Selon le saint Coran, la Souna et la Hissa, nous allons nous prêter à un rappel, en cette
date anniversaire de la naissance du prophète Mouhamed (psl), dernier prophète de
Dieu (swt) envoyé à l’univers. Par une guidance paramétrée et progressiste, Mouhamed
(psl) fut et demeure l’incarnation, la matérialisation du double défi divin (être meilleur
ici bas et supérieur dans l’au-delà). En effet, les sociétés humaines ont pour coutume de
se remémorer de dates, événements, et personnages pour se repérer, se guider, voire se
raviser, se rediriger au besoin. Nous pouvons prendre pour exemple la commémoration
des deux guerres mondiales par les alliés, nos fêtes d’indépendance, la commémoration
de personnages politiques, artistiques, scientifiques…des références dans leurs
domaines, partout, à travers le monde. Une des figures historiques les plus présentes car
louée par certains dont ses partisans (comme y renvoie son nom, Mohamed, le loué) mais
décriée par d’autres pour son action propre et celle de certains de ses partisans déclarés,
donc un des plus constatables point de démarcation commun. Et de là, nous nous
interrogeons à savoir celui dont Lamartine dans son témoignage éloquent que nous
paraphrasons disait : « (qu’il est l’homme intégral) philosophe, il est ; stratège, il est ;
gouverneur, il est ; poète, il est…». Donc, quasiment, un homme toutes situations,
voguant à travers des contextes différents voire divergents avec une dimension constante
de bon sens mais d’humanité; quel rappel plus idoine ? Quelle plus grande source de
sens et significations? Quel meilleur repère? Surtout quand on sait qu’aujourd’hui, nous
faisons avec un monde de mondialisation, de contagion, d’extrémisme, de frénésie où
une claire distinction s’impose pour se savoir et ainsi pouvoir être en phase avec sa
propre vérité. C’est dans cette lancé qu’à travers le monde mais partout au Sénégal,
particulièrement, dans les cités religieuses de Tivaouane et Médina Baye (érigées
respectivement par El hadji Malick Sy ’’Maodo’’ et Cheikh al Islam Ibrahima Niasse
‘’Baye’’) et cela dans des mosquées, sous des tentes, à la belle étoile…panélistes et
chanteurs dressent ‘’le portrait sous divers contextes’’ de celui qu’il désigne comme le
meilleur des créatures, le fils d’Abdallah, Mohamed que Dieu (swt) le conforte et comble
éternellement, ainsi, que ses suiveurs-célébrateurs.
Par la bonté de Dieu, le destinataire du recueil de sagesse qu’est le livre, le rappel, la lettre
coranique fut à la hauteur du message et donc un réceptacle irradiant de la sollicitude, de la
lumière, de la fermeté…Dans ce registre, le chanteur réguéman sénégalais ‘’Dread Maxim’’
déclarant avoir tourné le dos à toutes les religions car ce sont des diviseurs, a en notre sens
raison, les prophètes, les messagers sont une succession couronné par Mouhamed (psl) et
conviant à la distinction entre le bien et le mal, le propre et le nauséabond, le vrai et le faux ;
mais à Dread de répondre de quel coté, il est? Pour nous, il s’agit d’essayer de camper un pan
de la figure du prof ‘éthique, celui dont son créateur a magnifié sa nature propre ou plus
exactement un caractère éminent dont il s’est fait à travers moult péripéties le détenteur
désigné comme du reste en a témoigné la mère des croyants, Aicha (rta) : « il est le coran fait
homme » mais aussi avant elle et pendant sa jeunesse on l’appelait ‘’Al Amin’’, (le digne de

confiance). « Notre seigneur Mohammed (qu’Allah répande sur lui ses bénédictions et lui
accorde le salut!) naquit quelques instants avant le lever de l’étoile du matin, un lundi, le
douzième jour du mois de Rabia el aouel, en l’année de l’éléphant (le 20 Aout 570 de l’ère
chrétienne) » (Elh Sliman ben Ibrahim…, édition d’art les heures claires). Le personnage ou
champ d’investigation étant si vaste, nous allons nous référer à une portion de l’œuvre ou à
