Lors de l’ouverture des travaux du Haut conseil hier, Ousmane Tanor Dieng a tout fait pour éviter d’évoquer l’affaire Khalifa Sall, en prison depuis une semaine. Cependant, le président de cette institution assure que toutes les questions seront étudiées «sans tabou».

Il avait réagi aux convocations de Khalifa Sall à la Dic en déclarant, lors de sa tournée à Mbour, que «toute personne qui gère des biens publics doit s’attendre à faire la reddition des comptes». Et les choses ont évolué puisque le chargé de la Vie politique du Parti socialiste est écroué dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Depuis, Ousmane Tanor Dieng n’a parlé de cette affaire. C’est pourquoi l’ouverture, hier, de la session ordinaire du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) qu’il dirige était très attendue. La forêt de journalistes, de cameramen, de photographes guettait plus le secrétaire général du Ps que le président du Hcct. Mais entre Ousmane Dieng et la presse, ce fut un jeu de ruse. Avec beaucoup de tact, il évitera la question d’actualité. Après quelques hésitations pour accorder une interview, il a fini par accepter, mais avec cette réserve : «Je ne répondrai pas à d’autres questions. Je veux que les règles du jeu soient claires et acceptées. Il s’agit du Haut conseil des collectivités territoriales. Nous sommes à notre première session de 2017. Je ne répondrai qu’aux questions qui touchent à ce domaine. Je vous remercie d’être venus si nombreux. Ce n’est peut-être pas forcément lié au Haut conseil, mais pour l’actualité», sourit-il, comme ceux qui l’attendaient d’ailleurs. Point de Khalifa Sall !
En fait, il s’agissait de démarrer les travaux du Hcct qui a fini d’installer ses instances. Mais inéluctablement, l’emprisonnement du maire de Dakar occupe les questions. «Est-ce que le Haut conseil peut jouer son rôle à apaiser le climat politique dans l’affaire Khalifa Sall ?», interpelle un journaliste. D’a­bord hésitant, M. Dieng cafouille 2 secondes et se reprend : «Pas dans… De manière générale, nous allons donner des conseils, faire des recommandations au président de la République sur toutes les questions qui nous interpellent et intéressent la décentralisation.» Loin d’être satisfaits, les journalistes jouent la perspicacité en reformulant les questions pour tirer une phrase du Sg du Ps à l’endroit de son chargé à la Vie politique. «Est-ce que le Haut conseil peut atteindre ses objectifs si on voit que des maires sont de plus en plus envoyés en prison ?», glisse un confrère. Tanor reste droit dans ses bottes : «Vous ne me ferez pas changer de cap. Ce que je dis, c’est que toutes les questions feront l’objet de discussions et d’échanges.»
Sur la gestion des fonds dans les collectivités locales qui a valu à Khalifa Sall une incarcération, Ousmane Tanor Dieng souligne : «Ce sera l’occasion, avec le regard d’experts universitaires, de discuter de ces difficultés. Le Haut conseil va discuter de tout sans tabou», assure-t-il.

lequotidiens.sn

PARTAGER

3 Commentaires

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here