Suspendu pour six mois, Me El Hadji Diouf n’en est pas devenu aphone pour autant. L’homme avec qui nous nous sommes entretenus hier, assure être plus que jamais la voix des sans voix en sa qualité de «député du peuple». Avocat de l’Etat du Sénégal dans le cadre de la traque des biens mal acquis, il a notamment évoqué l’affaire Karim Wade, entre autres questions d’actualité politico-judiciaire.

Vous venez d’écoper d’une suspension de six mois. Il se dit que c’est parce que vous vous étiez opposé à une perquisition dans le cadre de l’affaire Hissène Habré. Qu’en est-il réellement ?

Je suis un homme de refus, un homme qui dérange. Durant la phase d’instruction, dans un dossier, tous les actes posés par le juge d’instruction nécessitent l’information de l’avocat et sa présence. Maintenant, l’avocat pour une raison ou une autre, peut ne pas se présenter, mais dès lors que l’avocat se présente, personne ne peut l’empêcher d’assister son client dans la phase d’instruction. Et tout le monde sait qu’Hissène Habré était dans une phase d’instruction. Ce sont les chambres africaines, notamment la commission d’instruction des Chambres africaines, qui avaient ordonné cette perquisition ; donc la présence de l’avocat était obligatoire, en tout cas souhaitée. Donc, quiconque s’oppose à la présence de l’avocat chez Habré viole non seulement la procédure pénale, mais viole l’article 9 de la Constitution qui consacre les droits de la défense. C’est pourquoi, quand j’ai lu dans certains journaux les gens dire qu’El Hadji Diouf s’est présenté là bas en refusant toute perquisition, je dis que c’est faux. Je veux rétablir la vérité, je ne me suis opposé à aucune perquisition et je ne me suis pas présenté là-bas en violant la loi, en forçant. Au contraire ! Je me suis présenté chez Habré pour jouir d’un droit et faire respecter les droits de mon client, notamment le droit d’être assisté par un avocat. Pour que la perquisition se déroule dans les règles de l’art. Donc, dire que je m’opposais avec virulence à la perquisition c’est faux, et dire que je n’avais pas le droit d’y aller c’est faux également. C’est deux contrevérités que je voulais soulever pour qu’on ne manipule pas l’opinion. Un an et demi plus tard, alors que tout le monde a oublié cet épisode malheureux de violation des droits de Habré, on revient à la charge, on dit que maintenant ce comportement d’El Hadji Diouf ce jour-là, doit être sanctionné. Je n’ai pas de commentaires à faire, mais je dis que c’est curieux et bizarre que ça vienne juste après le procès de Karim Wade. Ce que je peux vous dire, c’est que ce procès m’a valu beaucoup d’animosité, beaucoup d’adversité, beaucoup d’inimitié, beaucoup de coups, beaucoup de complots. On a saccagé mon bureau, on a voulu incendier ma maison, on m’a agressé au palais de justice…

Avez-vous saisi l’ordre des avocats ?

Je ne sens aucune solidarité du barreau. Pendant les perquisitions j’avais demandé à l’ordre des avocats de m’assister, mais il n’y a pas eu de réaction. Quand on a saccagé mon bureau personne ne m’a soutenu. Quand on a voulu incendier ma maison, je n’ai pas vu l’ordre des avocats. Quand on a attaqué mon intégrité physique au tribunal également, et maintenant on me sanctionne. L’ordre des avocats ne m’a jamais témoigné sa solidarité, ne m’a jamais assisté, ne m’a jamais aidé.

Macky Sall lui-même disait avoir mis un certain nombre de dossier sous le coude dans le cadre de la traque des biens mal acquis. Cela n’est-il pas le signe que la justice sénégalaise fonctionne à double vitesse ?

Il faut comprendre le président de la République. Vous savez qu’il y a des choses que l’on reproche à Syndiély Wade notamment dans la gestion du Fesman- il y a des choses qu’on reproche à Abdoulaye Wade lui-même. Est-ce que vous voyez Macky Sall faire arrêter immédiatement son père et sa sœur alors qu’il y a des choses qu’on leur reproche ? Peut-être que le président, pour des questions de bienséance, pour des questions de respect de l’âge et pour ne pas laisser penser qu’on s’acharne sur la famille de son prédécesseur, il a dû peut-être freiner les ardeurs des enquêteurs qui auraient pu arrêter Abdoulaye Wade et sa fille pour certaines malversations.

Les avocats de Karim Wade assurent qu’ils ont eu des difficultés à recevoir l’arrêt de la Crei et que cela réduit leur marge de manœuvre relativement au pourvoi en cassation qu’ils comptent introduire. Êtes-vous de cet avis ?

