A l’occasion de la première Session ordinaire de l’année 2017 du Conseil économique, social et environnemental (Cese), le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, a défendu devant les conseillers le thème : «La commercialisation de l’arachide».

«La filière arachidière est loin d’être en régression et depuis 2012, le prix au producteur n’a jamais baissé. Il faut reconnaître que cette filière est plutôt en renaissance et nous envisageons de produire plus d’un million de tonnes d’arachide», a fait part Papa Abdoulaye Seck. Actuellement, le prix homologué est à 210 francs CFA le kilogramme alors qu’en 2012, on était à 175 francs CFA. Pour le ministre, l’objectif majeur du gouvernement reste de supprimer les semences écrémées et de conserver bien sûr, celles certifiées.

Dans son exposé, M. Seck explique qu’au Sénégal les semences sont de bonne qualité si les producteurs respectent le circuit officiel prévu pour son achat. «Lors d’une tournée, des producteurs m’ont une fois interpellé sur les semences de mauvaise qualité dont ils disposent. Et quand j’ai demandé où ils les ont payés, ils me répondent dans les louma», explique-t-il en voulant faire comprendre que le marché n’est pas le bon lieu d’achat de semences mais plutôt, la commission mise en place par l’Etat.

Répondant à une des recommandations du rapport de la Commission Développement rural du Cese, le Ministre de l’agriculture et de l’Equipement rural explique que l’heure n’est pas à la tenue d’états généraux car tout a été dit et bien dit. L’agriculture doit être le vecteur de croissance au Sénégal. Selon Pape Abdoulaye Seck, «notre arachide n’est pas importée mais exportée». Il explique d’ailleurs, que le Sénégal est actuellement le premier pays exportateur d’arachide en Chine.

Richard Sambou (Actusen.com)

PARTAGER

Repondre

Please enter your comment!
Please enter your name here