En match aller de la coupe Caf 2017, Niary Tally s’est inclinée face aux camerounais. On était trop occupés à pronostiquer et à parler sur Barça-PSG pour porter la moindre attention sur une équipe locale, comme toutes les autres qui gagnent rarement ailleurs. Il s’agit d’un réflexe humain, d’une tendance raisonnable. L’intérêt sur une chose ne vient pas du seul rapport de proximité, comme semblent le promouvoir vainement nos activistes engagés.
C’est aussi en cela que nos autorités qui misent beaucoup sur le volontarisme, comme leitmotiv de la participation citoyenne, passent souvent à côté de la plaque. Leur leçon de morale, sur le travail-valeur sociale et sur la patrie avant le parti, ne passera jamais tant qu’elles-mêmes enverront, ne serait-ce qu’en apparence, de par leurs mimiques et leurs manies, le signal persistant d’un délassement au sommet.
Les idéalistes continueront de brandir leur rhétorique fétiche : nationalisme, solidarité, fierté, panafricanisme etc. Tout ça est bien beau, mais l’intérêt et l’engouement portés sur une chose publique, fût-elle une équipe de football, tient surtout de son allure, de sa force et de ses facilités. Autrement dit, un centre d’intérêt digne de ce nom, ne peut être constitué que sur la base du seul rapport de proximité. Sans une certaine attractivité de nos propres ressources, nourrie de qualité, d’incidence et d’éclat, les rappels de peuple opprimé et aliéné resteront lettres mortes.
Certains sénégalais s’indignaient de la propension de leurs concitoyens à manifester davantage de compassion sur des attentats à Paris que lorsque des africains tombaient sous les balles des terroristes. Paradoxalement, ce sont presque les mêmes qui fustigeaient cette indignation sélective qui, aujourd’hui, accordent plus d’attention au PSG qu’à une équipe sénégalaise en Coupe des clubs champions. À vrai dire, les sentiments et les sermons, à eux seuls, ne peuvent suffire à la mobilisation des masses et de leur attention et de leur énergie.
Birame Waltako Ndiaye
[email protected]

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here