La Turquie impose finalement sa loi au Sénégal. En des termes simples, Tayip Erdogan prend le dessus sur le 1er des Sénégalais. Ce dernier affirme subir une pression depuis trois ans. Manifestement, le Chef de l’Etat, Macky SALL a cédé. Ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Yavuz Selim est donc un dicktat d’un pays sur une autre nation souveraine avec la complicité ahurissante de nos autorités.

Cher Président la question qui me taraude l’esprit est la suivante : Dites nous en quoi la fermeture des établissements Yavuz Selim contribue t-elle à la stabilité du Sénégal ?Pourtant le modèle Yavuz Selim qui a fait ses preuves sur le registre de l’excellence, est implanté dans prés de 120 pays dans le monde dont la France, les Etats – Unis, l’Inde, le Pakistan etc…

Fermer des écoles sans aucune raison valable, sinon sous le prétexte fallacieux qu’elles sont sous l’autorité d’un opposant turc rebelle, est inacceptable. Ce qui se passe est un précédent dangereux dans nos relations diplomatiques avec les autres Etats, relations qui doivent certes se baser sur la préservation de nos intérêts, mais surtout laisser intact notre seul habit encore valable, notre dignité.

Si le Président de la République du Sénégal obéit aux directives du Président de la Turquie, il peut bien passer pour un dirigeant coupable de ne pas protéger ses mandants, capable de jouer le jeu des « puissants » et prêt à satisfaire leurs desiderata.

Du pain béni pour les multinationales qui nous envahissent de plus en plus et leurs pays respectifs à la recherche effrénée de profits. En termes clairs, si demain la France ou les Etats-Unis demandaient la fermeture d’une de ces entreprises au Sénégal, notre gouvernement s’y plierait comme un soldat face à ses supérieurs. Les Sénégalais employés des ces multinationales implantées chez nous sont donc exposés à une précarité extraordinaire.

Le cas Yavuz Selim intrigue. Plus de 3500 enfants dont la scolarité est perturbée, le devenir compromis uniquement pour faire plaisir à Erdogan. Parmi eux, 600 issus de parents aux revenus très modestes, donc entièrement pris en charge par le service social de cette école turque qui emploie 700 Sénégalais. Les enjeux sont énormes.

Le Sénégal, très respecté sur la scène internationale, ne doit nullement montrer ni frilosité ni passivité face à cette question de souveraineté. A l’image des États-Unis qui ont refusé d’extrader Gullen déclaré Ennemi public numéro 1 en Turquie, à l’image des autres pays qui ont catégoriquement refusé de fermer des écoles Yavuz Selim (Nigéria, Kenya, Mali, Guinée, etc), nous aussi devrons dire « Non ».

Quand on refuse, on dit Non. Non aux ambitions abjectes !

Oui à la protection de nos citoyens!

BOUGANE GUEYE DANY

Président/Fondateur du Groupe BOYGUES CORP.

9 Commentaires

  1. n’effleurons pas le véritable problème , il y a une raison inavouée et qui guide le choix de nos dirigeants . Yawyz selim (qui forme de futurs cadres éduqués et instruits)commençait à faire ombrages au système laïc qui forment des êtres dangereux, sans foi ni loi, prêts à tout sacrifier pour passer devant :
    Comparez les deux orientations travers deux déclarations;
    1)- Amadou Sarr Diop qui se définit comme un « pur produit du daraa » avant d’intégrer le monde universitaire invite l’Etat à « intégrer l’enseignement religieux dans notre système éducatif ». Ce qui va, dit-il, permettre de former un Sénégalais à la dimension de son socle sociétal qui est la croyance religieuse. Son constat est que le système éducatif que le Sénégal a hérité de la colonisation n’a pas réussi à « faire la mutation nécessaire » pour faire face aux urgences des population
    2)- C’est l’inspecteur Dequaire Grobel qui déclare en 1896 : « le but de l’école laïque n’est pas d’apprendre à lire, à écrire et à compter, c’est de faire des libres-penseurs .
    L’école laïque n’aura porté ses fruits que si l’enfant st détaché du dogme, s’il a renié la foi de ses pères.
    L’école laïque est un moule où l’on jette un fils chrétien et d’où s’échappe un renégat. »
    C’est Jules Ferry écrivant ! « Nous voulons organiser l’humanité sans Dieu »

  2. Macky ou plutot maty, met un faux orgueil en avant en arguant, que les parents et administrateurs de 3500 élèves, voulaient lui forcer la main, en inscrivant les élèves pour cette rentrée à yavuz selem, alors qu’il leur avait demandé de les inscrire dans d’autres établissements. Cependant il se plit volontier à la force de la main de la part du président turc. Voila la preuve par mille de la raison pour laquelle les gars du pds ne pouvaient le respecter tout au début de son mandat ( Bara Gaye, Amadou Sall…) et il usait de la prison pour se faire respecter. C’est connu maty sall est un paltron congènital. Saché du natural, il revient au gallop.
    Sénègalais sortez en masse et sachez ce domerame du palais, sinon prenez alors votre mal patience. Vous avez comme président un paltron, menteur, voleur. Vous êtes vraiment mal barré. Qu’avez vous fait à vous méme pour mériter un tel destin? On sait que Dieu donne au peuples les dirigeants qui leur ressemblent.

  3. Ce pays a aussi des fils dignes du peuple sénégalais.
    C´est cette gouvernance mafieuse et tortueuse qui va tuer ce pays, avec des dirigeants d´une indignité inimaginable.
    UN GRAND MERCI BOUGANE POUR VOTRE BELLE INTERVENTION.
    QUE LE BON DIEU VOUS GARDE.

  4. Bien dit monsieur Gueye.
    Mais vous,qu est-ce-qu avez vous fait des travailleurs de la tribune.Ils sont en chomage technique parce qu ils voulaient mettre sur pied un syndicat pour veiller a leurs droits.
    La reponse a été pour toi,les mettre tous a la porte.
    C est bien de critiquer parce que cela nous permets d alerter,d eveiller les consciences mais sachons charité bien ordonnée commence chez soi.
    Alors les leçons morales,garder les pour vous.

Répondre à Jeans Annuler

Please enter your comment!
Please enter your name here