l’invite prophétique donc par l’exemplarité faite au monde à se tenir sur le trajet de la
tranquillité (Siratiqual Moustaquima, le droit chemin) indiqué par son créateur (swt). Cela
d’autant plus qu’un pan du prof ‘éthique pourrait éclairer sur la globalité du quotidien. Pour
ce faire, l’édification faite à son neveu, un des premiers convertis à l’Islam (Alioune, rta), aux
premières heures de l’Islam mérite d’être mentionnée. Le prophète lui dit de répéter et
d’intérioriser ses propos : «Il est Allah l’unique_Allah l’éternel_Il n’a ni enfanté, ni été
enfanté et Il n’a point de semblable, en qui que ce soit_Il est cet Allah hors lequel point de
Dieu_Connaissant l’invisible et le visible. Il est le Clément, le Miséricordieux_Dés qu’Il a
décidé quelque chose, Il dit sois et elle est. Il est l’éternellement vivant, l’Immuable. N’ont de
prise sur lui, ni l’assoupissement, ni le sommeil_ne saurait l’atteindre les regards (des
humains) et lui Il atteint tous les regards. Il est le subtil, le renseigné. Il fait rire et Il fait
pleurer_Il fait mourir et Il fait revivre. Il fait sortir le vivant du mort et il fait sortir le mort du
vivant ; Il fait revivre la terre après sa mort ; ainsi, vous serez ressuscités. A Lui appartient
l’orient et l’occident. En quelque direction que se tournent vos regards, vous rencontrerez la
face (c’est-à-dire la présence) d’Allah. Il emplit le monde de son immensité et de sa science_
A lui tout vient aboutir. Tel est Allah votre seigneur. A lui appartient l’empire de l’univers et
ceux que vous invoquez en dehors de lui ne dispose même pas de la pellicule du noyau de
dattes » (Sliman ben ibrahim, in la vie de mohamed, prophéte d’Allah). Par là, Dieu à travers
son envoyé démontre qu’il n’y a pas de dualité dans son règne, mais seulement un
assombrissement éphémère et entretenu à dessein par des désespérés et autres égoïstes. Ainsi,
éclairé, Mouhamed (psl) tout comme ses compagnons eurent une feuille de route d’éclaireurs,
de pacificateurs, de compatissants, de soutiens multiformes, disons d’apporter à l’autre la
considération adaptée à sa personne pour la face du créateur…
Issu et devenu orphelin des deux parents chez les arabes, Mohamed (psl) est descendant d’une
lignée sauve. Orphelin, il vécut dans des conditions modestes, une simplicité de conditions
dont il ne fut pas sevré toute sa vie durant : éleveur, caravanier-commerçant, prêcheur-
ambulant…Envoyé vers toute la création divine pour transmettre, rappeler la bonne parole,
celle annonciatrice de la bonne nouvelle dans un monde alors de promiscuité, des ténèbres ou
les créatures étaient déboussolées. Il rendit aux êtres une posture de dignité du dépositaire du
discernement divin. Pour ce faire, il a fallu au désigné par Al amin, le véridique être d’abord
humain en considérant l’autre quelque soit sa situation fut il un animal d’où il recommandait
d’épargner une bête allaitante, à ne pas abattre. Ainsi, Mohamed rendit son sens à la vie,
vivifia la vérité. En effet, dans son assertion la vérité, la droiture et donc l’éthique fait la
noblesse, la valeur ici bas et est motif d’une finition, d’une éternité prometteuse. Quelle
simplicité plus singulière?
Mohamed (psl) fut un guide compréhensif et patient par une acceptation de la
contradiction et ou des conditions ou déterminismes d’autrui. Son invite à la rédemption fut

donc quoique indication d’un progrès à tous les paramètres, paramétré, à la mesure de son
interlocuteur. La polygamie fut maintenue et limitée, l’ivresse par la boisson fut substituée à
un cure de désintoxication, diminution jusqu’à abandon de cette tentation ou travers. Et pour
soigner sa société, il fut un exemple de modestie, solidaire de toutes les conditions et quêtes
de mieux être tant certains déclarèrent ne pas comprendre un dignitaire, une autorité de rang
prophétique se mêlant à la foule des marchés sans percevoir qu’ainsi il les tirait vers le haut.
