Comment faire de la publicité sur xalima.com ?
Publie le: jeudi 22 novembre, 2012

Néné Hawa Sy, responsable du bureau exécutif régional de la cellule de lutte contre la malnutrition: « Il reste beaucoup à faire sur le plan nutritionnel »

Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
Partager
Tags

XALIMA NEWS: C’est à l’hôtel Résidence Lat Dior ; que le bureau exécutif de la cellule de lutte contre la malnutrition, a organisé, la revue annuelle avec les collectivités locales, les agences d’exécution communautaires et le bureau exécutif régional du programme de renforcement de la nutrition (PRN). Au menu, les objectifs, les cibles, les résultats attendus, les activités réalisées et les perspectives. Lors de son entretien avec la presse, Néné Hawa Sy ; responsable du bureau exécutif régional de la cellule; concernant le bilan, explique. « Nous pouvons dire, à l’issue de l’enquête qu’on a eu à mener au courant du mois de Mai et Juin, que la situation nutritionnelle de la région de Thiès est relativement satisfaisante. Pourquoi je dis relativement, car il y a des zones qu’il faut surveiller. Donc dans la mesure, où le taux de malnutrition aigue globale est à hauteur de 07, 2% et pour la malnutrition aigue sévère le taux est à 0,8%, satisfaisante car inférieure à 1%. C’est surtout au niveau de la forme, de la malnutrition appelée malnutrition chronique, qu’on peut dire qu’on est dans une situation satisfaisante, dans la mesure où le taux est à 9, 9 % ». Elle assure que des projets de nutrition communautaires, dont la porte d’entrée est la collectivité locale, exécuté par les agences d’exécution communautaires. Pour Tivaouane, il y a Plan pour le département et la commune. Child fund à Mékhé et à Mbour. Pour le département de Thiès, deux agences d’exécution communautaires, qui sont Child fund et Helen Keller International en consortium avec les relais polyvalents de Pout, et concerne la communauté rurale de Djander, de Keur Mousseu, de Kayar et Pout. Il reste beaucoup à faire sur le plan de la malnutrition, car il manque la prise en charge globale de manière systémique; de toutes les causes de la malnutrition qui sont multi factorielles. Si depuis des années dans les collectivités, les enfants sont toujours pesés pour voir leur croissance. Tous les trois mois, ils sont dépistés, avec un travail de fond pénible que les exécutants sont obligés de faire. Les secteurs comme l’agriculture, pour permettre aux femmes d’avoir un petit périmètre maraîcher, pour une disponibilité alimentaire. Les apprendre comment améliorer les plats à travers les recettes locales et comment donner à manger les enfants à partir de six mois jusqu’à cinq ans. Et si ces aliments ne sont pas disponibles cela va poser problème. Ailleurs, sont les problèmes d’assainissement, donc il faut que ce secteur intervienne, l’alphabétisation des femmes, qui ne connaissent pas, il faut que le ministère de l’éducation joue sa partition. La cellule qui est une structure de coordination, ira vers ces secteurs pour que tous, ensemble s’unissent pour lutter contre cette malnutrition qui ne finit pas de germer dans certaines localités.
Frédéric Diallo Xalimasn Thiès.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Xalima!!!
Votre e-mail: :
Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

Pour vos besoins publicitaires, Contactez nous


A propos du site ou journal

Poster un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

XALIMA SUR FACEBOOK

XALIMA ON FACEBOOK

Néné Hawa Sy, responsable du bureau exécutif régional de la cellule de lutte contre la malnutrition: « Il reste beaucoup à faire sur le plan nutritionnel »