Au vu de la dynamique actuelle d’un certain nombre de facteurs tout laisse croire que la réélection de Macky Sall en 2017 (ou 2019) est presque compromise. Le fonctionnement chaotique de l’APR dans toutes ses DSE, le mécontentement généralisé des militants, la transhumance de certains dinosaures du régime de Wade, la non tenue de plusieurs promesses, le décalage entre le verbe de la campagne électorale et les actes du pouvoir, les bourdes de certains ministres, le ponce-pilatisme financier du griot Farba Ngom, l’embastillement décrié de Karim Wade, les nombreuses convocations de la presse à la DIC, et j’en passe. De cette analyse combinatoire découle la conclusion objective que c’est logiquement mal partie la réélection du président. Alors se pose cette question: Pourquoi en seulement trois ans Macky Sall ne fait plus recette ? La réponse est bien sûr dans les facteurs déclinés plus faut. Mais expliquons mieux. Et pour cela ce rappel historique s’impose. Nous sommes en 2008, l’APR est portée sur les fonds baptismaux à la suite de l’événement que nous connaissons tous. Le peuple sénégalais fidèle à la justice, condamne l’éjection de Macky Sall de la présidence de l’assemblée nationale, orchestrée par des députés d’Abdoulaye Wade par le fameux amendement Sada Ndiaye. Sorti par la grande porte de l’histoire grâce à sa résistance contre les velléités dictatoriales de Wade, Macky Sall est adulé par le peuple sénégalais qui le voyait ainsi comme seul véritable homme politique soucieux de l’intérêt supérieur du peuple. Né alors un véritable mariage entre Macky Sall et le peuple sénégalais. L’acte est signé au soir du 25 mars 2012. Macky Sall est élu président de la république du Sénégal. Mais cette signature est assortie de garanties qui trouvent leur expression dans le programme électoral de Macky Sall dénommé Yoonu Yokkuté, véritable condensé de renouveau politique sur fond d’innovations rationnelles, Aussi bien à l’intérieur du pays que dans la diaspora, les meetings de l’homme qui voulait introduire au Sénégal une autre manière de faire de la politique attiraient des foules monstres admiratives de celui qui a fait tomber le mythe Wade en osant lui dire NON quand ce dernier lui a demandé de démissionner de la présidence de l’assemblée nationale. Trois ans après où en est le mariage entre Macky sall et le peuple Sénégalais ?. Le couple, il faut le dire, est traversé par un très mauvais nuage depuis que le peuple s’est aperçu que le programme Yoonu Yokkuté relevait plus de l’illusion de Comenius du nom de ce spécialiste des sciences de l’éducation qui dans son œuvre la Grande Didactique réalisée en 1649 avait cru créer “un art universel de tout enseigner à tous, sûr, rapide, solide…….”. Finalement le Yoonu Yokkuté est à l’instar de La Grande Didactique. Pour La Grande Didactique nul n’a encore posé les premiers jalons et face au Yoonu Yokkuté nombreux sont ceux qui ont déchanté. Macky s’est-il rendu compte à l’épreuve du pouvoir de l’impossibilité d’appliquer certains principes du Yoonu Yokkuté ? Est-il victime de son entourage dont tout le monde sait qu’il cache en sein des opportunistes, véritables ennemis de l’APR ?. Autant de questions que l’on se pose au vu de la détérioration avancée de la confiance que le peuple sénégalais avait en Macky Sall.
Abdoulaye Mbodji
Educateur spécialisé.
Journaliste à Eure Infos/ la Dépêche d’Evreux.
Etudiant en Master1 en sciences de l’éducation à l’université de Rouen.
PARTAGER

8 Commentaires

  1. Bonjour M. Mbodji,

    Quand on fait dans l’ analyse politique, il faut s’ appliquer a ne pas verser dans ” la bouille du coeur ” ( Hegel, lolll, clin d’ oeil aux Philosophes ). Il faut plutot s’ evertuer a analyser tres froidement le reel politique. Surtout quand il s’ agit d’ un reel politique senegalo-senegalais, qui n’ est pas difficile a decrypter apres tout.

