XALIMANEWS : Réponse du berger à la bergère, la réplique n’a pas tardé après la sortie des cadres de l’APR contre le leader de PASTEF/Les patriotes. En conférence de presse, hier, le mouvement des cadres patriotiques (MONCAP) a porté la réplique à DIOUF SARR et ses «frères» de la Convergence des cadres républicains. Dans la déclaration ci-dessous, Bassirou Diomaye FAYE et ses camarades montent au front.

Encore par un communiqué au contenu bête dont certains disent d’ailleurs qu’il serait issu d’une réunion fictive de la Convergence des Cadres républicains (CCR), cette horde de ganaches s’est encore illustrée de la pire des manières dans son exercice favori : la calomnie et la médisance à l’endroit du frère Président Ousmane SONKO.

Il est de notoriété publique que pour s’affirmer politiquement dans la mouvance présidentielle sous le régime du Président Macky Sall, il faut insulter le leader de PASTEF. Voilà pourquoi, les enchères montent au quotidien dans le marché de l’exhibition verbale auxquels s’adonnent ces « cadres républicains » pour taper à l’œil du chef et obtenir des prébendes. Quelle bassesse !

Le mouvement national des cadres patriotes (MONCAP), quant à lui, s’emploie jour après jour à actualiser et parfaire le programme de l’Alternative Patriotique, Ce programme est porté de la base au sommet, par des ressources humaines imbu du seul intérêt supérieur du Sénégal, à la formation desquelles PASTEF met un point d’honneur. C’est dans ce sillage que, le 14 septembre 2019, le MONCAP s’est illustré par un séminaire de formation sur l’administration et le financement des collectivités territoriales. D’autres thématiques suivront bientôt…

Notre mission c’est de proposer des solutions structurelles pertinentes à même d’abréger la souffrance du peuple sénégalais déjà durement frappé par les inondations, une situation économique et sociale difficile et un amateurisme mortifère dans la gestion des affaires publiques depuis 2012 : court-circuit dans une chambre surpeuplée à la prison de Reubeuss, foudre, inondations, laxisme menant au naufrage d’une pirogue et aux accidents de la route. Le constat est amer mais sans appel : dans le Sénégal sous Macky, le fatalisme a pris le dessus et la mort frappe pour n’importe quel prétexte !

C’est l’occasion pour nous de présenter nos condoléances au peuple sénégalais, aux familles des victimes directes et indirectes des mauvais choix politiques et de la mauvaise gestion du Président Macky Sall et de son gouvernement et de nous incliner pieusement devant la mémoire des disparus _ Qu’Allah leur fasse miséricorde. Amen !

Malgré ce tableau sombre qui saute aux yeux du peuple et de l’opinion internationale, la CCR, horde de ganaches ne propose rien pour aider leur chef à apporter des mesures correctives à sa gouvernance calamiteuse. Au contraire, drapés d’une mauvaise foi notoire et d’une cécité politique inouïe, les cadres républicains veulent forcer les sénégalais à voir une émergence qui n’existe que dans leurs esprits étroits.

Bonimenteur avez-vous dit ?
Faut-il rappeler aux membres de la CCR les engagements de leur mentor et ce qu’ils sont devenus à l’épreuve du temps ? _ la vérité est fille du temps dit-on_Nous ne reviendrons pas pour cet exercice sur le reniement de la réduction du mandat ni sur l’engagement de ne pas nommer le frère à un poste juteux ; encore moins sur les 500.000 emplois promis. Ces épisodes étaient pourtant suffisamment éloquents pour leur rappeler que même Picasso et Van Gogh réunis ne sauraient peindre Macky Sall comme un homme véridique.

Macky Sall, un Président qui déteste son peuple et lui préfère les intérêts étrangers

Si, l’on s’en tient au diagnostic fait de la situation et des préoccupations des sénégalais et aux mesures annoncées, dans le programme YoonuYokkute, le PSE et dans certains communiqués des conseils des ministres décentralisés notamment, on comprend très bien que Macky Sall, candidat comme président connait bien les problèmes des sénégalais.

Programme Yoonu Yokkute :
• Villes, Aménagement du territoire et Habitat
Programme annuel de restructuration des quartiers inondables et précaires dans les banlieues pour 150 milliards sur 5 ans. Ce dispositif concernera 1 million d’habitants.

