cliquer ici


Comment faire de la publicité sur xalima.com ?


Publie le: Mardi 11 décembre, 2012

Ngoundiane : Madame Ayni Aw; coordinatrice de l’observatoire de la Raddho : « Mieux caresser la femme que de la rouer de coups »

Imprimer Envoyer a un(e) ami(e)
Partager
Tags

XALIMA NEWS: En partenariat avec l’Union Européenne, la Fondation Américaine pour la démocratie (NED) et le réseau Siggil Jigeen, dans le sillage du projet de la bonne gouvernance politique intitulé, « Projet d’appui à la participation citoyenne à la consolidation de la démocratie et au suivi du processus électoral au Sénégal », qui a pour objectif de revaloriser la femme. Madame Ayni Aw coordinatrice de ce dit projet, a tenu un point de presse à Ngoundiane, pour que la violence faite aux femmes prennent fin ou diminue fortement, car la femme n’est pas faite pour subir. Mieux caresser la femme, que de la rouer de coups. « L’objectif majeur de ce projet, c’est la promotion de la parité, tout en mettant l’accent sur les différentes activités que l’on va réaliser dans l’année. C’est lors des élections législatives que le projet a débuté et prendra fin en 2014 lors des locales. Sans pour autant oublier, la lutte contre les violences faites aux femmes. Ce projet est différent des autres qui n’ont pas de suivi quotidien, car en partenariat avec le réseau Siggil Jigeen, nous avons placé des indicateurs de contrôle très efficaces. A travers nos observatoires, nous avons monté des mécanismes de résolution et d’appui aux victimes de violences liées au genre ». Bien que les femmes sont violentées, mais souvent elles sont à l’origine des hostilités. Madame Ayni Aw de répondre. « De ce fait sachant que nul n’est complet, nous avons organisé une caravane, pour sensibiliser les femmes, pour qu’elles cessent de provoquer et d’aller au travail. Car si on parle de parité comme solution, les hommes aussi doivent savoir comment éviter les provocations des femmes. Nous sommes en train de revaloriser la femme qui est égale à l’homme lors des prises des décisions et de se hisser au plus grand niveau. Sur le plan économique, çà leur permet de trouver des moyens pour s’en sortir. Car la remarque que nous avons faite sur les femmes victimes des violences, c’est souvent à soubassement économique. La parité c’est une manière de revaloriser la femme, pour qu’elle travailler comme l’homme. Elle doit soutenir ses enfants et avoir son mot à dire dans le ménage et prendre parfois des décisions. Avec les difficultés de ce monde actuel, elle doit trouver des moyens économiques pour ne pas laisser tout entre les mains de l’homme qui parfois se trouve dans l’impossibilité de régler les problèmes familiaux ».
Frédéric Diallo Xalimasn Thiès.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de Xalima!!!
Votre e-mail: :
Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

Pour vos besoins publicitaires, Contactez nous


A propos du site ou journal

Poster un commentaire

XHTML: You can use these html tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Comment faire de la publicité sur xalima.com ?

XALIMA SUR FACEBOOK

XALIMA ON FACEBOOK
Lire les articles précédents :
fac droit
[Vidéo] UCAD – Fac Droit: C’est l’hécatombe à l’annonce des résultats de la première session

Fermer

Ngoundiane : Madame Ayni Aw; coordinatrice de l’observatoire de la Raddho : « Mieux caresser la femme que de la rouer de coups »