    Je suis sceptique, quant a ce suppose mariage entre Macky Sall et le Peuple Senegalais : etape par etape. D’ abord il s’ est qualifie avec 27/ 28 % environ, pour mettre en ballotage donc Wade . C’ est enorme en effet pour un coup d’ essai; et lors de la finale, il a beneficie d’ un report de voix : donc l’ APR ne jouit d’ aucune legitimite politique au sens d’ une representativite !? Au premier tour, presque 4 Senegalais sur 10 etaient encore avec Wade et 02 sur 10 etaient pour Macky Sall. C’ est cela d’ abord la verite arithmetique des chiffres. Maintenant, les Idrissa Seck et autres Candidats qui avaient fait de declarations d’ intention ( pour anticiper sur le second tour ) ont ete induits en erreur par cette confusion entre la Politique et la Morale ou l’ Ethique : j’ ai donne ma parole, donc je la respecte, pas de wax waxeet… Gor sa wax dja…..Alors que cela n’ a rien a vois. Alors qu’ on est dans une sphere , la Politique, qui n’ est regie que par le Principe d’ efficacite : non les categories ethico-relgieuses: sinon Karim Wade ne serait jamais en prison sous Macky Sall !!

    Bref, les Leaders ont bien une part de Responsabilite dans la situation actuelle du Senegal. La question qu’ il faut se poser est bien celle-ci : comment Macky Sall est- il parvenu a se qualifier pour la finale et donc a etre en situation de battre Wade a la faveur d’ une forte coalition ? Comment Macky Sall y est-il parvenu ? Ses partisans repondent avoir mange du pain thon ( Cisse Lo )avec le menu peuple ( les Senegalais du bas du bas ) mais aussi avoir presque suivi les traces de Senghor ( si l’ on en croit le dernier chapitre du Livre de Latif, qui considere que Macky Sall a le meme parcours politique que Senghor… : son mentor ( Lamine Gueye pour Senghor et Wade pour Macky Sall )lui a rendu la vie dure, par la suite il a quitte et est alle forcer le destin , en sillonnant le Senegal des profondeurs ; donc autant Senghor a dormi dans des cases, au fin fond du pays, autant Macky Sall a dormi dans les memes cases. Heureuse coincidence, donc. Avec quels moyens financiers ? Bref…est-ce que ce seul element suffit a expliquer que Macky Sall ait pu obtenir 28 % ? N’ y avait-il pas plutot une conspiration, apres le 23 Juin, contre Wade faisant prevaloir l’ idee d’ une devolution monarchique. Est-ce que ce n’ est ce contexte qui a ete favorable a l’ elan de sympathie du peuple a l’ egard de Macky Sall ? Mais egalement, osons le dire : Macky Sall n’ a pas lesine a jouer sur la corde sensible ; ethnico- confrerico-religieuse : je suis serere, puisque……je suis toucouleur ,puisque….je suis par nature Omarien,,,,, puisque justement toucouleur. Et comme toucouleur, pas mouride. Oups…je suis mouride….le temps de…!? Bref, je fus aussi talibe de Serigne Mbacke Sokhna Lo, et j’ ai fait le ” yessal ” aupres de mon pere-Guide et Khalife des Mourides. Pourtant, je suis republicain et crois fermement aux principes sacro-saints edictes par une telle conviction : que les marabouts sont des citoyens ordinaires ( sinon je ne serais pas Republicain, Diantre ! ) et que les Chapelets ” Kourouss ” ne menent nulle part. Mas egalement, qu’ au nom de la liberte dans l’ orientation sexuelle, je suis d’avis que les Homosexuels et autres Lesbiennes ont bel et bien le droit …fondamental de disposer de leur corps comme bon leur semble. Bref. Je suis tout ceci a la fois et je crois en tout ceci a la fois. Cependant, dans mon combat politique, Machiavel me souffle que je dois , a chaque moment, m’ adapter intelligemment aux circonstances, de maniere a impacter sur Fortuna ! Et donc tirer profit de chaque posture adequate, selon que je doive etre ” renard ” ou ” Lion ” .

