Si sa ligne de vie n’est pas, définitivement, rompue, l’unité au sein de la Coalition «Mankoo Taxawu Senegaal» ne tient plus qu’à un fil.

En effet, après plusieurs mois de déclarations d’intentions sur fond de sempiternelles réunions, avec la perspective d’aller ensemble sous une même bannière, aux élections législatives du 30 juillet prochain, les alliés de ce cadre de l’opposition dite significative sont en train de se disperser.

A l’origine des fausses rumeurs autour d’une supposée bouderie du Pds

Si certaines rumeurs prêtent au Parti démocratique sénégalais l’intention d’avoir quitté la Salle où se déroulait la réunion de la dernière chance, ce dimanche, Actusen.com est en mesure de vous renseigner sur le fait que la vérité soit plus prosaïque. Alors, qu’est-ce qui s’est réellement passé ?

Selon des sources concordantes, pour trancher dans le vif la lancinante équation de sa tête de liste nationale, la Coalition «Mankoo Taxawu Senegaal» avait mis en place une Commission composée de Idrissa Seck de «Rewmi» ; Malick Gackou du Grand Parti, Mamadou Diop Decroix de Aj/Pads, Papa Diop de «Bokk Guis-Guis» ; Cheikh Bamba Dièye de Fsd/Bj ; Mansour Sy Jamil, de Omar Sarr.

A cet effet, n’ayant pas pu trouver un consensus autour du choix de la tête de liste nationale, les membres de ladite Commission n’avaient d’autre recours que le vote.

Résultats des urnes pour le choix de la tête de liste : Khalifa Sall, 4 voix ; Omar Sarr, 4 voix ; Mansour Sy Djamil, 1 voix

Lors de ce scrutin, les sources de Actusen.com confient que trois candidatures ont été enregistrées. Il s’agit des candidatures de Khalifa Sall du Parti socialiste, de Omar Sarr du Parti démocratique sénégalais et de Mansour Sy Jamil.

A l’arrivée, le maire de Dakar, Khalifa Sall, s’en est tiré avec les voix de Idrissa Seck, de Malick Gackou, Cheikh Bamba Dièye. Quant à Mansour Sy Djamil, il a été, maladivement, humilié, parce que n’ayant pu engranger qu’une (1) toute petite voix.

Quant au Parti démocratique sénégalais, il a recueilli les votes de Mamadou Lamine Diallo du Mouvement «Tekki», de Mamadou Diop Decroix de Aj/Pads, Papa Diop de «Bokk Guis-Guis» et de Omar Sarr du Parti démocratique sénégalais.

C’est dire que si le jeu démocratique autour des urnes a arraché au marabout-politicien, Serigne Moustapha Sy Djamil ses derniers rêves de présider aux destinées de la liste nationale de «Mankoo Taxawu Senegaal», il reste que Khalifa Sall et Omar Sarr ont, chacun, obtenu quatre voix. Et sont, par conséquent, au coude-à-coude.

La bataille entre ex-alliés sera, désormais, dans la paternité de la dénomination «Mankoo Taxawu Senegaal»

Chose bizarre : quelques minutes plus tard, des rumeurs ont circulé et tenté de faire croire à l’opinion que le Parti démocratique et ses alliés électeurs ont boudé la rencontre. Attention, Actusen.com est en mesure de dire que ça sent la manipulation. Dans la mesure où il n’y a pas eu de bouderie.

Alors, à qui profite ces rumeurs ? S’il est prématuré de répondre à cette question, il n’en demeure pas moins que la volonté pour certains ex-membres de ladite Coalition de s’adjuger le nom de «Mankoo Taxawu Senegaal» est passée par là.

D’après toujours les sources de Actusen.com, si le Pds avait, jusqu’ici, accepté d’avaler des couleuvres toute la durée de cette Coalition, c’est parce qu’en plus d’avoir sué sang et eau pour la mise en place d’un cadre fort de l’opposition, il avait la responsabilité historique de ne pas poser un acte lourd de nature à provoquer des soubresauts cauchemardesques préjudiciables à la cohésion du groupe.

Les raisons pour lesquelles les libéraux refusent de lâcher l’os au plus mordant

Selon les sources de Actusen.com, les libéraux ont refusé de donner une suite favorable au dur désir de Khalifa Sall d’être tête de liste nationale, parce que non seulement ils estiment plus représentatifs que le Rewmi, le Grand Parti et le camp de Khalifa Sall réunis.

Mais aussi, ce serait une humiliation pour le Pds de se ranger derrière Khalifa Sall, qui, en dehors de Dakar, est inconnu du bataillon des Partis ou Mouvements politiques capables de revendiquer leurs parts de l’électorat au plan national.

Qu’à cela ne tienne, semblent rétorquer les soutiens de Khalifa Sall. Qui croient savoir que Omar Sarr n’a ni l’étoffe ni l’image nécessaire pour prétendre briguer les suffrages des Sénégalais.

Autant Khalifa Sall a fini, à travers son «Initiative2017», de déposer sa caution, comme s’il s’attendait au divorce, depuis belle lurette, autant Actusen.com a appris que les libéraux vont déposer, incessamment, leur caution. C’est une question d’heures, confie-t-on à votre Site.

Au lendemain du 30 juillet, et si les libéraux rejoignaient Macky Sall dans la gestion des affaires

La question qu’il faille se poser au sein de l’opposition, est de savoir : maintenant que le schisme est consommé entre alliés de «Mankoo Taxawu Senegaal», quelle posture les libéraux vont-ils, désormais, adopter, au lendemain du scrutin du 30 juillet 2017 ? La question garde tout son pesant d’or.