Les avocats de Karim Wade n’ont eu aucun problème pour recevoir l’arrêt de la Crei. Les jugements on ne les obtient pas immédiatement parce qu’il faut y mettre la forme, il faut les saisir, il faut les enregistrer. Cet arrêt là, que je n’ai pas encore vu moi-même, fait plus de 200 pages. C’est un arrêt qui concerne un dossier de 46.000 pages avec presque une centaine de témoins. Karim Wade avait six jours (à compter de la date du verdict, Ndlr) pour introduire le pourvoi et ça a été fait. Maintenant, après l’obtention de l’arrêt, il a un mois pour préparer son argumentaire, donc ils n’ont perdu aucun jour. C’est de la manipulation. Ils ont un mois pour faire leur mémoire, pour lire tout l’arrêt, le commenter et l’attaquer. Ils n’ont pas perdu un seul jour, tout ça c’est de la manipulation, de la mauvaise foi et de la propagande politique pour ne pas dire politicienne.

Le procureur Alioune Ndao a été remplacé en plein procès, un des assesseurs a démissionné dans le même temps, et dernièrement, il y a eu des réaménagements au sein de la magistrature, notamment à travers la nomination d’un nouveau président de la Cour Suprême. N’est ce pas sujet à caution ?

Il n’y a pas de malaise dans la magistrature. On vient de me suspendre pour trois mois, mais il n’y a pas de malaise au barreau. Il y a des problèmes entre avocats. Il y a des avocats qui ne peuvent pas comprendre mon comportement, mais est-ce que pour autant les avocats ne travaillent plus ? C’est le fonctionnement normal du barreau. Il y a des avocats qui sont suspendus, mais personne ne le sait parce qu’ils ne sont pas populaires. Par rapport aux réaménagements dans la magistrature, je souligne que les changements, les démissions, entrent dans le cours normal des choses. Maintenant, ce qu’on peut regretter c’est le limogeage d’Alioune Ndao, ça je l’ai toujours dit. Mais le Conseil supérieur de la magistrature est libre de le muter. Pour moi, c’était inélégant et je l’ai dénoncé en son temps. Par contre, les nominations à la tête de la magistrature sont tout à fait normales. Le premier président de Cour Suprême est allé à la retraite, il est remplacé par le magistrat le plus ancien, c’est Badio Camara. Concernant le procureur général aussi, après Badio Camara le plus ancien c’est Cheikh Tidiane Coulibaly. Ce sont les deux magistrats les plus anciens dans la magistrature qui dirigent aujourd’hui la Cour Suprême. Les avocats de Karim ne peuvent pas les récuser. Ces gens là tirent sur tout ce qui bouge pour justifier leur position, mais ils n’ont pas toujours raison.

Macky Sall a récemment légitimité la transhumance… Pensez-vous que ce phénomène soit moralement acceptable ?

Moi, je ne parle pas de moralement, mais je dis que ce n’est pas acceptable. Je suis contre toute forme de transhumance parce que la transhumance ne peut pas faire gagner une élection. Abdou Diouf l’avait fait, il avait récupéré les meilleurs éléments du Pds : Ousmane Ngom, Jean Paul Diaz et autres. Il a été balayé en 2000. Idrissa Seck était l’un des rares cadres qui étaient restés au Pds – les rangs du Pds étaient dégarnis par la transhumance, par Abdou Diouf et le Parti socialiste ; et pourtant Abdoulaye Wade, avec sa marche bleue, avec ses paysans, avec sa jeunesse, Abdoulaye Wade a gagné l’élection présidentielle de 2000. Wade lui-même s’est vengé. Aujourd’hui je l’entends dénoncer la transhumance, mais le plus grand théoricien de la transhumance, l’apôtre de la transhumance, c’est Abdoulaye Wade dont le conseil des ministres était composé d’anciens éléments du Ps, de feu Assane Ndiaye à Aïda Mbodj, Adama Sall, Abdoulaye Babou, Djibo Kâ, Abdourahim Agne, qui était le porte parole du Parti socialiste… Wade a été le plus grand propagandiste, le plus grand avocat de la transhumance. Aujourd’hui que ca ne l’arrange pas, parce que Macky est en train de causer des départs massifs au sein du Pds, Wade s’en prend à la transhumance. Je crois qu’il ne fait que récolter ce qu’il a semé. Les ténors du Parti socialiste – Abdoulaye Diack, Mbaye Jacques Diop, Iba Der Thiam – tout le monde l’avait rejoint. Donc il a joué et perdu avec la transhumance. Aujourd’hui si Macky Sall renouvèle les mêmes erreurs que Wade, il risque de subir les mêmes conséquences que Wade. Les gens qui l’ont aidé à accéder au pouvoir ne sont pas ceux qui choisissent toujours le pouvoir. Ceux qui sont prêts à vendre leur âme au diable pour toujours être au pouvoir ne sont pas ceux qui vont l’aider à conserver le pouvoir. Il n’a qu’à composer avec la bonne graine, ceux qui l’ont porté au pouvoir, et des Sénégalais peut-être qui ne sont d’aucune obédience politique, mais qui veulent travailler avec lui pour la réussite du Sénégal émergent. Il se fait piéger par des gens vomis par les Sénégalais, et s’il veut les recycler, gare à la sanction populaire.

