La douleur est profonde pour la communauté musulmane, et même bien au delà. Elle l’est surtout pour la Hadra Tidjanya du Sénégal, dont on vient d’apprendre la disparition d’une de ses figures les plus emblématiques, le Khalife Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum. Je ne trouve pas les mots pour dire à quel point ma famille et moi-même sommes affligés.
La dimension plurielle de l’homme et son érudition insondable avaient fini d’en faire une source d’inspiration pour de nombreuses générations, bien avant qu’il ne fut intronisé Khalife. De sorte que de sa grande sagesse, un silence mystique et un retrait spirituel définitif lui avaient suffi pour élever la tâche de Khalife à d’autres niveaux de paradigmes sacerdotaux.
Il arrive pour certaines prestigieuses charges, que des hommes n’aient plus besoin d’elles pour leur aura, mais qu’elles aient besoin d’eux. Cheikh Tidiane Sy était de ceux là. La leçon magistrale de la dimension du silence et du retrait qu’il nous laisse est un germe qui fera beaucoup d’émules dans les siècles à venir. Par ce symbolisme du silence le Cheikh a porté si fort sa voix que nos arrières petits enfants l’entendront.
Par respect à son mysticisme je n’en dirai pas davantage, mais préfère présenter simplement mes condoléances éplorées à la famille du Cheikh, à toute la descendance de El Hadj Malick Sy son vénéré grand père, au nouveau khalife Abdou Aziz Sy Al amine et à toute la communauté musulmane ici et ailleurs, avant d’aller me recueillir et prier pour que le tout puissant nous console de cette immense perte, qui nous rend tous orphelins.
Que la terre bénie de Tivaoune lui soit lègère.
PAM

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here