Suite au rejet du budget de la mairie de Thiès par les conseillers du parti Rewmi
de monsieur Idrissa Seck, l’édile de la ville monsieur Talla Sylla contre toutes
attentes décide de se retirer de la course à l’élection présidentielle de 2019 et
par la même occasion de soutenir notre président par défaut, son Excellence
monsieur Macky Sall.

Personne n’a pu venir le coup de poker de monsieur Talla Sylla. Il a surpris son
monde ou à tout le moins a réussi à camoufler sa décision de rejoindre les
prairies marrons de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar à ses
soutiens d’alors du parti Rewmi pour se retrouver maire de la ville de Thiès en
dépit même de son faible score aux élections communales.

Le parti Rewmi de monsieur Idrissa Seck a pensé trouver à la personne du
monsieur Idrissa Seck un bon et honnête allié. Aujourd’hui, vu la décision
soudaine et sans ambages de monsieur Talla Sylla, les partisans de monsieur
Idrissa Seck ne vont sans doute pas manquer de se poser les bonnes questions
d’une part sur la sincérité de leurs alliés en vue de la conquête du pouvoir et
d’autre part sur la pertinence du choix de certains partenaires politiques.

Cet acte solitaire de monsieur Talla Sylla n’est pas conforme à l’éthique. En
effet, à partir du moment où il a constaté des divergences infranchissables avec
les conseillers du parti Rewmi, il devrait s’armer de courage en rendant son
mayorat. Le plus ahurissant dans le comportement de monsieur Talla Sylla est
que la situation de la ville de Thiès reste la même. Le blocage est toujours là.

En tant que maire de la ville de Thiès, il devait en toute responsabilité dépasser
les clivages partisans et entamer des pourparlers francs avec tous les
conseillers en vue de trouver une solution pour le bien être exclusif des
populations thiessoises et sortir de cette impasse budgétaire très éloignée de
leurs préoccupations légitimes.

Dites nous, monsieur Talla Sylla quelle est cette manière de faire de la politique
voire de se comporter en honnête homme pour rejoindre illico presto le chef
de l’Etat monsieur Macky Sall qui naguère ne trouvait pas grâce à vos yeux ?
N’est ce pas vous dans une de vos sorties qui disiez avec raison que monsieur
Macky n’est pas un président de la République ? Qu’est ce qui a pu changer

entre temps pour que vous lui enfilez le costume de président de la République
trop ample sur ses épaules ?
Dites nous, également c’est seulement aujourd’hui à la suite du rejet du budget
de la mairie de Thiès que vous trouvez des arguments déplaisants voire hostiles
à l’ancien premier ministre monsieur Idrissa Seck ? Au moment où il vous
donnait sur un plateau d’argent les commandes de la ville de Thiès, il était à vos
yeux un homme ouvert et prêt à vous prêter main forte pour réussir dans votre
mission de servir les citoyennes et citoyens de la cité des rails.

Vous avez certes le droit de cesser votre compagnonnage avec monsieur Idrissa
Seck, mais il est fort regrettable que vous utilisez des procédés infâmes pour le
salir voire le diaboliser. Qui plus est, vous le comparez à Hitler. Quelle
monstruosité voire quelle bassesse de votre part ? Adolphe Hitler était un
homme ignoble et même de nos jours les pires apprentis dictateurs ne lui
arrivent pas à la cheville. Quel affront pour les victimes de l’holocauste et la
mémoire de ceux qui ont survécu à ces atrocités ? Il faut savoir raison garder
monsieur Talla Sylla. Plus de 70 ans après ces crimes contre l’humanité,
Adolphe Hitler demeure pour les historiens, les psychologues ou psychiatres un
mystère. Je suis profondément déçu de votre attitude d’aujourd’hui. J’ai
toujours pensé que vous étiez un des rares politiciens à avoir le sens de la
retenue, de la justesse dans l’analyse des faits politiques voire des problèmes
de société. Vous êtes vraiment tombé très bas monsieur Talla Sylla.

Dites nous encore, monsieur Talla Sylla, est ce que vous vous souvenez encore
il y a peu les refrains de votre chanson ?Macky dou dem? ? Vous devrez vous épargner de vos leçons de morale et de patriotisme à deux balles.Bon débarras monsieur Talla Sylla. Vous nous avez rendu un immense service
en rejoignant maintenant le président Macky Sall. A l’approche des élections
présidentielles de 2019, tous les politiciens professionnels qui n’ont pas
d’ambitions en vue de réformer véritablement le pays et de tourner
définitivement la gestion scabreuse de la coalition Benno Bokk Yakaar se
dévoilent de manière ignoble pour se vendre au plus offrant, monsieur Macky
Sall.