L’humanité et l’intégrationnisme de Mohamed (psl) se sont aussi révélés lorsqu’il donna un
délai pour son exécution à la pécheresse allaitante qui lui demandait de prononcer la sentence
capitale, qui devait être exécutée pour l’attente du sevrage de son bébé. Mohamed (psl)
déclara aussi nous croyants connaissons des épreuves d’où sa proximité avec les faibles, les
misérables, les opprimés…non pour une posture fataliste mais combattive, une invite à vivre
avec endurance de la cadence. Or, le seigneur (swt) dont il est l’élu lui avait proposé
l’opulence, la vengeance face à la modicité de ses moyens et aux exactions dont il fut l’objet ;
il choisit le juste milieu de la condition humaine jusqu’à sacrifier une chèvre pour la tabaski en
lieu et place d’un mouton pour donner l’exemple et se solidariser avec les démunis. Mohamed
(psl) avoua aussi aux dattiers qui demandant son expertise qu’ils sont plus connaisseurs que
lui dans leurs affaires courantes, d’ici bas. Qui de plus humble?
Mais cette posture compréhensive et solidaire ne fut nullement un reniement de la rigueur.
En effet, mohamed (psl) fut un combattant inégalé du quotidien, un perfectionniste, ‘’un
athlète de la religion’’ comme dirait Al makhtoum, adoptant continuellement la posture qui
sied aux idéaux, par un sens de la mesure, de l’élévation comme nous y convie le jeûne. Par
une patience pieuse et prospective, il donna l’exemple d’une vie comptabilisant toutes les
vertus de son époque.
Le prophète Mohamed (psl) fut un laborieux, un déterminé conquérant du quotidien d’où
un meneur. Même si en religion la force intérieure est l’atout majeur, un handicapé physique
ne saurait être un meneur en athlétisme d’où Mohamed (psl) donnait l’exemple en tout, se
montrait à la hauteur du défi en face. Dans ce registre intellectuellement, il déclara : «allez
jusqu’en chine pour chercher le savoir ». Mohamed (psl) incarna le rejet de la médiocrité,
l’élévation au dessus des contingences et passions. Le meilleur des êtres choisit l’eternel sur
ce bas monde mais resta engagé au quotidien et visionnaire pour le lendemain. Plus que de
tolérance, il fit montre de respect car réciproque : « n’insultez pas les idoles car leurs adeptes
vont insulter Allah (swt) en retour». Il sortit la gante féminine du gouffre de barbarisme où
elle était enterrée vivante, reléguée en marchandise et prôna la liberté mais la responsabilité
de la femme. Mohamed (psl) fit constamment preuve d’équité, de justesse : « si c’était à ma
fille de subir les foudres de la charia (loi), je ne l’épargnerais guère. ». Mesuré et dissociant
l’espace public de cel privé, ses enseignements condamnèrent l’infraction d’un de ses
compagnons pour surprendre des déviants dans leur foyer, ainsi pria t’il : «que la paix du
seigneur soit sur celui qui ne s’immisce pas dans les affaires d’autrui» d’où ‘’nit day
mandou’’ (la personne doit savoir se tenir, ne pas se précipiter à des jugements infondés).
Cependant, pour une régulation sociale et au moment où d’interminables crimes sont
perpétrés, il invita à une application intransigeante de la charia jusqu’à la peine capitale car si
l’assassiné ne sera pas ressuscité c’est une préservation pour les vivants, comme disait

l’autre : «un moindre mal pour un plus grand bien ». Mohamed (psl) convia à une
préoccupation de soi qu’aux imperfections d’autrui à ne pas dénigrer. A l’inculte, qui urina
dans la mosquée il accorda son pardon et son éclairage. Dieu parle aux êtres pensants d’où
son invite à la rationalité, au juste milieu même alimentaire alors qu’on parle de plus en plus
des maladies causées par un mauvais équilibre alimentaire. Mais aussi et au moment où des
soi disants jihadistes, justiciers pas seulement borgnes mais aveugles disant guider la
guidance, l’islam, commettent des crimes crapuleux, en dehors de toutes causes valables.