    Snif… Plus serieusement, ma question demeure : comment Macky Sall est-il devenu President.

    PS: Mon cauchemar : je l’ ai vu, lui Macky Sall , passer au forceps en 2019. Apres quoi il a encore verouille plusieurs secteurs de notre espace public-politique. Et comme il est jeune, il a agite l’ idee d’ une Revision constitutionnelle allant dans le sens de faire sauter la limite des deux mandats….Sous pretexte qu’ il a des realisations, et qu’ il n’ a que ….58, 59 ou 60 ans !! Tres jeune donc pour aller a la retraite lollll Et pour ce faire, les Communicants du Pouvoir, les Religieux, les Chefs Coutumiers sont tous mis a contribution et …..devinez la suite. Je vous assure qu’ il ne s’ agit pas de fiction politique : le teste grandeur nature est precisement le debat juridico-politique actuel sur la reduction du mandat. Les choses sont davantage claires, pour ceux qui ne pouvaient anticiper. Son conseiller juridique , Ismaila Madior Fall, a ete assez clair.

    • 1/ Le re-confirmation de mes propos sur Ismaila Madior Fall :

      http://xalimasn.com/ismaila-madior-fall-pose-les-premisses-dun-wax-waxeet/

      2/ Attention Xeme, j’ ai bien anticipe ce que je n’ ose decliner ici en des termes clairs. Donc quand je dis au forceps, c’ est que Macky Sally passerait sur le fil quoi. Eh ben, objectivement, le comportement de l’ Opposition , sans Karim Wade notamment, ne va pas dans le sens d’ une veritable consitution d’ un contre courant qui soit a meme de faire face au Pouvoir en place.

      Je me suis amuse a ecouter quasiment toutes les videos des Communicants et Intellos qui sont avec lui, sur youtube : El Hadj Kasse, Latif Coulibaly, Seydou Gueye, AbouAbel Thiam, MamadouThiam et Aziz Diop….cela ne me rassure pas. Les deux Premiers connaissent trop l’ Histoire politique du Senegal et de l’ interieur….tout en etant a l’ exterieur du Pouvoir. Ils ont joue le role de Journalistes politique d’ opinion qui leur a permis d’ avoir acces a des informations tres sensibles. Ils sont au courant de beaucoup de choses. Et surtout, ils savent comment aider un Pouvoir a se maintenir. Bref, compare aux Opposants, Macky Sall n’ est pas mal entoure. Sans compter, les nouvelles recrues : DJibo Ka, Ousmane Ngom, qui connaissent bien les Departements sensibles.

      Donc quand tu dis :
      { Sauf cas de fraudes majeures, il est impossible que Macky Sall soit réélu, au stade actuel des choses.}

      il n’ est pas necessaire d’ avoir des fraudes majeures….. de toutes petites suffiraient a bien maquiller la chose.

  2. Macky passe au premier tour avec au minmum 60% et vous le savez mieux que quiconque.
    Il a dejà realisé rien qu’en deux ans seulement ce que ces predecesseurs n’ont pu faire en 60 ans

  3. Après que le parti du président ait encarté au moins deux millions et quelque, de potentiels électeurs en la faveur du Président en 2019, j’ai affirmé ici que l’opposition sera écrabouillée à cause de sa naïveté ! Depuis quelques temps, je sens néanmoins un vent inverse qui pourrait surprendre le pouvoir, à moins que 90% des électeurs inscrits du” Fouta de Farba N’gom”, et l’ex Sine se mobilisent comme un seul bloc en faveur du Président sortant !

    • Je suis une « Wadiste » convaincue, mais j’avoue qu’en matière de lutte contre la corruption et la réalisation d’infrastructures en tout genre concrétisées et projetées, le Président Sall peut être considéré comme le continuateur de Wade. Ce n’est pas par hasard du reste que mon champion avait fait de Sall son dauphin putatif ! N’eût été “SATAN” qui y mit son grain, c’est Macky qui serait devenu quand même Président successeur de Wade par A ou par B et pas quelqu’un d’autre du PDS !

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here