Pour endiguer l’expansion du Covid-19, l’Etat du Sénégal a pris-dès l’apparition du
virus sur le territoire national- des mesures draconiennes dont l’efficacité alimente toujours
les débats. Des mesures graduelles et strictes allant de la fermeture « hermétique » des
frontières à l’état d’urgence (rendu célèbre par le fameux couvre-feu) en passant par
l’interdiction des rassemblements dans les lieux publics (y compris les lieux de culte), l’arrêt
systématique des cours dans tous les établissements scolaires et universitaires, la réduction de
moitié des passagers dans les moyens de transport, l’interdiction du transport interurbain entre
autres ont été en vigueur.
Actuellement, tout le monde redoute le confinement partiel, donc ciblé ou au pire, total.
De telles mesures montrent bien, en tout cas aux esprits avertis, que l’heure est grave!
Paradoxalement, on dirait que dans les communes de Yeumbeul, Malika et Keur
Massar, les populations ne sont pas tellement convaincues du danger qui les guette. En effet,
les rassemblements suivent leur cours normal comme si de rien n’était. Les rues sont toujours
bondées de monde (en-dehors des heures du couvre-feu peut-être). Les enfants y jouent
toujours, inhalant certainement des particules qui pourraient leur être fatales et au-delà de leur
propre personne, toute la communauté, les moyens de transport sont toujours pleins à craquer,
donnant l’image des grands jours de combat de lutte (surtout aux heures de pointe, sous le
regard parfois des forces de l’ordre qui ne les rappellent pas à l’ordre). Les autres mesures,
n’en parlons même pas : c’est le statu quo ; à la limite même du je-m’en-foutisme pur et dur
(l’expression n’est pas de trop).
Ne jouons pas avec la barbe du lion! Evitons le chaos avant qu’il ne se produise. Il
urge donc aux autorités de prendre leurs responsabilités pour faire respecter la loi dans toute
sa rigueur afin d’éviter une contagion massive par effet domino qui serait pour le moins,
catastrophique!

1 Commentaire

  1. ..je suis désolé mais votre article ne peint pas la réalité du milieu…nous , habitants de Malika ,sommes conscients et ne menageons aucun effort pour sensibiliser nos proches du matin au soir… aujourd’hui , élèves, étudiants, autorités religieuses et municipales,agents de santé, bonnes volontés entre autres mènent le combat à côté des habitants de la commune avec leurs propres moyens….

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here