La présidente du Front national a été mise en examen pour « diffusion d’images violentes », un délit passible de trois ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a été mise en examen jeudi 1er mars par un juge de Nanterre pour la diffusion, en décembre 2015, de photos d’exactions de l’organisation Etat islamique sur Twitter, a-t-on appris auprès du parquet.

Le bureau de l’Assemblée nationale avait décidé, le 8 novembre, de lever l’immunité parlementaire de la députée du Pas-de-Calais.
Le député Front national du Gard, Gilbert Collard, avait été mis en examen pour « Diffusion d’images violentes » sur Twitter, comme l’avait annoncé son avocat le 11 janvier. Il avait tweeté la photo d’une victime de l’Etat islamique, gisant au sol, le crâne défoncé, avec ce commentaire : « Bourdin compare le FN à Daech : le poids des mots et le choc des bobos ! »
Afp

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here