Les avocats de Bamba Fall sont revenus sur le séjour médical de leur client à l’hôpital Principal. En conférence de presse hier, ils ont réitéré, dans une vidéo de dakaractu.com, que le maire de la Médina a été victime d’un «coma diabétique». «Nous avons constaté, depuis la semaine dernière, que Bamba Falla avait fait un coma diabétique. D’ailleurs, c’est la raison pour laquelle il a été évacué à l’hôpital Principal. Nous avons entendu certains détracteurs dire que ce n’était rien. Si c’était le cas, pourquoi il a été dépêché aux urgences ? Quelqu’un qui n’est pas malade, on ne l’amène pas aux urgences», rectifie Me Baba Diop. L’avocat souligne que «malheureusement, l’hôpital Principal n’a pas pris le temps de le soigner sérieusement», précisant que Bamba Fall est retourné en prison «avec ses bouteilles de perfusion». Me Diop en déduit que, «plus qu’un acharnement, il s’agit d’une tentative de liquidation physique de Bamba Fall». «On ne peut pas comprendre qu’après lui avoir privé de sa liberté de par le pouvoir que leur confère la loi, on refuse de lui administrer les soins qu’il mérite. En vérité, pour un diabète aussi sévère que celui de Bamba Fall, une prise en charge sérieuse devait s’imposer. Mais ce n’est pas le cas», dénonce-t-il.
Pour l’adjoint au maire de la Médina, «en 2016, Bamba Fall souffrait déjà d’un diabète sévère qui l’avait poussé à aller se soigner à l’extérieur». Ab­dou­laye Martin Samb se désole que, «pour des raisons politiques, on soutienne qu’il n’est pas malade». Il avertit : «Le jour où le pire lui arrivera, ils en seront les seules responsables. En tout cas, nous n’attendrons pas que cela lui arrive. Voilà pourquoi nous continuons de dénoncer cet acharnement.»

lequotidien.sn

PARTAGER

1 Commentaire

  1. J’apprends ici que pour soigner un diabète, de type I ou II, même avec un taux de 5g/l certains Sénégalais seraient obligés d’aller en Europe ou au Maghreb pour être bien pris en charge. Espérons que quand les milliards du pétrole et du gaz seront dans les caisses de l’état du Sénégal, vous vous en sortiriez dans vingt ans, au moins être du niveau du Maroc ou de pays tels la Croatie, la Lituanie et autre petits pays de l’Est de l’Europe.

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here