Le projet d’écriture de l’Histoire générale du Sénégal va couvrir une période de 350 mille ans, a annoncé lundi à Dakar, son coordonnateur, Pr Iba Der Thiam, promettant la production d’un volume au moins avant la fin de l’année 2017.
“Il est important de savoir que le Sénégal est un lieu de peuplement et de civilisation. L’écriture de l’histoire va couvrir une période de 350 mille ans et aucune minorité, ni une langue ou autres choses ne seront mis de côté”, a-t-il dit lors d’un point de presse.
Pr Thiam a indiqué que ce projet a pour ambition de donner sa juste place à tous ceux qui détiennent une parcelle de savoir pouvant éclairer le geste des ancêtres, l’évolution du pays et les étapes qui ont permis au Sénégal d’être une nation.
“A l’heure actuelle chacune de 9 commissions que nous avons instituées travaille à plein régime de manière à produire au moins un volume avant la fin de l’année 2017”, a informé le coordonnateur de l’HGS.
Selon lui, la totalité du travail, portant sur 25 volumes de 500 à 800 pages, devra être bouclée en 2019.
“Nous nous inscrivons dans la perspective Sénégambienne. Voilà pourquoi nous voulons que toutes les ethnies soient prises [en compte] et qu’aucune question ne soit laissée de côté”, a-t-il expliqué.
Il a soutenu que l’équipe des experts comptent rétablir la vérité sur tout ce qui a été relaté à propos de la religion, de la culture, du peuple sénégalais, etc.
“Nous mettrons également nos défauts en exergue pour permettre à ce que les générations futures sachent ce qui a marché ou pas dans notre pays”, a fait valoir Pr Iba Der Thiam, agrégé en histoire et homme politique sénégalais

Pour mieux valoriser cette histoire, il a évoqué l’idée de travailler à développer l’esprit muséal en vue de pousser l’Etat à conserver les patrimoines nationaux.
“Nous avons besoin de toutes les compétences pour y arriver”, a-t-il noté, rappelant que cette mission a pris plus de relief à l’occasion d’une audience que le chef de l’Etat lui avait accordé, sans donner plus de détails.
Pr Thiam a aussi rappelé la décision du président français sortant François Hollande, de mettre à la disposition du Sénégal, des copies de microfilms, dont le plus ancien daterait de 1722 et dont l’exploitation sera d’une utilité incomparable pour l’écriture de l’HGS.
Si l’on en croit le coordonnateur du projet, ce don pourrait concerner près de 3 millions de documents d’archives que la future maison des archives devrait accueillir.

aps.sn

PARTAGER

2 Commentaires

  1. Pour inciter les Sénégalais, en particulier nos gouvernants à se pencher sur notre histoire, j’ai fait croire pendant deux mois, par le biais de xalima et de seneweb en 2011 pendant deux mois, que des prêtres, Français et Italiens s’étaient engagés à écrire : ” L’histoire du Sénégal, de l’Antiquité à nos jours” ! Est-ce un hasard que quelques mois après, le Pr Iba Der Thiam ait proposé cette “HISTOIRE GENERAL DU SENEGAL” ? En tout cas, je suis très satisfaite que cette oeuvre puisse voir le jour !

  2. Une histoire du Sénégal relatée par les intellectuels peut-elle être fiable sans l’apport de nos historiens traditionnels du Djolof, du Baol, du Sine, du Saloum, et des autres communautés anciennes du Sénégal ? Monsieur N’diol-N’diol qui anime avec passion l’émission ” DEMB” sur la 2 S TV pourrait sélectionner les meilleurs griots de nos communautés !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here