Vous étiez déjà trop jeune quand SEDO a eu un forage en 1976. Demandez à votre enseignant au primaire, un SEDO SEDO, qui vous a enseigné à BOYNADJI, votre village natal. Ce maître que vous ne pouvez pas respirer parce qu’il défend les intérêts de sa communauté, les Wolof, dans la commune dont vous êtes le maire pour le moment. Pour ceux qui ne savent pas et liront ce texte, SEDO SEBE est le plus gros village Wolof des 9 autres dans le département de Matam, habités exclusivement par des Wolof.
Vous oubliez votre maudit arrêté municipal que vous aviez signé portant divagation des animaux dans les champs des villages de SEDO et THIARENE ?
Cet arrêté eut lieu en 2015. Suite à cet arrêté municipal de braves agriculteurs s’y étaient opposés et fait unique au Sénégal, avec l’aide de la gendarmerie de Matam, vous aviez fait arrêter tous les jeunes qui défendaient les champs de leurs parents. Il y a des choses qui ne s’oublient jamais.
Vous criez ici parlant de forage tout en disant que vous êtes passé aussi au village Wolof de MOGO TAFSIR BALLA pour leur octroyer un forage. Pourtant MOGO est à quelques encablures de votre village natal, BOYNADJI et vous savez très bien que le diamantaire, natif de MOGO, feu EL h Alpha Oumar Thiam, Paix à son âme, a dès 1980 et sur fonds propres, offert le 1er forage à son village natal. Et en 1996 revoilà le même El H Alpha Oumar Thiam qui offre encore un second forage à son village natal avec cette fois-ci des adductions d’eau pour 3 autres villages situés à des kilomètres. Allez alors dans un village comme MOGO TAFSIR BALLA pour leur promettre un forage, c’est purement des promesses-mensonges dont ils n’ont pas besoin.
N’aviez-vous pas avancé une date pour le début des travaux du 3eme forage de MOGO ?
Promesses de campagne juste après le défilé des jeunes du village avec des brassards rouges.
Par ces temps qui courent, vu la sortie de la dame Ba de AGNAM contre les WOLOF, il n’est pas décent de parler de certaines choses.
Seulement, il y a des choses qui se passent dans votre commune, celle de NABADJI CIVOL, votre comportement à vous Mr le maire, un comportement qui frise l’ethnocentrisme d’après les Wolof de cette commune.
Et en agissant ainsi envers les 9 villages Wolof du département de Matam, vous ne rendez pas service au Président Macky Sall dont vous êtes aussi un conseiller. Long est le chapelet de griefs qu’égrennent ces villages à votre encontre Mr le maire et conseiller du Président Macky Sall.
Il vous sera cité ici, entre autres, le fait qu’avec l’aménagement des terres de la vallée dans votre commune, tous les habitants de ces villages Wolof sont laissés pour compte. Aucun bénéficiaire Wolof au niveau de l’attribution bancale de la commune dont vous êtes le maire.
En tant que 1er magistrat de la commune de NABADJI CIVOL, vous-êtes vous jamais posé la question ?
Dans une commune, un département, une région où des citoyens sont laissés pour compte parce qu’ethniquement minoritaires, s’ils se lèvent pour protester afin de se faire entendre, que personne ne soit choqué de leur acte. Au contraire ce qui doit choquer, être entendu et nécessiter une investigation au niveau national, c’est la ou les manières de faire ouvertes ou en sourdines qui ont entraîné le ras-le-bol de cette minorité.
Où met-on dans tout ça, cette expression dont se glorifie toutes les démocraties : la discrimination positive ?
Ces villages agissent sur fonds propres de leurs filles et fils émigrés et ne reçoivent rien de leur commune.
Prenez l’exemple de SEDO.
Ils ont construit sur fonds propres leur poste de santé qu’ils ont équipé d’un appareil d’échographie, un CEM, un Lycée, plusieurs écoles primaires et arabes, un 2eme Château d’eau avec des extensions d’adduction d’eau dans les foyers et bien d’autres choses dont le projet de la construction de la Mosquée du futur dont le budget tourne aux environs d’un Milliard CFA. Et là, non seulement SEDO à toujours demandé que le tronçon qui le lie à la route nationale soit goudronné mais surtout que le site déjà acquis pour la Mosquée du futur soit relié aussi à ce tronçon à goudronner. Bien entendu que vu l’augmentation de la population, un autre forage est plus que nécessaire pour maintenir le niveau de distribution de l’eau à tous les habitants.
Le Président devrait vous interpeller en tant que son conseiller pour vous demander si c’est vrai qu’AUCUN des villages Wolof dans votre commune n’a bénéficié de l’attribution des terres de la vallée après aménagement effectué par l’Etat du Sénégal.
Voilà une des raisons qui font que lors de votre passage à SEDO durant la campagne des législatives du 30 Juillet 2017, les SEDO SEDO en majorité ont préféré aller regarder leur match de NAWETAAN que d’aller écouter le maire qui avait fait envahir leurs champs par les animaux.
Il est vrai que chaque village Wolof dans le département de Matam a ses doléances personnelles mais il y aussi un dénominateur commun qui les lie tous : l’ignorance dont il font l’objet en tant que minorité.
Et ça l’Etat doit y remédier à un haut niveau.
Un fils de SEDO.

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here