content_image

Manifestations : Vers l’interdiction des armes à feu

Le Général  Cheikh Sène, installé ce matin dans ses fonctions de Haut commandant de la gendarmerie nationale (Comgend), a sonné la fin de l’usage des armes à feu lors des manifestations. Il a fait part de sa volonté de créer de véritables changements qui vont profiter aussi bien aux populations qu’à l’institution qu’il dirige.

« Afin de produire une sécurité qui ne compromettra  pas la liberté, je veux faire un effort sur la prévention et l’anticipation, tout en veillant à préserver en permanence la capacité de la gendarmerie à assurer le continuum que requiert la réponse des autorités politiques face aux crises. Plus que par le passé, il s’agira d’éviter la violence même légitime en imposant la non-létalité au cœur de notre action », a-t-il déclaré.

Pour cela, il compte « poursuivre le maillage territorial en développant une stratégie de prévention de proximité et en veillant à la cohérence du dispositif et au maintien des capacités  opérationnelles, conduire avec pragmatisme le retour à l’orthodoxie militaire et administrative dans tous les aspects du service. Notamment dans le port de la tenue et des attributs, la présentation des écrits de service et la gestion des moyens matériels et financiers , garantir le crédit stratégique de la gendarmerie par une coopération globale aux plans national (avec les autres forces de sécurité et de défense) et international (avec les partenaires) ainsi que la promotion du partenariat public-privé ».

Lutte contre les accidents routiers
Le nouveau Haut commandant de la gendarmerie veut aussi réduire drastiquement le nombreux cas d’accidents sur nos routes. « La lutte contre l’insécurité routière est devenue une priorité gouvernementale. Et pour infléchir la courbe des accidents de la route, des unités motorisées et d’autoroute spécialement dédiées à cette tâche seront créées et équipées au niveau de la gendarmerie territoriale », promet-il.

Âgé de 59 ans, le Général Sène qui vient officiellement de succéder au Général Meïssa Niang, occupait depuis le 1 novembre 2016, la fonction de Haut commandant en second de la gendarmerie.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here