Mohamed (psl) avait indiqué la voie de la vérité et de la justesse en leur opposant sa
compassion et compréhension envers les faibles, les non combattants : «ne pas transgresser
l’immunité des innocents, exemple de l’entrée victorieuse de la Mecque où il érigea des
gardes fous, des limites aux combattants victorieux et de la violation du domicile du pécheur
défendue ». Mohamed convia ses contemporains à l’élévation, à se dépasser, à cesser de boire
par s’il le faut une cure de désintoxication. Quel guide plus et mieux assis sur la vérité de
Dieu (swt), des gens et des choses?
Tel est un pan pertinent ou le pan prof-éthique : sa générosité, sa patience, son endurance,
son désintéressement, sa fidélité, son abstinence, sa reconnaissance envers le créateur, son
bravoure-héroïsme au service de la juste cause, sa véracité ; son érudition avec l’encre des
savants menant aux mérites du martyr et le dépositaire du coran inégalable, l’endurance du
pauvre premier jugé et exonéré, le souhait à autrui de ce qu’on se souhaite…Voila autant de
caractères ou comportements décisifs sur la balance du juge suprême d’où un pan du prof-
éthique est pertinent voire suffisant.
La posture du prophète (psl) nous a fait dire répondant pensant à Sartre, le théoricien
de « l’existentialisme est un humanisme » défendant dans une de ses assertions qu’on a jamais
vu Dieu (swt) descendre et faire donc même s’il existait c’est sans impact, que même s’il
n’existait pas la voie qu’IL(swt) a tracé n’a pas d’égal ni de comparaison : « c’est la voie de
l’humanisme pur et dur et Mohamed (psl) en est l’acteur chevronné, l’exécutant hors pair,
inégalable, du double défi divin, être meilleur ici bas et supérieur dans l’au-delà. Tel fut
Mohamed (psl), un relativiste mais un progressiste, ombre du parfait et ses suiveurs ombre du
bien guidé ». Quel parcours plus prometteur? Et cela surtout considérant les propos du glorifié
coran, c’est Dieu (swt) « Qui a décrété et guidé » (Al A’la, le trés haut,S87). Cette direction
indiquée nous est signifiée par le juge Kéba Mbaye, lors de sa leçon inaugurale venue, alors, à
son heure. En effet, le juge Mbaye avança que pour nous sénégalais, la réponse à la question :
qu’est ce que le bien ? Avait été fournie par nos devanciers, nos ancêtres, partout où qu’on
soit; c’est le chemin de la foi, de la dignité, de l’honneur, du courage, de l’humilité, de
l’honnêteté, de la tempérance, de la droiture, du courage, du respect d’autrui et du bien
commun, du travail, de l’endurance et de l’amour de la nation. Un chemin sur lequel nos
aïeuls ont suivi Mouhamed (psl), l’interlocuteur du divin à la dernière heure (Seydi saha).
Ainsi, nos œuvres auront qu’on le veuille ou non une conséquence finale : « malheur ce jour
là aux négateurs, qui démentent le jour de la rétribution, or ne le dément que tout
transgresseur, pécheur » (Al mutaffifin, S83, les fraudeurs). Et ceux du bon coté, Dieu, ce
démarqué dégageant toute compromission quant à la destinée : « roi du jour de la rétribution»,
promet une béatitude éternelle, sans pareille. Promesse comptable surtout si on sait que ces

qualificatifs élogieux, nombreux, et adaptés au personnage prophétique ont avec le temps
approuvé le choix divin, disons suscité l’adhésion du plus grand nombre des gens avisés et
légitimés le parti pris du créateur pour une de ses créatures. En effet, Dieu ce démarqué à
travers le coran a penché du coté de ses prophètes mais surtout de leur dernier et devancier en
rang, l’imam des envoyés : « Dieu (swt) et ses anges prie sur le prophète, O! Créatures priez
sur le prophète ». Ainsi, comme le chante le chanteur Pape Diouf, le prophète (psl) pourrait
dire : « maffi diarone (ce fut moi de passage) », lumière dans la grotte? Anticipation sur les
temps? Plus ancré entêté point démêleur, séparateur entre le vrai et le faux? Et donc après lui,
le condensé à l’œuvre au profit double (ici bas et dans l’au de là) ; aux versificateurs, légistes,
historiens, stratèges…de savoir à quelle source puiser.
P B Moussa Kane, doctorant en Aménagement-développement, DEA sciences PO, UGB

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here