LES « CHEIKH » BÂTISSEURS

Le 11 mars passé, j’avais prévu d’écrire un post d’hommage à Cheikh Mbacké « Gaïndé Fatma », mais le temps ne me l’avait pas permis. Ce 15 mars, anniversaire du décès de Cheikh Tidiane Sy, même scénario. Alors, je me suis souvenu que j’avais fait un post il y a 2 ans où je rendais hommage à ces deux personnages importants, en plus de Cheikh Anta Diop.

Je reproduis le texte ici, revu et augmenté, en espérant qu’il pourra inspirer la génération actuelle.

Si le chanteur sénégalais Ndiaga Mbaye était toujours en vie, nous lui dirions de nous chanter les vertus des 3 « Cheikh » comme il l’avait fait avec les 3 « Abdou » : Cheikh Anta Diop, Cheikh Mbacké « Gaïndé Fatma » et Cheikh Tidiane Sy.

Beaucoup de points communs entre ces 3 « Cheikh ».

Ils sont tous issus de familles maraboutiques. Cheikh Anta Diop et Cheikh Tidiane Sy sont nés le même jour : un 29 décembre. Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma et Cheikh Tidiane Sy ont tiré leur révérence durant un mois de mars. Cheikh Anta Diop est « parti » un mois avant.

Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma est cousin à Cheikh Anta Diop. Quand celui-ci passa des moments pénibles à l’Université de Dakar, n’ayant qu’un maigre salaire d’assistant, Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma lui vint en aide financièrement et moralement. Le fils aîné de Cheikh Anta Diop porte d’ailleurs son nom.

Cheikh Tidiane Sy et Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma portent les noms des « fondateurs » : Shaykh Ahmad Tijânî et Cheikh Ahmadou Bamba.

Tous les 3 « Cheikh » étaient idéologiquement opposés à Senghor dont la politique était perçue comme dangereuse pour le Sénégal. Cheikh Anta Diop et Cheikh Tidiane Sy furent d’ailleurs emprisonnés pour cette opposition.

Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh a fait des éloges écrits sur les qualités de Cheikh Tidiane Sy et de Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma.

Cheikh Tidiane Sy et Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma étaient économiquement engagés. Industriels, ils créèrent le premier syndicat agricole du Sénégal. Ils furent tous les deux de grands érudits, ayant puisé à plusieurs sources. Ils apprirent le français et voyagèrent dans plusieurs pays du monde. Cheikh Anta Diop, grand érudit lui aussi, était idéologiquement engagé sur le plan économique. Il a beaucoup réfléchi sur les « fondements économiques » d’une Afrique maîtresse de son destin.

Cheikh Anta Diop a magnifié les qualités des deux autres “Cheikh”. Dans son ouvrage, « L’Afrique noire précoloniale », il considérait « Le jeune Cheikh Tidiane Sy » comme étant un des « plus versés dans le domaine des connaissances » dans la famille de Haj Malik Sy. Dans le même ouvrage, il disait de Cheikh M’Backé qu’il « est, de loin, parmi tous [les religieux], le plus extraordinairement ouvert à la pensée philosophique ; sa double documentation, à la fois française et arabe, lui permet de s’initier même au marxisme. »

Cheikh Tidiane Sy avait dit de Cheikh Anta Diop (qu’il appelait « sunu mbokk bu baax bu bëgg xam-xam », notre bon parent qui aimait le savoir) qu’il était un scientifique qui était arrivé à l’étape où il « goûtait” aux réalités mystiques.

Cheikh Tidiane Sy invita d’ailleurs le scientifique chez lui à Tivaouane dans les années 50. Pendant plus de 3 heures d’horloge, Cheikh Anta Diop, donna, en présence du Khalife Serigne Ababacar Sy, un exposé pointu sur l’importance de l’environnement, du reboisement et sur les dangers de la sécheresse. Selon Pape Malick Sy qui raconta l’anecdote en 1997, après le départ de l’historien, Serigne Babacar Sy dit toute son admiration pour Cheikh Anta Diop (« xale bi xam-xam rek la fi wax », « ce jeune a débité de vraies connaissances », avait-il lâché) et affirma que si Cheikh Tidiane Sy n’était pas présent pour soutenir la conversation, ce serait la catastrophe. Il finit par rappeler aux autres membres de la famille présents, l’importance de l’acquisition du savoir.

Après le décès de Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma, le 11 mars 1978, le journal TAXAW du RND de Cheikh Anta Diop, lui rendit un hommage émouvant.

Cheikh Tidiane Sy et Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma mirent sur pied des associations et fondèrent des écoles. Ils n’œuvraient pas pour une « chapelle » donnée. Ils étaient Sénégalais et panafricanistes.

Les 3 « Cheikh » se sont tous battus contre les particularismes qui enferment. Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma ne mit jamais de l’avant son ascendance royale. Il donna plusieurs dizaines de bourses d’études à des Sénégalais sans égard à leur origine ethnique ou régionale.

Cheikh Tidiane Sy, parlant de l’inanité des appartenances qui enferment, disait qu’il n’était ni Wolof ni Toucouleur encore moins Sérère. Mon père, disait-il, est un Sy, sa mère une Ndiaye, ma mère est une Kane, sa grand-mère une Diouf, son arrière grand mère une Khouma.

Cheikh Anta Diop a beaucoup écrit sur les ethnies et les castes et sur les problèmes qu’elles posaient en Afrique. Il nous disait que la vanité d’être Walaf, Toucouleur, Bambara, etc., doit faire place à la fierté d’être Africain, tant il est vrai que ces cloisons ethniques n’existent que par notre ignorance. L’Africain doit selon lui mettre de l’avant sa parenté continentale et humaine.

Enfin, si on peut parler de multipartisme au Sénégal, c’est grâce en grande partie au combat des 3 « Cheikh ». Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma a travaillé avec beaucoup de leaders de l’opposition et a contribué à la formation du PDS. Cheikh Tidiane Sy créa le Parti de la Solidarité Sénégalaise (PSS) qui s’opposa à Senghor. L’engagement politique de Cheikh Anta Diop au sein de son parti, le RND, pour un Sénégal et une Afrique libres et prospères, est connue.

Dans le travail de constitution d’un Sénégal et d’une Afrique réconciliés avec eux-mêmes, l’oeuvre des 3 « Cheikh » est incontournable.

Cette oeuvre devrait d’ailleurs être enseignée aux jeunes générations en perte de repères.

Khadim Ndiaye

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here