Le serment dans l’islam est une manière de prendre Dieu témoin de la véracité ou non d’une accusation dont on est victime. Il peut s’agir également d’un engagement solennel, à faire ou à dire quelque chose, si les conditions précises sont réunies. Le serment dans l’islam, est souvent scindé en trois catégories. Si le serment est formulé sous forme d’un engagement pour l’avenir (Par exemple : Si tu fais ceci ou cela, je te donnerai ceci ou cela, ou je ferai ceci ou cela). Un tel serment devient contraignant pour son auteur, si les conditions requises sont réunies. Au cas où les termes du serment ne sont pas respectés, l’auteur aurait commis un péché qu’il faudrait expier par des actes clairement définis par la sharia (jeûner 2 mois successifs, affranchissement d’un certain nombre d’esclaves, nourrir un certain nombre de pauvres, etc.).
Le serment se fait au nom d’Allah ou par ses attributs (les formules les plus célèbres sont : Billâhi, Wallâhi, Tallâhi…).
L’Académie du fiqh islamique, précise que le Messager d’Allah (Psl) ou ses compagnons n’ont jamais prêté serment sur un moushaf (livre de Coran), cependant, si quelqu’un le fait dans l’intention de ne viser que les paroles d’Allah -Swt- (le contenu et non le contenant), son serment peut être considéré comme valide.
D’où le serment d’Aliou Sall est acceptable, ce qui implique qu’aucun musulman qui ne se sent pas capable de prêter serment comme lui, n’est plus autorisé, du point de vue islamique, à continuer de l’accuser des faits pour lesquels, il a prêté serment.
Il reste cependant évident, que le serment islamique n’éteint pas l’action judiciaire dans une république qui se dit laïque, comme le Sénégal. D’où le serment d’Aliou Sall, peut avoir pour effet immédiat, de mettre fin aux accusations faites par tout croyant, incapable de prêter un contre-serment. Il n’empêcherait pas cependant, la machine de la justice humaine de poursuivre son action en vue d’aboutir à un verdict sécularisé.
A mon humble avis, les Sénégalais et les Sénégalaises, devraient plutôt organiser des séances de prières collectives et des  » thiantes », pour rendre grâce à Allah (Swt) qui a bien voulu doter notre pays de ces immenses richesses, au lieu d’organiser des sit-in et des marches, chaque vendredi,
Une telle démarche, n’empêchera pas, bien entendu, d’investir la Commission d’Orientation et de Stratégie pour le pétrole et le gaz (Cos- Pétro-Gaz), désormais élargie à l’opposition et à la société civile. Elle n’empêchera, non plus, de fouiller périodiquement les rapports de l’ITIE (Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives), norme à laquelle, notre pays a adhéré. Cette attitude collective de gratitude envers le Bienfaiteur suprême (Swt), devrait nous inciter à revisiter et à vulgariser la loi sur le local content (contenu local), par laquelle, le Sénégal a décidé de procéder à une répartition inclusive des revenus du pétrole et du gaz, de manière à prendre en compte, l’ensemble des couches sociales, sans oublier les générations futures.

Mamadou Bamba NDIAYE

Ancien ministre des Affaires religieuses

Contact : [email protected]

4 Commentaires

  1. Je comprends maintenant pourquoi AM ne parle plus de AS maid BP et de Timis de même que OS que je considère comme un salafiste. La phrase suivante devrait être la la raison :…… accusastion faite par un croyant Incapable de faire un contre-serment……

