Objet : An 1 de la confiscation de la volonté du peuple
Monsieur le Président,
Le 04 juillet 2019, je vous ai adressé une lettre dans laquelle dix (10) interrogations légitimes sur le scandale PETROTIM ont été portées à votre connaissance. Aucune réponse ne m’a été parvenue. Votre silence de carpe ne peut en aucun cas effacer ce que vous, votre frère et le briguant financier Franck Timis ont fait de notre pétrole et de notre gaz.
A ce titre, votre caisse à résonnance Boun Dione a bien raison de dire qu’entre vous et le peuple sénégalais, l’histoire n’est pas encore terminée. Quelle prophétie, lui qui en a l’habitude d’en faire à l’image des résultats préfabriqués de la présidentielle de février 2019. Jusqu’en 2035, vous et vos pilleurs allez vous expliquer devant les cours et tribunaux de ce pays pour rendre compte au peuple sénégalais de chaque centime détourné. Croyez-moi, ce sera la face sombre de votre histoire avec le peuple sénégalais au-delà 2035.
Pour revenir à l’objet de cette lettre, je voudrai juste savoir qu’est-ce vous avez des 365 jours après avoir confisqué la volonté populaire ?
Puisque vous n’avez pas le courage de dire la vérité aux sénégalais, je vais vous y aider en listant ce que vos sorties récurrentes tentent d’étouffer.
Augmentation du prix de l’électricité
90 millions d’euros de prêt auprès de la France pour un aller simple du TER
8.076 Milliards de Francs CFA de dette publique que nos enfants et petits enfants continueront de payer
Insécurité criarde sur toute l’étendue du territoire
1.500 Milliards exposé à la poussière après une supercherie électorale
6.000 abris provisoires
Collèges fermés
Augmentation des denrées de première nécessité
Restriction des libertés individuelles (cas : Guy Marius Sagna, Adama Gaye, Dr Babacar Diop, etc.)
Confiscation des cartes d’identité et cartes d’électeurs
Vague de licenciements dans le secteur privé
Attribution de marchés aux turcs, français, chinois, privant les compagnies nationales ressources pour créer de la valeur ajoutée
Des hôpitaux transformés en mouroir
Pillage des sociétés publiques, cas du COUD, Poste, Port Autonome, Prodac, etc.
Spoliation foncière des membres de votre clan
Impunité garantie aux apéristes
Justice aux ordres
Sans oublier votre mépris à l’endroit des populations que vous taxez de chômeurs et de buveurs de thé.
Rupture fréquente de médicaments
Une justice arrimée à vos volontés et vos désirs
La liste est loin d’être exhaustive. Elle se complète par les larmes des gorgorlous sénégalais du fait de la souffrance que vous leur infligiez chaque matin.
Votre problème, osons encore le dire, ce n’est ni l’opposition encore moins ce peuple qui vous donne tout. Votre problème, c’est l’incompétence qui vous suit partout où vous vous engagez à travailler pour le Sénégal. De la Petrosen à l’avenue Roume, l’incompétence reste votre seul et éternel allié.
Je vous transmets toute ma déception de voir qu’à la place d’une prise en charge des véritables préoccupations des sénégalais, vous êtes encore dans les slogans creux :
5 grandes initiatives incertaines
3 programmes sectoriels copiés et mal collés
5 accès universels déjà bloqués et sans aucune autre issue
Et tout ceci pour un fast-track vers le mur
Voilà votre vision. En espérant qu’un après-midi de ces 365 jours difficiles à venir, vous allez être extirpé de votre profond sommeil de lion pour répondre aux attentes du peuple, recevez mes salutations patriotiques.

Abass FALL
Membre du COPIL,
Secrétaire National à l’Organisation
Coordonnateur PASTEF DAKAR

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here