Shocking ! auraient dit les anglais, sous l’effet de la surprise.
Sorti de son hibernation provoquée par les graves accusations de lourdes malversations à milliards de francs CFA qui lui sont imputées, le Ministre du tourisme, Mame Mbaye Niang, et ci-devant responsable au sein du parti au pouvoir, l’APR, a secoué le landerneau politique en affirmant qu’il est plus capable de mobiliser les foules que l’étoile montante de l’opposition sénégalaise, Ousmane Sonko. Sa révélation faite au micro du journaliste Seydina Seck en a laissé plus d’un pantois. Mais à supposer que son assertion soit vraie, elle ne devrait cependant pas surprendre dans l’actuel Sénégal. Nous le savons tous, ici l’argent pèse plus que les idées quand il s’agit d’attirer, de mobiliser les gens. Il y est plus facile pour un politicien véreux sans programme crédible ni talent à revendre d’acheter les consciences des électeurs que de les convaincre par la pertinence de ses idées. Ainsi va ce Sénégal: cherté de la vie et inaccessibilité des denrées de premières nécessités, compte non tenu des frais médicaux, ont fini par rendre vulnérable le commun des citoyens. Or, paradoxalement, c’est ici aussi que certains acteurs politiques, qui sont encore ou ont été au pouvoir, s’enrichissent à la vitesse de la lumière d’une manière injustifiée pendant que la masse s’enfonce davantage dans les bas-fonds de la pauvreté. Dans ce pays où l’argent-roi supplante les sentiments dans les relations interpersonnelles, même au sein de plusieurs familles, il n’y a rien de surprenant à ce que ceux qui distribuent facilement l’argent aux origines souvent douteuses, à tour de bras, soient plus suivis que ceux qui n’ont que leurs idées et leur franchise à offrir aux autres dans leurs relations de tous les jours. La quête du gain facile en arrive à être si ancrée dans les consciences que pour nombre de nos compatriotes on ne doit pas miser sur sa sueur pour en avoir. Ce que dit en termes crus le wolof: xaalis kenn du liggéey da nu kay lijjanti. Dès lors pourquoi se « salir les mains » pour le gagner honnêtement si on peut le cueillir aisément quitte à perdre parfois sa dignité.
À la place de notre tonitruant ministre du tourisme, je me serais posé la question suivante : pourquoi je mobilise plus que Sonko? Si tant est que ceci soit vrai.
Ce n’est certainement pas pour la pertinence des idées encore moins par la droiture ou l’impeccabilité de la gestion du ministère s’il faut en juger par les milliards qui s’y sont envolés dans la fameuse affaire Prodac. Dans un pays normal il serait en train de s’expliquer devant le juge sur cette nébuleuse affaire. S’attaquer à ses adversaires ne suffirait pas par ailleurs comme programme politique. Cela devrait être le cas dans notre pays qui vit des moments difficiles. Les sénégalais sont donc en droit d’attendre plus de sérieux de la part de ceux qui les dirigent ou veulent les diriger. Par conséquent ils doivent être plus lucides dans le choix de leur prochain président.

Bosse Ndoye
[email protected]