  2. COMBLE DE L’HYPOCRISIE !!! En vérité, en cautionnant une Constitution qui exclut totalement Dieu dans la gestion de notre pays, nos hommes politiques et certains religieux ont trahi l’Islam. Oui, dans l’article premier de notre Constitution, il est mentionné que notre République est laïque – c’est à dire qu’elle respecte toutes les religions, mais s’interdit de s’en inspirer ; pour ces républicains (laïcs), le Coran et les autres Livres Sacrés (Thora et Evangile) n’ont aucune espèce d’importance ; bref, pour eux, Dieu n’a pas sa place dans la République ! Et quel crédit devrait-on accorder au serment d’un républicain laïc invétéré ?
    De plus, dans notre pays, la Constitution interdit la formation de partis politiques se réclamant d’une confession (religion), tels les partis ‘’démocrates-chrétiens’’ observés pourtant dans les ‘’grandes démocraties’’ (Allemagne, entre autres) ; dans notre pays, il est autorisé pour un parti politique de s’inspirer de Karl Marx et Lénine, mais il est par contre formellement interdit de s’inspirer du Prophète Mouhammad (PSL) qui notre modèle parfait et éternel maître à penser. Et il s’agit-là indéniablement d’une violation manifeste de la liberté d’opinion qui est le premier pilier des droits de l’Homme. Et à l’évidence, notre pays ne sera jamais une véritable démocratie tant que les dispositions restrictives imposant la laïcité ne seront pas abrogées. Oui, la laïcité ne se décrète pas ; c’est une question de rapport de forces – Que les démocrates le reconnaissent !!!
    En vérité, l’attachement déclaré de notre pays aux valeurs de démocratie et de justice devrait nous imposer à mentionner explicitement dans notre constitution notre ancrage irréversible aux valeurs de l’Islam, la religion majoritaire qui garantit les droits fondamentaux des minorités dans les limites de l’acceptable (morale et éthique). Oui, si nous n’étions pas hypocrites, nous l’aurions mentionné explicitement et imposé à nos élus la prestation d’un serment devant le Coran (ou la Bible pour les chrétiens, comme cela se fait aux États-Unis) – un gage de bonne gouvernance irremplaçable ; et nous aurions toujours recherché la conformité de nos lois aux principes de l’Islam qui, du reste, ne sont guère différents de ceux des autres religions monothéistes (Christianisme, Judaïsme). Ainsi, nous ne serions plus interpellés par les occidentaux sur l’opportunité d’une dépénalisation de l’homosexualité et de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ; la prostitution serait pénalisée et tous les lieux de débauche fermés – quand ont sait que les conséquences redoutables de la généralisation de la turpitude freineront toutes nos velléités de développement. Malheureusement, nos hommes politiques ont délibérément opté d’ignorer Dieu dans leurs démarches ; ils ne croient qu’à leur expertise (raison), quoique se réclamant croyants (musulmans ou chrétiens) ; oui, ils ont mis ‘’Dieu entre parenthèses’’ et ont délibérément choisi les libres-penseurs (agnostiques et autres incrédules), comme guides, modèles et maîtres à penser. Comment pourraient-ils donc agencer une cité juste et nous faire accéder à l’émergence véritable ? Croient-ils vraiment que c’est Dieu qui donne vraiment la royauté à qui Il veut ? Ne sont-ils pas tous hypocrites ?
    Il urge de changer ce système – et le Président Macky SALL qui proposait lors du Référendum passé une clause d’intangibilité pour la laïcité et la République doit revoir sa copie …
    Nous espérons que nos hommes politiques, toutes obédiences et toutes générations confondues, comprendront enfin l’impérieuse nécessité d’un débat sur la laïcité, afin d’engager, avec lucidité et clairvoyance, les réformes constitutionnelles qui s’imposent véritablement dans notre pays. Et dans cette perspective, il faut qu’ils sachent que ‘’la séparation entre le pouvoir politique et la religion dans un contexte islamique (le nôtre) n’est pas considérée en soi comme le signe d’une modernité, contrairement en Occident’’ … ; oui ‘’ce qui est considéré en Occident comme un acquis de la modernité à préserver n’a pas au regard de l’Islam, la garantie de la pérennité’’ (Serigne El Hadj Madior CISSE). Ainsi, au vu de l’évolution des rapports de forces et de la conscience islamique des Sénégalais, on peut dire, sans risque de se tromper, que le temps de la dé- laïcisation de notre République a sonné – Un préalable incontournable à l’émergence véritable !!!
    Un débat sur la laïcité s’impose !!! [Une voie obligée pour réorienter notre pays sur la véritable voie de l’émergence !!!]. https://docs.google.com/document/d/1KbhPzL9ONEnNYYSRH30DmzZ_wT59Z67kPPjNXgQMX5U/edit?usp=sharing

  3. Après avoir eu sa part de gâteau chez Wade, Bamba N’diaye veut également sa part chez Macky, il va faire des pieds et des mains pour se faire valoir auprès de Macky Sall ! Vas bosser, mon frère, on s’en fiche, des milliers de voleurs jurent sur tous les Dieux, celui d’Abraham, comme des païens après leurs forfaits. On se fie à la justice des humains ici-bas !

  4. La seule incompréhension que j’ai est que tous les prêcheurs sont d’accord pour dire que seul billahi wallahi tallahi est valable ;valide pour jurer et sur le noble coran, les avis sont partagés.
    Je demande au nom d’ALLAH ;que ceux qui disent qu’Aliou Sall est innocent parce qu’il a juré sur le noble coran ; de lever la main droite, de la poser sur le noble coran et de jurer qu’Aliou Sall est innocent
    Pas de commentaire. Si vous croyez au geste de monsieur le maire et faites-en de même.

Répondre à Ddr Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here