Pourtant, rien n’a changé monsieur Talla Sylla . La corruption gangrène
l’économie nationale. Les scandales se multiplient de façon exponentielle. La
justice est instrumentalisée à des fins politiciennes par le pouvoir exécutif en
vue d’écarter de la présidentielle de 2019 des opposants au régime clanique de
notre président par défaut. Les rapports des organes de contrôle de l’Etat

épinglant des personnalités proches du pouvoir sont classés sans suite. Les
sociétés françaises, turques, marocaines et autres sapent considérablement les
fruits de la croissance économique. Les secteurs de l’éducation et de la santé
éprouvent d’énormes difficultés pour assurer ne serait ce le minimum pour un
service public à la hauteur des préoccupations légitimes des citoyens
sénégalais. Le chômage de masse des jeunes , une véritable bombe sociale à
retardement ne cesse de s’aggraver alors que votre nouveau partenaire
monsieur Macky Sall nous avait promis 500000 emplois. Nos frères continuent
toujours de mourir en pleine mer ou dans le désert libyen à la quête d’un
monde meilleur en vue d’assister leurs pauvres familles qui sont victimes de
l’incompétence et du manque de courage du président Macky Sall de défendre
les intérêts exclusifs du peuple sénégalais. Que dites vous de nos 12 frères
morts en 2012 pour une véritable alternance démocratique porteuse de
progrès économique et social en refusant et combattant le népotisme au
sommet de l’Etat. Que dites vous de la fratrie Sall qui nous nargue à longueur
de journée ?

Vous n’êtes pas du tout mieux que monsieur Idrissa Seck que vous vilipendez
en vue de donner des gages de fidélité et de soumission abjecte au président
Macky Sall. A la différence de vous et quoiqu’on puisse lui reprocher voire
penser de lui, l’ancien premier ministre monsieur Idrissa Seck sait ce qu’il veut
et continue malgré les trahisons et les aléas de la politique sénégalaise avec les
citoyens ou sympathisants de construire son programme et/ou l’idée qu’il se
fait du développement socio-économique du pays de la Teranga.

Enfin, monsieur Talla Sylla, quelle est cette volonté sournoise de combattre
monsieur Idrissa Seck « arrogant » à vos yeux et de décider sur le tard à s’allier
à notre président par défaut, monsieur Macky Sall qui depuis qu’il est à la tête
du pays ne se gêne nullement de mentir froidement à plusieurs reprises toute
honte bue aux citoyens sénégalais qui lui ont fait confiance en 2012 contre
toute attente et qui gère le pays au profit exclusif de sa cour d’obligés, de sa
fratrie et de ses maîtres français ?

Vous avez le devoir moral de céder votre fauteuil de maire car les thiéssoises et
les thiéssois ne vous vont pas donné leur suffrage. La bonne conduite exige
tout d’abord de régler ce problème d’éthique avant de monnayer vos 1.71 %
obtenus lors des dernières élections législatives de 2017 dans le département
de Thiès au président de la République, monsieur Macky Sall. Un si faible
résultat mérite t-il de troubler le sommeil des sénégalais par un tel tapage
médiatique qui frise le mépris voire le manque de retenue ?

Massamba NDIAYE

5 Commentaires

  1. 1,71 pour 100 de score et il est devenu Maire de la Ville de Thies? Vraiment Idy est généreux, à un grand cœur et a le sens de partage avec les pauvres, même dans leur suffrages.
    1. Idrissa Seck a donné la mairie de Thies sur un plateau d’argent à Talla Salsa et ce dernier lui tourne le dos avec une bruyante conférence d’insultes.
    2. Senghor a donné là présidence de la république sur un plateau d’or à Abdou Diouf qui avait zéro pour cent de suffrage et ce dernier lui tourne le dos en sourdine, snobe, mépris et desengorisation.
    3. L’homme n’aime point voir celui à qui il doit tout. Pierre Corneille. Né le 6 juin 1606 à Rouen et mort le 1er octobre 1684 à Paris.
    4. Si vous faites un petit effort, vous pour ajouter au moins un autre exemple flagrant et récent. Dioundjou doyneu borom xel.

  2. MASSAMBA IL FALLAIT MEME PAS REPONDRE A CE CHIEN. LES SENEGALIS L’ONT DEJA CLASSE ET SURTOUT LES HABITANTS DE THIES. NOUS NE VOULONS MEME PAS VOIR SA TRONCHE CE BATARD

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here