Axe 2 _ PSE : Objectifs stratégiques en matière d’amélioration du cadre de vie :

« Les zones urbaines et rurales font face à un manque important d’infrastructures d’assainissement. En outre, la récurrence des inondations, au 18 cours de ces dernières années (2005 et 2013), met en évidence le déficit de planification urbaine et de gestion de l’occupation de l’espace, entraînant la prolifération de quartiers dans des zones non aedificandi, l’installation anarchique des populations sur des voies d’eau, dans des zones mal aménagées, inondables et dépourvues de systèmes adéquats d’assainissement et d’évacuation des eaux. »

« Lutter contre les inondations, à travers les actions préventives et curatives comme le relogement des personnes vivant dans des zones basses et/ou non aedificandi, la restructuration des zones inondables, la réalisation d’aménagement, l’interdiction des lotissements dans les zones non habitables, la mise en place d’infrastructures, d’ouvrages de drainage des eaux et de systèmes d’alerte »

Conseil des ministres décentralisés _ 20 juillet 2016 Dakar-Région (Pikine _ Guédiawaye_Rufisque)

« Ainsi, après délibération du Conseil, le Chef de l’Etat valide, pour les trois années à venir, le programme d’investissements prioritaires de la Région de Dakar, pour un montant de 1 800 milliards FCFA, dont seulement126 milliards de FCFA sont à rechercher. ».

« Engager dans les meilleurs délais, en relation avec les acteurs locaux, la réhabilitation de l’île de Gorée, la reconstruction aux normes du canal de Rufisque, la modernisation concertée des villes de Rufisque, Pikine, Guédiawaye et des communes polarisées ».

La conclusion qu’il faut en tirer c’est que Macky Sall est conscient des maux qui assaillent les sénégalais mais qu’il a préféré se payer un TER plutôt que de régler, pour ne citer que ceux-là, le problème des inondations.

Ce qui fait mal à la horde de ganaches, c’est que plus aucun de leurs forfaits ne passe sous le tapis. Avec Pastef-Les Patriotes et le Président Sonko tous les deals sont mis à nus, sous les projecteurs et le modus operandi clairement explicité aux Sénégalais en des termes simples. Ainsi comprennent-ils l’état d’esprit prébendier avec lequel ils sont dirigés.

Revenant sur deal Tosyali qui n’est autre qu’un recel de ressources, le MONCAP tient à dire que la vérité est très simple, contrairement à ce qu’ils veulent faire croire au peuple sénégalais. Et n’eût été les dénonciations et particulièrement celle de Sonko qui a eule mérite de les faire sortir de leur cachette malfaisante, ils n’auraient jamais rien dit au peuple à qui appartiennent les ressources naturelles.

Pour preuve le MoUpour la réalisation d’un complexe Minier et Sidérurgique au Sénégal été signé depuis le 09 octobre 2018 et c’est maintenant qu’ils en parlent.

La Phase n°1 : Objet de la convention Promoteur-Développeur signée entre APIX et Tosyali le 27 août 2019 renforce nos craintes quant aux facilités dont bénéficie l’entreprise Turque et les risques avérés de monopole et de pertes d’emplois et de fermeture des usines qui ont comme matière première la ferraille.

Mais, c’est particulièrement la Phase n°2 du projet qu’il faudra surveiller. : Elle procèdera à une intégration du complexe en amont. Les billettes de fer seront produites à partir du minerai de fer de la Falémé (ouverture d’une mine) et se substitueront à celles importées.

Si rien n’est fait, les dispositions scandaleuses résiduelles du MoU seront tout bonnement consacrées avec toutes les facilités y prévues pour la réalisation du complexe conformément aux dispositions du code minier, du code des impôts et domaines, du code des investissements et du code de l’environnement.

La lettre d’exonération d’impôt pour l’investissement n°67000 MFB/CAB/CT J.K signée le 23 août 2019 alors que la convention promoteur –développeur entre APIX et Tosyalil’a été le 27 août 2019 est à ce titre assez révélatrice de la volonté du gouvernement de sacrifier une énième fois les intérêts du peuple.

Le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur Daouda Diallo doit expliquer aux sénégalais comment a-t-il pu accorder des exonérations d’impôts pour l’investissement à une société dans le cadre d’une convention non encore signée ?

En définitive contrairement à ce que le Directeur de l’APIX, la convention signée le 27 août 2019, n’est que la première phase comme initialement prévue dans le protocole signé le 09 octobre 2018.

Les menteurs, la CCR sait où les chercher…

Le Président Ousmane SONKO est un homme véridique qui a été élevé dans la droiture. Un homme imbu du don de soi pour la patrie.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here