Par Félix NZALÉ et Mohamed NDJIM
latribune

PARTAGER

12 Commentaires

  1. Un “nafekh” de ce genre mérite d’etre pendu en plein jour.
    Capable de rendre saint un bandit et de faire d’un bandit un saint, cet homme est la pire des espèces. Pour une fois il donne la coudre car personne ne l’écoute encore moins ne croit en ce qu’il dit car il n’est qu’un boufon de première categorie.

  2. sincèrement Maitre El hadji Doof est une déception conçue.La sélection des praticiens du droits doit être revu à la normale car cet homme ne trouve pas sa place dans ce milieu.Il est devenu scinque d’un coup.Et pour des sous il est prêt à vendre son âme au diable.Qu’est qu’il est pressé et bête et sans conviction!Bref il est désinvolte,brouillon,sale et trop noire ce mongol raté.Molière prie dans sa tombe pour que ce petit fils de roi arrête de parler la langue française.Ça sonne désagréable à l’oreille.Sa place est à l’hôpital fann.Qu’est qui a pris Abdoulaye WADE de nommer ce…,ministre de la république?

    • En voulant taper trop fort sur ce M° Diouf qui commence à bien faire, vous vous êtes mis dans la position de devoir vous défendre contre des attaques qui pourraient venir des mêmes qui tapent sur Diouf ! En effet pour un Africain devrait-il être traité de “trop noir” comme si c’était une malédiction ou une tâche sur lui-même ? D’autres racistes en ont dit presque pareil et des diatribes furent déversées sur eux à juste titre. Cela m’a fait sourire, je ne vous en veux pas !

  3. Il faut ajouté que cet avocat a abandonné définitivement son client Habré dont il gérait le dossier depuis plus de dix ans juste après avoir eu un tête à tête de trente minutes avec le Président Idriss Deby de passage à Dakar ! Depuis lors, je prends M° Diouf comme un salaud de la pire espèce, et rien jusqu’ici ne me démontre le contraire ! On dirait que nos journalistes sont redevables de ce monsieur qui pue la bêtise à mille miles! Sinon comment comprendre que personne n’ait trouvé à lui mettre cette trahison qui doit être inscrite dans les annales !

    • Erratum : Il faut ajouter… Pourquoi cette correction a disparue ici depuis ce matin ? C’est par respect à mes camarades que je m’évertue à ne laisser des fautes graves, c’est tout !

  4. Oui, avec ce que nous avons vu comme mensonges depuis que la CREI déroule, avec le genre d’intime conviction qui s’en suit, Macky aurait pu emprisonner toute la planète terre.
    Mais rendez-vous à la prochaine CREI. On va voir si les mêmes gueulards vont avoir les mêmes exigences insensées.

  5. IL doit être rayer de l’ordre des avocats.Ce n’est pas en disant des bêtises pareilles que Macky Sall fera de vous un ministre . Si vous voulez transhumer,allez-y le chemin est déjà balisé par votre nouveau recruteur qui est en campagne électorale permanente et qui a réussi à surcharger les prisons par ses adversaires politiques qui l’empêchent de dormir tranquille mais 2017 n’est pas loin.

    • Vous avez tout compris, Maodo ! M° Diouf n’a qu’un rêve depuis quelque temps , celui d’être nommé ministre par Macky Sall, allant jusqu’à pouvoir accepter un ministre de n’importe quoi! Des indiscrétions avaient révélé qu’en le nommant ministre des Lacs et des cours d’eau, le Président Wade en avait rigolé jusqu’aux larmes parce que tout le monde sait qu’en dehors de ses bêlements lors des plaidoiries, notre ami El haj Diouf ne sait même pas comment on gère une PME pour ne pas dire un GIE de 1500 femmes!

  6. Babs dixit: Me Elhadj Diouf est « … Sale et trop ‘noire’…. » Mon Dieu!
    Donc être très noir (‘trop’ pour ta petite personne) est un mal en soi? No wonder pourquoi tu LÈCHES autant tes maitres Blancs que tu as cités dans ta diatribe de post. Le plus drole c’est que la qualité de ton texte avec ses fautes, et ses ponctuations à la matey, auraient fait ROUGIR (Je paris que tu kiffes les voir changer de douleur comme ca) ton molière.
    Niakk Foula!

  7. Noir, trop noir et sale, mon cher Babs, qu’est ce qu’ils ont pu te faire pour que tu destestes ta couleur a ce point ? Le noir est beau, sublime, ne te laisses pas manipuler par le discours ultra. Toi aussi tu es un enfant de DIEU. Passe une excellente journee.

  8. pardon à vous tous mes frères.J’étais sous l’emprise de la colère contre ce monsieur DIOUF.Désolé c’était un erreur. On poursuit.

Repondre