La situation sécuritaire à Beni a contribué à une accélération des cas d’Ebola depuis septembre en République démocratique du Congo (RDC). Ceux-ci atteignent désormais le seuil des 200, a indiqué vendredi à Genève l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Parmi eux, 165 sont confirmés et 35 probables, dont 20 membres du personnel de santé. L’épidémie a fait 125 victimes depuis août, a précisé devant la presse un porte-parole. Ces dernières semaines, 35 nouveaux cas ont été observés à Beni qui est devenu le centre de la pathologie. Après des violences récentes, « l’augmentation de l’insécurité dans la ville constitue l’une des raisons » de cette large extension, a dit le porte-parole. Les nouveaux chiffres peuvent aussi montrer que les communautés relaient davantage les nouveaux cas auprès des centres de santé. De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) a relevé le fait que 80% des enfants dans les zones affectées par Ebola sont scolarisés malgré la situation. Au total, plus de 15.000 personnes ont été vaccinées. Les autorités ont annoncé il y a quelques jours des mesures contre « les agressions » des personnels de santé et le « non-respect des mesures prévention ». La semaine dernière, des volontaires de la Croix-Rouge congolaise avaient été blessés.
7sur7.be

 

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here