XALIMANEWS: Le chef de I ‘Etat s’est voulu ferme, hier, lors de sa visite à Tivaouane, quant à la « colonisation spirituelle » que veulent imposer, selon lui, des « gens malintentionnés ».

TIVAOUANE – Le président de la République, Macky Sall, a été reçu, hier, par le Khalife général des tidianes. Une visite qui entre dans le cadre de la traditionnelle « ziar » avant Gamou 2019. Un événement religieux célébrant la naissance du Sceau des prophètes (PSL). Devant le Khalife Serigne Babacar Sy Mansour, le chef de l’Etat a mis en garde ceux qu’il qualifie de « gens mal intentionnés » qui, selon lui, sont animés de mauvaise foi cherchent à déstabiliser le pays. Selon lui, l’islam est une religion de paix. « Nous n’avons pas besoin d’une colonisation spirituelle, encore moins d’une certaine nouvelle philosophie de l’islam, ça ne passera pas », a averti le Président Macky Sall. Avant de s’engager à aller jusqu’au bout de sa logique dans ce « Combat idéologique ». Pour terminer, Macky Sall a longuement insisté sur les excellents rapports » qu’il dit avoir toujours entretenus avec la famille Sy de Tivaouane, bien avant qu’il n’accède à la magistrature suprême. « Je reconnais que m’avez beaucoup défendu, bien avant que je n’accède au pouvoir », a-t-il lancé au Serigne Babacar Sy Mansour.

Le Khalife général des tidianes a abondé dans le même sens que le chef de l’Etat. II est revenu sur les dérives découlant des réseaux sociaux. A l’en croire, c’est un mal qui est en train de déstabiliser le tissu social dans le pays, œuvre, d’après lui, d’une certaine catégorie de gens tapis dans l’ombre qui excellent dans l’art des photos-montages, semant ainsi la zizanie et la terreur dans le pays. Serigne Babacar Sy Mansour n’a pas manqué d’interpeller le président de la République sur les « agissements de soi disant religieux faisant office de réformateurs, dont l’œuvre ne consisterait qu’à semer la division au sein de la communauté musulmane et surtout à faire dévier des croyants par le truchement d’un certain islam radical importé ». D’où son appel pressant en direction des uns et des autres pour « davantage raffermir les relations entre les confréries au Sénégal dont le dénominateur commun reste I ‘islam ». Ainsi, a-t-il invité à « l’union des cœurs, des esprits et des idées » pour une « communauté unie, soudée, inséparable ». Macky Sall et le Khalife ont pris la décision ferme de « combattre ces marchands d’illusions qui oublient souvent que l’islam n’est rien d’autre que paix et unité, qui cherchent d’autres courants de pensée dans la religion musulmane, avec une certaine poussée djihadiste, comme on l’a déjà vécu à Tombouctou et sur une bonne partie de la sous-région ». Selon eux, «si l’on n’y prend garde, de telles dérives pourraient aboutir à la déstabilisation du pays ». Pour le Khalife, il faut une synergie d’actions qui « nécessite l’engagement de tout un chacun dans ce combat idéologique pour une cause noble »

4 Commentaires

  1. Ces propos sonnent bizarre de la part d’un principal allié de la colonisation temporelle exercée sur nos pays par les Occidentaux…
    Par ailleurs, je trouve cette  »alliance » entre le Pr Macky SALL Chef d’un Etat dit Laïc au sens le plus anti-Religion qui soit, et Serigne Babacar SY, Chef Religieux censé défendre une Religion l’Islam et ses Adeptes ; cette pseudo-alliance donc est une alliance contre nature et un Jeu de dupes totalement ridicule. Dans le court terme, l’objectif de cette alliance des plus hypocrites demeure la continuité du Système pourri qui a mis le Sénégal à genoux.
    Système qui ne profite qu’à la minorité dominante…

  2. J’ai l’impression que le président Macky Sall, dans le sillage du marabout s’invente un combat qui n’a aucun sens ! Ces débats sur les différentes interprétations de l’islam ont eu lieu en Egypte, en Algérie, au Soudan depuis des décennies sans que cela choque, au contraire ce sont des débats d’intellectuels le plus souvent sans aucune animosité de part et d’autre ! Même après la disparition du prophète Muhammad, les interprétations existaient, et il y eu même des crimes de sang, et c’est seulement après que les thèses ou interprétations de l’imam Malick s’imposèrent jusqu’à ce jour dans certaines parties du monde musulman.

  3. De qui et de quoi parle ce potentat? Lui le symbole fini de l’aliénation, le prototype achevé de la soumission à la France et à l’étranger. Rappelez vous CHARLIE HEBDO.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here