoiter lorsque pour le besoin de ses affaires, il s’asseye à l’exercice de la communication via des conférences de presse », lit-on.

2 Commentaires

  1. Il faut former les journalistes puisqu’apparemment leur cycle ne formation comporte de graves lacunes
    Un avocat a ce qu’on appelle l’immunité de parole lorsqu’il s’exprime dans le cadre de sa profession en particulier dans sa plaidoirie
    Vouloir réglementer la parole de l’avocat lorsqu’il plaide n’existe même pas dans les pires dictatures
    Allons

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here