XALIMANEWS- Candidat à la présidence de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Louis Lamotte, a fait face à la presse ce mercredi pour donner les cinq (5) grands axes de son programme, dont les finances et les infrastructures occupent une place de choix.

A 72 heures de l’Assemblée générale de la FSF, les candidats multiplient les sorties et les contacts avec les acteurs. Louis Lamotte a choisi un cadre privé pour s’adresser aux clubs à travers la presse. L’ancien président de la Ligue sénégalaise de football professionnel compte s’appuyer sur les clubs pour bâtir un football fort et conquérant.

«Il faut se pencher sur la réforme des clubs. Je pense qu’on ne peut pas développer le football sans organiser la base, c’est à dire les clubs. Et les résultats de nos équipes en Afrique sont catastrophiques ces dernières années. La question qu’on se pose c’est comment venir au chevet de 400 clubs. J’ai envie d’inviter les acteurs à se pencher là-dessus. Il faut trouver des solutions idoines et je crois qu’il faut doter le minimum de patrimoine aux clubs ».

25% des revenus de la FSF seront destinés aux clubs

Il renchérit : « Cela pourrait faciliter les engagements et les ressources additionnelles. Le malade (ndlr : le football) est affaibli, mais je pense que ce serait un délit de ne pas l’assister. Il y a moins de 2% des revenus qui sont destinés aux clubs et je propose 25% des ressources de la FSF aux clubs. Il faudrait initier les clubs au marketing en les regroupant en GIE sous forme exemple ASCE. La FSF se doit de bouger pour aller chercher de l’argent. Depuis 2008, on est à 1 milliard 800 millions qui viennent de la Caf de la FIFA et d’autres partenaires. Cela montre l’incapacité à développer les finances ».

Injecter 4 milliards en 4 ans

Pour l’atteinte des objectifs, Louis Lamotte pense que la FSF doit avoir une certaine autonomie financière. « La charge du président de fédération est de trouver des sources de revenus c’est à dire des partenaires. Pour cela, il faut un état d’esprit et la rupture que je prône c’est un changement dans la démarche administrative en injectant 4 milliards dans les caisses de la FSF pendant ces quatre ans, si je remporte ces élections. Le but c’est de chercher de l’argent pour le football », soutient Louis Lamotte.

Infrastructures…

Dans mon programme, le volet infrastructure occupe une place importante. Il ne s’agit pas de créer des stades, mais de mettre en place des infrastructures de proximité à Dakar et dans les régions de l’intérieur. J’ai entamé des discussions avec la Mairie de Dakar. Le Sénégal est le pays le moins doté en infrastructure. Le talent est là, mais on est moins outillé. Je pense que c’est une erreur de vouloir créer un hôtel fédéral qui ne sera pas rentable et sans compter les coûts pour la gestion.

Gagner la Can en 2019

Le but final de toute cette politique est d’aller chercher ce titre continental. Et ce serait une belle revanche si c’est le Cameroun qui accueille les joutes après nos revers face aux Lions Indomptables en 1992, 2002 et 2017. Ce projet doit être accompagné par des partenaires forts qui pourront aussi bénéficier des retombées de leurs contrats avec la FSF. Ce qui veut dire que l’équipe nationale devra jouer plus de deux fois à Dakar chaque année pour créer toute une mobilisation. En résumé, on va créer le buzz autour de l’équipe.

Source sport221.com

PARTAGER

1 Commentaire

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here