Car après avoir décliné les nombreux appels du pied et autres mains tendues du Président de la République, Macky Sall, les libéraux pourraient ne plus avoir de scrupules pour répondre positivement au Chef de l’Etat et aller travailler à ses côtés. Et si cela arriver à se réaliser, pas si certain que leurs ex-alliés de «Mankoo Taxawu Senegaal» puissent leur en tenir rigueur.

Quelle que soit la posture qu’adoptera le Pds, au lendemain du scrutin de tous les dangers pour l’opposition et ses fragmentations, Macky Sall, à force de voir le film qui se joue sur la route de l’aéroport, au Siège du Grand Parti, va, à coup sûr, en rire sous cape.

Daouda THIAM (Actusen.com)

PARTAGER

3 Commentaires

  1. Mankoo Balla Tass Senegal. Leur caution etait prete chacun de leur côté. Quelle belle lecon d’hypocrisie !!!

    Ca me rappelle l’histoire de ce couple, donc chacun disait aimer l’autre plus que tout au monde, au point qu’ils decident de quitter ce bas monde ensemble.

    Alors ils vont au haut d’un immeuble de 40 etages pour se jeter dans le vide ensemble.

    Ils se font un dernier bisou et s’accordent a sauter ensemble en comptant jusqu’a 3

    1 ….. 2 ……… 3 et hop !!!!! La femme saute, le mari se retient a une barre a côté, et il regarde, le sourire aux levres, sa tendre epouse devaler dans le vide.

    Soudainement il apercoit son epouse deployer un parachute.

    Hum hum hum !!!!! Elle n’avait pas prevu non plus de mourir ce jour la Ndeyssane !!!

    SPECTATEUR

  2. les sénégalais ne parlent pas routes ou autres infrastructures macky avait promis des emplois et c’est de cela qu’on aimerait qu’on débatte.

  3. Est ce que vous suivez la ligne… de dégraissage du mensonge ?
    Je précise que cette ligne se trouve dans le fond des textes, et non dans les titres. Il va sans dire que le titre dit: “Éclate en mille morceaux”, et je vous épargne des titre de la presse papier de Macky. J’en ai ri ce matin. Analysons celui-ci, la démarche permettra de lire les 100 autres titres du Macky.
    La coalition Manko se réunit pour choisir sa tête de liste. Il y avait 3 candidats. La réunion n’a pas permis de choisir un candidat.
    Notons:
    – “la candidature d’un Wade, rejetée par certains qui ne veulent suivre un vieux sénile”, disparaît. J’avais simplement écrit que c’était une fabrication de la presse de Macky.
    – “Khalifa Sall, pion de Wade” disparaît.
    Que cette réunion qui s’est terminée sans résultats (le texte parle de finir en queue de poisson, soit présentée comme preuve que ceux qui se sont réunis avaient de ambitions personnelles, qu’ils ne sont préoccupés par les intérêts du Sénégal, prouve la partisanerie très honteuse de l’auteur. Parce que la preuve n’existe pas ici. Des gens se sont réunis, ils ne se sont pas entendus, et c’est la preuve qu’ils sont ennemis du Sénégal. Je dis que l’auteur est d’une partisanerie très honteuse. Le libellé de ses phrases laisse plutôt comprendre qu’il avait hâte d’avoir une pareille occasion, il en jubile. Et justement c’est ce qui fait qu’il s’empresse de mettre les groupes de mots qui lui brûlaient la gorge, sans les insérer dans des phrases sensées. Il fallait à l’auteur, mettre dans son texte les mots ” mille morceaux, “tassaro”, ambitions personnelles démesurées”, “leurs prétendus sacrifices pour l’intérêt du Sénégal”, etc Il avait ces mots donc à placer, il s’est empressé, et il les a mal placés.
    L’auteur dit, lui même que la réunion s’est terminée en queue de poisson. Cela veut dire qu’il n’y a pas eu consensus, il n’y a eu aucune entente. Mais dans l’entendement de l’auteur, une réunion de Manko, doit être la seule au monde où il est interdit qu’il n’y ait pas entente.
    De l’intérieur de cette réunion, l’auteur a déniché des tendances, selon les intentions de vote, selon les soutiens de tel candidat à la tête de liste ou tel autre, de ces intentions de vote ou soutien (ce qu’il appelle “blocs”), l’auteur fait trois groupes distincts et définitivement séparés, et qui ne se retrouveront jamais. D’où tire t il ces conclusions ? D’une prière devenue réalité à partir de la composition de ces phrases, expliquée plus haut. Et pourtant, malgré tous ses efforts, l’auteur ne nous présente que 2 groupes. Même s’il ajoute “un troisième larron” (expression qui vous montre l’indépendance de ce journaliste).
    Notez qu’après toutes ses élucubrations, nées des prières et composition de mensonges, l’Observateur finit quand même par avouer que la réunion s’est terminée sans résultat, et que Gakou va appeler la commission d’investiture, et l’auteur anticipe ce que Gakou aura comme ordre du jour . Naturellement il viendra confirmer le journaliste de l’Observateur, à savoir qu’il est impossible que Manko s’entende sur une seule tête de liste.
    Je pense que vous avez compris tout le travail de ces journalistes de Youssou Ndour, mis au service de la peinture de Macky Sall, et de la diabolisation, destruction par des mensonges de tout ce qui se trouve devant Macky.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here