Donner la préférence au riz local peut préserver la santé. Selon le Dr Alioune Fall, directeur de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra), les conditions de stockage du riz importé en font un produit dangereux pour la santé.

Le riz importé est lourd de dangers pour les consommateurs sénégalais. Selon le Dr Alioune Fall, directeur de l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra), au-delà de trois années de conservation, le taux de protéine et de matières grasses contenues dans le riz diminue de façon singulière. «Il faut veiller à ce que ce riz-là n’entre pas au Sénégal parce qu’avec le vieillissement, nous avons pu constater grâce à des analyses, que l’acidité augmente pendant la durée du stockage. On observe une diminution significative des taux de protéines et de matières grasses. Il y a alors des substances biochimiques appelées lipases, qui entrent en activité et tout ce qui est acide gras libéré commence à être oxydé par l’oxygène de l’air», a expliqué le Dr Fall, qui présidait samedi dernier une conférence du département vaccin de l’Isra. Le scientifique a ajouté qu’à ce stade, le riz commence à dégager une odeur caractéristique, ce qui incite à exhorter les consommateurs sénégalais à être attentifs aux produits qu’ils consomment. «Tout ce que nous demandons à nos commerçants, c’est d’être vigilants par rapport à cela, à ne pas prendre n’importe quel riz dans les pays asiatiques mais d’en vérifier la qualité et de s’assurer que la durée de stockage n’a pas dépassé les deux ans».
Au-delà, prévient le Dr Fall, les stocks de riz ne peuvent être conservés sans avoir été traités chimiquement. Le directeur de l’Isra a souhaité que les consommateurs consomment le riz local qui n’est pas stocké, mais vendu sitôt récolté. «Que ce soit ici ou dans les pays développés, c’est ce que nous mangeons qui nous rend malade. Veillons à acheter des produits de qualité», a informé le Dr Fall, qui a précisé que le mandat de l’Isra «est de développer une agriculture productive durable pour permettre aux Sénégalais de vivre de manière saine et de permettre aux producteurs de vivre de leur travail». Le Dr Fall assure par ailleurs que l’Isra est prête à mettre à la disposition des producteurs toutes les innovations nées de ses recherches.

20 millions de doses de vaccins
L’Isra a initié ce panel dans le cadre de la Foire de l’agriculture et des productions animales (Fiara). L’objectif étant de mettre en lumière les avancées obtenues dans la production de vaccins. Selon le directeur de l’Unité de production de vaccins de l’Isra, le Dr Yaya Thiongane, avec 20 millions de doses produites chaque année, l’Isra assure l’ensemble des besoins du pays en vaccins mais également ceux de certains pays de la sous-région comme la Mauritanie, le Togo, le Niger et même le Cameroun. Aujourd’hui, ce laboratoire ambitionne d’atteindre les 60 millions de doses par an, afin d’assurer la vaccination de 80% du cheptel. Le Dr Thiongane explique que son laboratoire a pu mettre au point un vaccin contre la maladie de Newcastle, particulièrement meurtrière pour la volaille.
Le vaccin mis au point est thermostable et conditionné en petites doses, ce qui le rend plus accessible. Pour la peste des petits ruminants ou la péripneumonie bovine, une des maladies les plus meurtrières et qui est réapparue ces dernières années au Sénégal, l’existence d’un laboratoire de production de vaccin permet de lutter efficacement contre, indique Dr Thiongane. «Nous nous attaquons à des maladies pour lesquels se posent de réels problèmes de sécurité alimentaire», souligne le chercheur qui informe que son labo produit une trentaine de types de vaccins.

Source: lequotidien.sn

PARTAGER

2 Commentaires

  1. C’EST MAINTENANT QUIL EST DEVENU DANGEREUX CE RIZ,TOUTE MA VIE JE L’AI MANGÉ POURQUOI ATTENDRE MAINTENANT POUR LE DIRE.FAISONS LA PROMOTION DU RIZ LOCAL CE QUI EST DANS L’INTERET DE NOTRE ÉCONOMIE MAIS CESSEZ DE FAIRE PEUR AUX GENS

  2. c’est un probleme de responsablitè,si vous trouvez le danger sensiblitè les autoritès compètantes pour prendre la dècision juste qui est de bloquer et de retirer meme ceux qui sont dejà en circulation pour le bien etre de la population

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here